Pierre Lellouche : "Nous serions fous de dire non à la Turquie (...) ce serait une erreur stratégique majeure" !

 |   |  205  mots

A la surprise générale à Bruxelles, Pierre Lellouche succède à Bruno Le Maire au secrétariat d'Etat aux Affaires européennes.

  En six mois, le villepiniste Bruno Le Maire a rempli sa mission principale : le rapprochement franco-allemand. Il va désormais travailler sur les dossiers agricoles, la réforme de la PAC étant l'un des grands chantiers européens des années à venir.

Mais l'autre surprise, c'est la nomination d'un ardent défenseur de la cause turque aux affaires européennes. En 2004, le chiraquien Pierre Lellouche affirmait :

"Nous avons à côté de nous un grand pays musulman et laïc qui veut partager nos valeurs. Il fait les réformes nécessaires. Nous serions fous de lui dire non. Ce serait une erreur stratégique majeure. (...) Certains jouent avec la peur : c'est indigne."

Dans les milieux turcs bruxellois, on se réjouit de l'arrivée d'une Pierre Lellouche dont on salue

"la vision du monde et de l'Europe".

Mais on se fait peu d'illusions

"après avoir vu les différents ministres français favorables à l'adhésion de la Turquie changer de propos sous l'influence du chef unique en France".

Ca va être passionnant d'écouter Pierre Lellouche sur la Turquie...

Y.-A.N.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :