Valls et Macron : c'est la lutte finale !

 |   |  969  mots
Une chose est sûre, pour Macron, comme pour Valls, le rendez-vous du 14 juillet s'annonce décisif.
Une chose est sûre, pour Macron, comme pour Valls, le rendez-vous du 14 juillet s'annonce décisif. (Crédits : Reuters)
A la veille de l'interview télévisée du président de la République du 14 juillet, Manuel Valls et Emmanuel Macron ne prennent plus de gants. Le Premier ministre veut la tête de son ministre de l'Economie, dont il dénonce le positionnement « antisystème ». Le président du mouvement en Marche agace ses collègues par ses ambiguïtés calculées, mais ménage François Hollande. Pas sûr que le chef de l'Etat sonne demain la fin de la partie tant la guerre sans merci entre ses deux dauphins le sert... pour l'instant.

Provocations après provocations, Emmanuel Macron a réussi à faire l'unanimité du gouvernement contre lui. A commencer par Manuel Valls, de plus en plus exaspéré par l'indépendance du ministre de l'économie qui joue avec ses nerfs en refusant de dévoiler plus avant son jeu sur ses intentions pour la présidentielle.

Certes, celles-ci ne semblent plus faire de doute après le premier meeting du mouvement En Marche mardi à la Mutualité, au cours duquel Emmanuel Macron s'est fait tribun, affichant ses soutiens (Alexandre Jardin du mouvement Les Zèbres, une dizaine de parlementaires socialistes, Gérard Collomb, le maire de Lyon) et surtout se montrant capable de réunir près de 3.000 personnes, ce qui est pas mal pour un mouvement aussi récent, qui revendique 50.000 sympathisants.

Caractère participatif de la démarche

Candidat sans le dire, Emmanuel Macron ? On pourrait le penser, quand il clôture son discours en invoquant « la victoire » à venir en 2017 et en prenant date pour la fin de l'été, date à laquelle il a annoncé son intention de participer au porte-à-porte organisé dans toute la France par ses militants. Signe qu'il pourrait donc ne plus être ministre à cette date. Et, face à ceux qui dénoncent l'absence de propositions concrètes, et la vacuité de ses discours, Emmanuel Macron renvoie au caractère participatif de sa démarche. Le temps des propositions viendra après, sans doute à l'automne, avec la promesse de « dix mesures radicales » pour débloquer la France, sans doute pas très éloignées de celles du rapport Attali sur la croissance dont Macron fut le rapporteur, et dont la plupart ont été soigneusement enterrées par Nicolas Sarkozy.

Ce nouvel épisode du « Macronexit » a rendu fou Manuel Valls qui a fait parler son sang espagnol en attaquant sans ménagement celui qui conteste son autorité et veut lui ravir la place de premier dauphin. « Il est temps que tout cela s'arrête » a ainsi déclaré le Premier ministre quelques heures avant le meeting d'En Marche, adressant une sorte d'ultimatum à Emmanuel Macron et en creux à François Hollande pour qu'il mette fin à cette situation ubuesque d'un ministre en campagne. Mais ce fut encore pire mercredi, lorsque devant des députés PS reçus à Matignon, Manuel Valls a lâché ses coups contre un Macron qualifié de « populiste » : « on ne peut pas dénoncer un prétendu système en cédant aux sirènes du populisme quand, circonstance aggravante, on est soi-même le produit le plus méritant de l'élite de la République », a taclé Valls. « L'éthique de responsabilité, c'est le devoir de clarté, par l'entretien d'un climat pourri par l'ambigüité ». Bref, on l'a compris : Valls veut la tête de Macron, et ce le plus vite possible.

Hollande va-t-il réagir ?

Le spectacle de ces divisions au sommet, à la veille de l'intervention traditionnelle du chef de l'Etat qui sera interviewé sur TF1 et France 2 pour la fête nationale, un temps réservé au président de la République, donne cependant une mauvaise image de la politique, amplifiant le sentiment de cacophonie à la tête de l'Etat. Pourtant, il n'est pas si sûr que François Hollande tiendra compte des banderilles du toreador catalan. D'abord parce que Macron, accusé de déloyauté par ses ennemis, a bien pris soin, depuis le lancement d'En Marche et à nouveau mardi soir, de ne pas attaquer le chef de l'Etat. Au contraire il lui a rendu hommage et l'a remercié de l'avoir nommé au gouvernement. Surtout, François Hollande, qui vient de prendre 7 points dans un sondage Ifop Paris Match (effet de l'Euro 2016 ?) n'a aucun intérêt à se passer de son ministre de l'économie si populaire (en hausse de 9 points, à 52% de bonnes opinions ), et de renforcer son rival le plus dangereux.

Alors, Hollande le Florentin élevé sous François Mitterrand utilise-t-il Macron pour affaiblir Valls et du même coup draguer les voix du centre ? Sans doute le chef de l'Etat, qui semble toujours espérer en sa bonne étoile, ne croit-il pas trop à l'aventure solitaire de son ministre de l'Economie.

Au pire, s'il était empêché de se représenter malgré une primaire socialiste faite pour assurer sa candidature, on ne peut s'empêcher de penser que François Hollande qui a les yeux de Chimène pour Emmanuel Macron préférerait que ce soit lui qui lui succède plutôt que Manuel Valls. Une façon de transmettre le flambeau du social-réformisme à une nouvelle génération politique, plus à même de comprendre le monde qui vient et d'agir pour décoincer le pays. Une chose est sûre, pour Macron, comme pour Valls, le rendez-vous du 14 juillet s'annonce décisif. Le premier, parce qu'il pourrait sortir de la scène en victime expiatoire du réformisme de gauche, le second qui pourrait se sentir désavoué si Hollande se contente de ce qu'il sait le mieux faire : ne rien décider et laisser les enfants jouer dans la cour de l'Elysée, en attendant la fin de l'été pour agir, en fonction de son seul intérêt politique, en fonction de la température politique de la rentrée.

D'un autre côté, François Hollande est le maître du temps et des calendrier. Il peut siffler la fin de la partie, considérant, comme le disent certains de ses proches, qu'Emmanuel Macron li fait de l'ombre et l'empêche d'installer sa candidature, tout en confortant les déçus du "hollandisme". Ce 14 juillet est donc bien l'heure de vérité pour les trois protagonistes. On saura si oui ou non le point de non retour a été atteint avant que ne soient tiré le dernier feu d'artifice du quinquennat !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2016 à 23:43 :
Macron bénéficie de beaucoup de publicité en tout cas. Il fait bien parler de lui et ça ne peut que servir ce personnage d'une troisième voie qui n'en est pas une. Ce que ça ne dit pas, c'est pour qui travaille vraiment ce jeune millionnaire qui méprise le peuple et les travailleurs.
a écrit le 14/07/2016 à 23:00 :
Il faut être réaliste, nous sommes en campagne électorale pour 2017, que cela plaise ou ne plaise pas.
Le mandat à 5 ans signifie 4 ans d'actions, incontournable.
Est-ce qu'un seul mandat de 6 ans ne serait-il pas meilleur pour l'efficacité en France?
Ce n'est pas la question du jour? Pas si sûr.
Pourquoi un ministre en exercice ne pourrait-il pas en faire autant que son président du moment où il reste solidaire et loyal à son président et son premier ministre?
Un ministre est un citoyen comme les autres.
a écrit le 14/07/2016 à 22:40 :
Alors qu'il y a quelques problèmes sérieux à régler en France ces gens là, mais ceux d'en face sont les mêmes, donnent un spectacle minable qui ramène la politique à des combats pour l'intérêt personnel. Pour que l'état redevienne propre, une seule solution citoyen! Tire la chasse....
a écrit le 14/07/2016 à 19:51 :
Valls veut la tête de Macron? Sûrement pas!
La cervelle lui suffira.
a écrit le 14/07/2016 à 18:45 :
Sont plus préoccupés par leur propre avenir et leur ego que par la France !
Réponse de le 06/08/2016 à 18:20 :
"Les politiques ne sont pas là pour le bien des peuples"
https://www.youtube.com/watch?v=ikoN5peFAfs
a écrit le 14/07/2016 à 14:57 :
..." celui qui veut lui ravir la place de 1 er dauphin ..." ecrivez vous ...mais , soyez realiste
il ne veut pas la lyi ravir : il l'a ravit cette place ( et depuis longtemps ) ? non ?
a écrit le 14/07/2016 à 13:48 :
a qui attribuer le champ de ruine de la France ,?
a écrit le 14/07/2016 à 11:01 :
Les partis politiques seraient-ils en priorité au service du peuple et de la nation ou de l'évolution exclusive des carrières politiques de leurs représentants dans la haute sphère publique nationale largement étendue aux grandes institutions européennes et internationales? ( comme l' ONU, l'UNESCO, l'OTAN, l'OMS, l'OMC, le FMI etc ...etc.) les représentants de nos partis politiques croient-ils pouvoir faire de la sphère publique leur propre bassin previlégié d'emplois à vie?
a écrit le 14/07/2016 à 9:18 :
entre un aparachik bac + 3 enervé et macron y pas photo
a écrit le 14/07/2016 à 9:01 :
Un de plus...
BCBG, jeune cadre dynamique... jeune loup à la dentition encore un peu neuve !
La tête pleine d'un stock de vérités creuses, toutes faites, d'arguments et de slogans en kit.
Non décidément Mr MACRON ne me séduit pas du tout.
Bien au contraire je le vois d'un oeil très désabusé et le considére ni plus ni moins que comme un louveteau, un pur produit de cette classe politique prolifique d'aujourd'hui, élevé au lait des manipulations/dissimulations/enjolivements.
Un produit qui aiguise ses premières armes, doublé d'un jeune loup sans héritage, le sac à dos rempli de mélasse, une sorte de melting-pot qui n'a jamais connu de contact avec les réalités du terrain que vivent les citoyens démunis et la classe moyenne... et qui n'a pour seuls indicateurs que la fortune, la bourse et les marchés.

Vive le travail sept jours sur sept et vingt quatre heures sur vingt quatre !
Vive la baisse de toutes les charges et au diable les financements publics obligatoires gênant le secteur privé !
Vive les petits boulots précaires et les grandes fortunes !
Et pourquoi pas, vive la sécu et les retraites par fonds de pension privés !

Je suis de gauche mais la gauche n'est pas assez à droite.
Je t'aime, moi non plus ! Je veux que tout change mais ne peux pas dire comment et ne veux pas dire si je serai le candidat de la mise en oeuvre...
De quoi, au juste ???
Aucun courage, aucune vision, aucune grandeur !!!

De mon côté, je suis convaincu et le resterai jusqu'au bout de ma vie.
Rien, jamais ne fera totalement disparaître le clivage gauche/droite, les différences entre riches et pauvres, l'éternel combat du profit opposé au désintéressement. Tout au plus pourrons nous nous rappocher d'un équilibre bien imparfait permettant une cohabitation pacifique.
Mais cette cohabitation ne passera pas par des idées qui n'en sont pas à part du nom de leur auteur : « macroniques ».
a écrit le 14/07/2016 à 7:32 :
Pendant ce temps, la France se meurt.
a écrit le 14/07/2016 à 7:20 :
Le plus grand perdant est facile à trouver. C'est celui qui crie le plus fort.
a écrit le 14/07/2016 à 5:21 :
Valls, macron, l'exces francais dans sa splendeur, mais a propos quel est le job de macron, ministre ? mais de quoi et que fait-il en dehors de son ministere au lieu de bosser ?
Dans le prive, il serait vire, mais la fonction publique, vous voyez cela confere quelques avantages. Comme ses collegues, il ne fiche rien sauf brasser du vent.
La France s'enfonce de jour en jour.
a écrit le 13/07/2016 à 23:45 :
Le système ne veux pas du populisme , mais veut-être populaire .
a écrit le 13/07/2016 à 23:00 :
C'est une plaisanterie ? Quelqu'un croit sérieusement que les déçus du hollandisme, ceux qui attendaient une politique de gauche, vont se tourner vers quelqu'un qui veut faire une politique de l'offre plus poussée que Hollande, aux marges de la politique de l'offre de la droite ? Ce n'est pas pour rien que macron est aussi attaqué à droite : il leur prend des électeurs. Ceux de gauche se tournent au mieux vers mélenchon ou l'abstention au pire vers l'extrême droite. Ils se tournent vers ce dernier parti soit du fait de l'enfumage marketing du programme éco de gauche (tournant marketing de MLP pour faire plus démocrate), soit par simple ras le bol de ces "élites" qui trouvent que tout va bien ou va aller mieux en allant plus loin dans cette même politique en échec depuis bientôt 33 ans...
a écrit le 13/07/2016 à 22:59 :
Seul les médias peuvent nous dire pour qui voter! Non?

l
a écrit le 13/07/2016 à 21:30 :
Ces 3 là n'ont pas encore commencé à se crêper le chignon comme des gamines. Le coiffeur va-t-il trancher avant la mêlée.
a écrit le 13/07/2016 à 20:29 :
Valls et Macron : c'est la lutte finale !

ca ressemble beaucoup à 2 gamins qui se chipotent une bille dans une coure d'école primaire ;

c'est ce qu'a produit l'Ena et autres écoles imbues d'elles mêmes ces 20 dernières années.
a écrit le 13/07/2016 à 19:16 :
La lutte de classe a démarré, c'est super, on va avoir du spectacle! A gauche la situation est devenue lamentable, ce parti est en décomposition avancée. Alors, ils ne leur restent plus que la politique de la terre brûlée pour sauver un pré carré réduit comme peau de chagrin !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :