On a découvert le secret de l'armure d'Iron Man

 |   |  395  mots
(Crédits : Paramount Pictures et Marvel Studios)
En 2012, je me demandais si la méduse serait un jour le maître du monde, puisque la pollution ferait disparaître les mammifères de moins de 3 kg et que la méduse ne connaît pas ou peu de prédateurs. À moins que ce ne soit... la pieuvre, tant elle est intelligente. Et intrigue l'homme, dont évidemment Jules Verne.

En août 2016, deux expériences copiant la pieuvre, visibles sur Internet, sont publiées respectivement par le laboratoire BioRobotics (Pise, Italie) et l'institut Wyss de l'université de Harvard aux États-Unis.La première .Octobot.1. reproduit fidèlement le céphalopode qui se déplace sous l'eau en aspirant du liquide, puis en l'expulsant. Ses bras sont en polymères électroactifs, et chacun peut de manière autonome saisir un objet. On imagine son développement en endoscopie, par exemple.

La seconde crée une pieuvre robot .Octobot .2. molle et autonome. Les composants électroniques sont « lithographiés ». Quant à l'énergie, c'est du peroxyde d'hydrogène servant de carburant liquide qui est transformé en gaz et propulse les bras. Il n'y a donc plus de batterie. Il n'y a pas de pièce solide. Le tout est fait sous imprimante 3D.

Une seconde expérience remarquable

La matière molle intelligente est née. Octobot 2 en est le premier prototype. Pour le moment, les matières molles sont rares, tout au moins sont-elles souples. La matière molle intelligente et autonome, donc un robot, peut passer d'un volume. A à un volume A' par un tuyau très fin. On peut l'introduire dans une machine classique, dans un robot, dans un corps humain. La matière molle s'adaptera au volume disponible, quelle que soit sa forme. On peut même imaginer que la matière molle durcisse. Ou se dissolve. Les possibilités de développement sont immenses. Octobot.2 est typiquement un signal faible dont les développements imaginables sont cachés. La matière molle intelligente peut devenir le matériau du futur. Garderons-nous le mot « impression.3D » ou est-ce de l'« impression 4D » ? Ce ne serait pas le matériau de ce prototype, mais un autre. D'ailleurs, en ce même mois d'août, des chercheurs de la Rice University (États-Unis) ont découvert le secret de l'armure d'Iron Man, un alliage hyper résistant. Comme quoi sérendipité et biomimétisme ont un bel avenir !.

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013

À découvrir aussi sa contribution à l'ouvrage collectif Rupture, vous avez dit disrupture ? Le futur est déjà derrière nous, Éditions Kawa, 2015 ; et le nouvel ouvrage, Notre futur anticipé pas les signaux faibles, Éditions Kawa, 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :