BAE-EADS : de l'Europe de la défense à la défense de l'Europe ?

 |   |  754  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Dans une tribune signée par trois sénateurs de la majorité et de l'opposition, le président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, Jean-Louis Carrère (PS), et les rapporteurs du programme 146 "équipement des forces", Daniel Reiner (PS) et Jacques Gautier (UMP) défendent vigoureusement le projet de rapprochement entre le groupe européen EADS et le britannique BAE Systems qui se heurte encore à de nombreux obstacles notamment en Allemagne.

La nouvelle du projet de fusion entre BAE et EADS a fait l'effet d'un coup de tonnerre. Certes, l'affaire n'est pas encore faite. Mais ne boudons pas notre plaisir. Ce projet de fusion est la meilleure nouvelle pour l'industrie européenne de l'armement depuis bien longtemps. L'Europe de la défense, en parler c'est bien, la faire c'est mieux.

Un projet d'entreprise industriellement cohérent

Ce projet est né dans les états-majors des deux entreprises. Il est le fruit d'une stratégie audacieuse de leurs dirigeants que personne n'a forcé à discuter. Leurs discussions n'auraient pu aller aussi loin sans un premier feu vert des autorités politiques. Si le projet en là, c'est parce qu'il a satisfait les intérêts des deux entreprises et a convaincu tous ceux à qui il a pu être exposé. Pour BAE, spécialiste de la défense en Angleterre et aux États-Unis, il s'agit de trouver des relais de croissance sur le marché de l'aéronautique civile qui continuera de croître à la mesure des échanges internationaux. Pour EADS, il s'agit d'aboutir à un meilleur équilibre entre ses racines européennes et sa présence mondiale, entre ses activités dans l'aviation commerciale et ses autres activités, à l'instar de Boeing. C'est la feuille de route "Vision 2020" tracée en 2008 par Louis Gallois. L'alliance fait sens. Elle ne provoquera pas de licenciements ni chez l'un, ni chez l'autre, même si l'activité d'aéronautique militaire sera réorganisée.

Une nouvelle donne pour l'Europe de l'armement

Evidemment, la question de l'impact de cette fusion sur les autres acteurs de l'industrie européenne de l'armement ne peut être ignorée. Personne ne sait si le projet de fusion BAE-EADS déclenchera un mouvement de regroupement au sein des industries européennes et ce qu'il en ressortira. Mais tout le monde sait que si les marchés de défense européens restent fragmentés et que chaque Etat européen continue de faire des appels d'offre sur une base nationale, alors les "bases industrielles et technologiques de défense" resteront inefficientes parce que sous-critiques et les armées européennes devront abandonner des capacités militaires pour cause de budgets en décroissance. Nous sommes arrivés à un carrefour de la construction européenne. Les Etats européens, impuissants parce que divisés, doivent s'unir pour ne pas être déclassés.

Un moment de vérité pour les Etats

Les cinq Etats concernés par l'accord détiennent entre leurs mains le succès ou l'échec de la fusion. Pour les Etats-Unis, il s'agit de conjurer les risques de transfert technologiques de l'entreprise BAE-Etats-Unis vers les filiales européennes du groupe. Mais l'étanchéité est déjà totale et la filiale de BAE aux Etats-Unis est une société américaine opérée par des Américains au profit d'intérêts américains. On a du mal à voir ce que le gouvernement des États-Unis pourrait demander de plus. Exiger un démembrement serait un acte majeur de défiance envers l'Allemagne et la France.

Les quatre autres Etats européens impliqués dans la fusion ont leurs préoccupations propres. Pour certains au Royaume-Uni, il s'agit d'accepter la présence de l'Etat français au capital d'une entreprise de défense nationale. Les mêmes craintes animaient le gouvernement allemand en 1998, lors de la création d'EADS. C'est pour cela que l'Etat français, bien qu'actionnaire n'a aucun représentant au conseil d'administration d'EADS. Mais on ne peut pas vouloir tout et son contraire : vouloir mettre l'entreprise à l'abri de l'influence des Etats et ne pas accepter des décisions entrepreneuriales, telles que le regroupement du siège à Toulouse. Pour nous Français, la question primordiale est de mesurer l'impact de cette fusion sur l'avenir de nos champions nationaux.

Toutes ces considérations doivent être évaluées. Mais de grâce faisons vite et cessons de voir ce qui rend les choses difficiles pour nous concentrer sur ce qui les rend possible. Si nous croyons vraiment en ce que nous disons, si nous croyons vraiment en l'Alliance franco-britannique, si nous croyons vraiment en une défense européenne alors faisons-les. Cela ne tient qu'à nous. Ce projet est une opportunité extraordinaire. Ne la laissons pas passer.

* Jean-Louis Carrère (PS) est président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat. Daniel Reiner (PS) et Jacques Gautier (UMP) sont rapporteurs du programme 146 "équipement des forces".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2012 à 23:28 :
A-t-on bien compris les enjeux ? Quelles sont les parties prenantes ? L'objectif de financières comme Goldman Sachs, qui SUR-valorise BAE en prenant soin de ne pas lisser son résultat exceptionnel antérieur dû aux budgets américain et britannique dont elle sait qu'ils sont en voie d?épuisement, qui fait fondre le titre EADS en bourse (moins 4Mia euros en deux semaines) pour SOUS-valoriser le filon du marché européen de la défense et se l'approprier, connaissant pourtant son énorme potentiel de croissance, étant très bien placée aussi grâce à ses relations privilégiées pour estimer la hausse fort probable des dépenses des Etats européens, lesquels risquent malheureusement d?être contraints de prendre le relais malgré eux, à cause de l'instabilité dans le pourtour méditerranéen (attisée par quelle diplomatie, quels médias ? quelles perspectives pour la Syrie, l'Iran...?) ? Tout en s'étant débarrassé du droit de regard des Etats, ainsi que de la coopération franco-allemande qui déplait outre-atlantique, mais pourtant cruciale pour garantir la cohésion européenne.
Que, de plus, Washington pourrait inciter Londres à bloquer les traités européens dont la révision est urgente pour résoudre la crise économique et monétaire (càd un chantage en imposant une date-limite du 10 octobre avant le Sommet européen du 18 octobre consacré au règlement de la dette) si le marché européen de la défense n?est pas transféré à Londres ?
Revenons les pieds sur terre, ne cédons pas aux pressions extérieures, encore moins à la convoitise de sociétés financières. Il n?est pas nécessaire de sacrifier EADS dans une fusion boiteuse pour faire fonctionner l?Europe de la défense et garantir une bonne coopération avec les Britanniques, ni même pour atteindre une taille critique industrielle, comme en témoigne la fabrication effective de la section 15 de l?A350 par Boeing. Evitons la précipitation et ce projet de fusion coûteux, traumatisant et inutile, ce qui laissera libre cours à BAE aux E-U. Une place neutre et centrale comme EuroNext est aussi nettement préférable pour la capitalisation. Par contre, il devient urgent de mettre sur pied un commandement inter-armées où les Britanniques peuvent même avoir une place prépondérante. De cela, personne n?en parle.
a écrit le 27/09/2012 à 21:43 :
Cette fusion affaiblira l'influence des gouvernements français et allemand, créant un géant privé et multinational, davantage préoccupé des pressions des marchés que de l'intérêt stratégique des Européens. Europe de la défense ? Non.

Accès au marché américain de la défense ? Pensez à l'affaire des avions ravitailleurs KC45. Si BAE cesse d'être anglo-saxonne (plus que britannique, elle est actuellement américano-britannique - comme la dissuasion nucléaire britannique, d'ailleurs...), alors les Américains lui fermeront leur marché.

Tout ça procède du degré zéro de la pensé stratégique et du degré infini de la bêtise conformiste et carriériste. Je ne doute pas qu'Enders serait très fier d'avoir contribué à créer le numéro 1 mondial de l'aéronautique, mais quel est l'intérêt pour l'Europe s'il faut, pour prétendre construire l'Europe de la défense, abandonner tout contrôle de son propre destin militaro-industriel au profits des ces marchés basés à Londres et New-York ?

Et si ceci était une offensive contre Dassault, seul vrai garant, à l'heure actuel, de l'existence d'une aéronautique indépendante en Europe ?

a écrit le 27/09/2012 à 13:00 :
Dans toute cette affaire, il serait bon que les différents protagonistes aient le courage de nous dire quelles sont leurs convictions et dans quelle logique s'inscrit leur raisonnement. A défaut, on ne peut guère comprendre ce qui est en jeu, en particulier entre les ambitions atlantistes et les autres. A simple titre de référence, que les curieux jettent un oeil sur la bio de Mr Enders, avant qu'il n'attérisse dans l'aéronautique. Son parcours est celui d'un politique, avec de nombreux intérêts pour les liens atlantistes. http://investing.businessweek.com/research/stocks/people/person.asp?personId=8154802&ticker=EAD:FP
a écrit le 27/09/2012 à 12:14 :
Il est en effet inadmissible qu'une décision entrepreneuriale comme celle de déménager le siège d' EADS à TOULOUSE plutôt qu'à MUNICH soit empêchée par le gouvernement allemand qui n'a aucune action dans le groupe. l' EUROPE d'accord mais mais sans l'impérialisme économique! Sinon chacun dans son coin et tout le monde régresse.
Réponse de le 27/09/2012 à 15:11 :
Les Allemands pourraient vous répondre exactement la même chose !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :