Les pistes secrètes des déserts sahariens inquiètent les pétroliers

 |   |  169  mots
Pour lutter contre le terrorisme, il faut connaître les rêves et les aventures du passé très lointain. C'est une réflexion qui m'est venue à la suite d'un déjeuner, le 1° avril, avec le responsable sécurité d'une entreprise travaillant dans le secteur pétrolier.

Ce fin connaisseur des déserts sahariens m'explique, très poétiquement d'ailleurs, que les frontières entre l'Algérie et le Mali, surveillées pourtant par les forces spéciales algériennes et américaines , sont de vraies passoires pour les logisticiens d'Al-Qaeda - ou ceux qui se prévalent de ce nom. La nuit, dans le désert , tout est fantomatique. Cet homme, bronzé par des années de Moyen-Orient et d'Afrique, livre une preuve de ce qu'il avance : les points d'eau sur le chemin entre la frontière et Alger ne sont pas empoisonnés.

Et il raconte les aventures des convois d'Al-Qaeda qui partent du Soudan dans de gros camions Fiat en direction du Maghreb en empruntant les pistes utilisées depuis la nuit des temps par les trafiquants d'esclaves, d'armes et d'épices. Des pistes secrètes seulement connues par les nomades du désert profond. Les pétroliers installés en Algérie craignent que ces pistes apportent la terreur dans leurs installations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :