Grèce  : pourquoi le nouveau ministre des Finances a raison

Yannis Varoufakis va être le nouveau ministre des Finances grec. Sa proposition de ne rembourser la dette qu'à partir de 3% de croissance et son programme de réformes (lutte contre l'oligarchie) peuvent sortir la Grèce du marasme. par Frédéric Farah et Thomas Porcher, économistes*

4 mn

(Crédits : DR)

Le gouvernement d'Alexis Tsipras qui sera annoncé aujourd'hui comptera probablement parmi ses membres un économiste grec d'importance internationale : Yannis Varoufakis. Comme Ulysse qui revient d'un long voyage, il revient des Etats Unis ou il a été trouvé refuge après avoir été contraint de quitter son poste à Athènes au plus vif de la crise grecque. C'est James Kenneth Galbraith de l'université Lyndon Baines Johnson d'Austin au Texas qui lui a fait bon accueil. Il est peu connu du public français même si ces deux ouvrages majeurs « Le minotaure planétaire » et « Modeste proposition pour résoudre la crise de l'euro » ont fait l'objet d'une traduction récente à la fin de l'année 2014.

 La Grèce d'abord, mais aussi des réponses à l'anémie de la zone euro

 Analyste avisé de la crise de 2008 et de celle qui frappe son pays sans jamais la dissocier du sort qui affecte l'Union européenne, Y. Varoufakis nous apparaît comme l'homme de la situation capable d'initier une politique économique à même de répondre à l'urgence de la situation grecque mais aussi d'offrir des réponses à l'anémie de la zone euro. Ses ouvrages sont des vrais programmes de mesures concrètes et précises.

 Sa première tâche sera d'apporter des réponses à la situation économique grecque. Contrairement aux récits lénifiants de la Commission européenne, la Grèce ne va pas mieux. Depuis 2008, la Grèce a perdu ¼ de son PIB et plus de 50 % des jeunes de 16 à 25 ans présents sur le marché du travail sont au chômage. La dette grecque est de plus de 320 milliards d'euros. Les salaires dans le secteur privé ont diminué de 30% depuis le début de la crise sans compter l'urgence sanitaire signalée à plusieurs reprises dans le journal médical anglais « The Lancet » depuis 2011. Les coupes à hauteur de 40% du financement du système de santé se sont traduites par une rupture dans la chaîne d'approvisionnement des médicaments. Les admissions à l'hôpital public ont bondi de 24% alors que ceux de l'hôpital privé chutent de 30%.

 Rembourser la dette quand la croissance revient

Pour essayer d'apporter bon ordre à cette situation et des réponses adéquates, Y. Varoufakis souhaite réduire la dette de la Grèce vis-à-vis de la Troïka européenne car consacrer chaque euro supplémentaire au remboursement de la dette ne favorise pas le dynamisme économique. La Grèce doit 208 milliards à la Troïka, il s'agit, selon lui, de transformer cet ensemble de créances en une créance à échéance illimitée qui serait remboursée à partir du moment où la croissance atteindra en Grèce les 3%. Ce chiffre de 3% de croissance est plus faible que la promesse de la Troïka:  lors des prêts de 110 milliards d'euros en 2010 et de 130 milliards en 2012, elle assurait à la Grèce une croissance de plus de 4,5 % rappelle Y. Varoufakis dans un entretien accordé à La Repubblica (journal italien) le 5 janvier 2015.

 Pour parvenir à ces 3,5% de croissance, il s'agit selon lui d'engager des réformes ambitieuses organisées autour de 4 piliers :

 -  Le premier concerne l'évolution de la dette grecque dont le remboursement suivra l'évolution du PIB nominal c'est-à-dire hors inflation.

 -  Un second pilier fait de réformes qui viennent à bout de l'oligarchie et de la kleptocratie à l'œuvre en Grèce mais sans détruire le tissu social et vendre les entreprises nationales.

- Le troisième pilier est l'investissement nécessaire pour relancer l'économie grecque. Mais ce soutien à l'investissement est valable pour la zone euro dans son ensemble. Comme il le souligne lui-même dans son ouvrage « Modeste proposition » : il s'agit d'européaniser le financement des investissements en amplifiant la puissance d'action de la banque européenne d'investissement afin de développer des projets dans des domaines tels que les hautes technologies, les énergies vertes, la santé...

Cette action est rendue difficile car « le volume de leurs investissements est sérieusement limité par la convention selon laquelle les États membres doivent cofinancer les projets à hauteur de 50 %. Et puisque les États-membres connaissent de fortes difficultés budgétaires, cela réduit d'autant la capacité d'action de la BEI et du FEI. Nous proposons donc que le cofinancement de 50 %, qui est aujourd'hui un frein à la croissance, provienne de nouvelles émissions d'obligations par la BCE ».

 -Enfin, répondre à l'urgence humanitaire dans laquelle la Grèce se trouve depuis le début de la crise de 2009.

 Imaginer une croissance durable et profitable à tous

Y. Varoufakis a raison : la politique économique actuelle conduit à l'impasse. La Grèce s'enfonce dans le marasme et l'action de la Troïka est loin d'avoir eu les résultats escomptés. Le défi d'aujourd'hui est bien d'imaginer une croissance durable et profitable à tous. Le succès de l'entreprise d'Y. Varoufakis et de Syriza peut être l'occasion historique de sortir de l'austérité et d'apporter de vraies réponses aux problèmes de l'Europe qui sont le manque d'investissement, le chômage de masse et la croissance des inégalités.

 * auteurs de TAFTA : l'accord du plus fort, éd. Max Milo

4 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 89
à écrit le 28/01/2015 à 21:52
Signaler
Des que le fmi pointe son nez dans un pays c'est la ruine qui s'en suit: privatisations aux profits des multinationales américaines, serrage de vis pour les pauvres. On vend tout ce qui est vendable à l'étranger et on laisse les dettes aux autochtone...

le 29/01/2015 à 2:04
Signaler
Le FMI ne vient que si on l'appelle, hein. Aucun pays n'est obligé de demander de l'aide au FMI. C'est la gestion catastrophiques du pays par les autochtones qui les a mené là. Quand tu fous le feu à ta maison, il est mal venu de venir se plaindre de...

le 29/01/2015 à 7:23
Signaler
@mouais: Sauf si les pompiers sont pyromanes...

le 29/01/2015 à 8:48
Signaler
Non, bien sure, il ne faut pas du tout se plaindre des "pompiers" quand ils tuent quelque uns en passant par la maison... L'important c'est les ...murs. J'ai beaucoup de sympathie pour les pompiers mais je suis très consternée avec ces" mououais "d...

à écrit le 28/01/2015 à 13:26
Signaler
Cela m'a l'air de belles fadaises les propositions de cet économiste grec fortement orienté à gauche. A chaque fois les gens d'extrême-gauche disent qu'ils vont réduire les problèmes de budget en luttant contre la "corruption"( dont ils ont une défin...

le 28/01/2015 à 18:02
Signaler
@Xavier Marc "L'oublie t-on qu'on ne peut pas faire de déficit, donc de dette, sans capitalisme ?" Vous faites la démonstration que le capitalisme ne sert à rien s'il ne sert qu'à générer des dettes et faire du déficit. Le lien entre déficit et d...

le 28/01/2015 à 18:02
Signaler
@Xavier Marc "L'oublie t-on qu'on ne peut pas faire de déficit, donc de dette, sans capitalisme ?" Vous faites la démonstration que le capitalisme ne sert à rien s'il ne sert qu'à générer des dettes et faire du déficit. Le lien entre déficit et d...

le 28/01/2015 à 20:54
Signaler
ce que vous dites vient d'un bon bouquin, mais dans les faits "la vraie vie", ce que vous racontez c'est n'importe quoi; vous êtes sans doute enseignant et le VRAI travail ainsi que les responsabilités en entreprise vous sont totalement inconnus. Sor...

à écrit le 28/01/2015 à 2:46
Signaler
Tout le contraire de nos politicos qui se font élire puis réfléchissent au programme qu'ils pourraient bien inventer

à écrit le 27/01/2015 à 23:46
Signaler
Debut de la crise 130 millard de dette Regime troike 300 millard de dette Tout l'argent versés sur un compte sequestre géré par les technocrates où la Grèce n'a jamais eu accès. Après, c'est de la simple logique. Demandez vous où est l'argent.

le 28/01/2015 à 17:52
Signaler
@CHRIS L'argent pour 70% a été consacré au remboursement de la dette et surtout des intérêts des emprunts Grecs. Les Banques Françaises et Allemandes en sont les premières bénéficiaires. Le reste a certainement été détourné par des Papandréou ou des...

à écrit le 27/01/2015 à 21:59
Signaler
Tiens, c'est une idée : on pourrait aussi ne payer de supplément d'impôt qu'à partir d'une augmentation de 3% de nos revenus d'une année sur l'autre... Ceci dit, la Grèce n'a pas les moyens de rembourser sa dette et les solutions qu'on va trouver pou...

le 27/01/2015 à 22:12
Signaler
@britanicus !La Grece nous doit 40 milliards ce qui fait pour 65 millions d'habitants 615 €!Le double pour un couple ,le quadruple pour une famille moyene de 4 personnes !En effet l'argent que la France a prété à la Grece elle l'a empruntée sur les m...

le 27/01/2015 à 22:40
Signaler
L'argent qu'ils doivent n'est pas l'argent qu'ils ont emprunté, mais le résultat de taux d’intérêts délirant qui l'ont fait grimper outre mesure. Quand vous dites que ce peuple d'arnaqueur, pour reprendre vos termes, doit à chaque Français 615€, v...

le 27/01/2015 à 23:29
Signaler
Merci coucou , hou hou à saz .

le 28/01/2015 à 0:33
Signaler
Merci coucouhibou de remettre les pendules à l'heure, je suis sidéré par la violence et la haine de certains propos (et je m'étonne qu'ils passent entre les filets de la modération).

le 28/01/2015 à 0:34
Signaler
Dette ou pas dette, l'important est d'avoir des structures efficaces: - limiter au maximum les emplois "placards/inutiles" en entreprise et dans le public - baisser le coût de l'employé, pour embaucher plus facilement - investir intelligemment dan...

le 28/01/2015 à 18:06
Signaler
@PaulRuis Dites nous simplement que la solution est néo-libérale. "C'est le principal, une fois que c'est mis en place, le reste viendra tout seul !" Le reste...La misère?

le 29/01/2015 à 9:03
Signaler
@SAZ Le peuple "arnaqueur"? Vous parlez de moi, cher monsieur? De ma famille? De mes amis?Vous nous connaissez? D'où vient cette haine si ce n'est pas de vos idées personnelles sur le monde, sur les êtres humaines et où peut-elle amener? Avez-vous ...

le 02/02/2015 à 18:30
Signaler
Peuple responsable ça vous va mieux. Dans une démocratie le peuple est responsable. Le peuple grec trompé par ses politiciens à emprunter jusqu'à foncer dans le mur. Est il anormal que les Français attendent du peuple grec qu'il fasse un effort au li...

à écrit le 27/01/2015 à 20:09
Signaler
A l'évidence, tous les économistes n'envisagent pas les mes remèdes, pour un mal bien identifier. Chacun d'eux usant de leur renom afin d'asseoir les fondements de leur vision. En faite tout dépend de l'orientation économique et sociétale que l'on en...

à écrit le 27/01/2015 à 18:30
Signaler
Autrement dit c'est l'éternel refrain des surendettés, suspendez mes dettes jusqu'à ce que je puisse les rembourser et donnez moi de l'argent pour réinvestir à la place de celui qui a été gâché en dépenses sociales qui ne produisaient aucune valeur a...

le 28/01/2015 à 3:30
Signaler
C'est le comportement typique d'un joueur de casino criblé de dettes...

à écrit le 27/01/2015 à 18:20
Signaler
un binational australien ; agent anglo-saxon !

le 27/01/2015 à 20:07
Signaler
@exit: avec un kangourou, c'est dans la poche :-)

à écrit le 27/01/2015 à 18:20
Signaler
Sait-on si des entreprises grecques sont "hébergées" au Luxembourg ? Pas certain, le régime local étant très favorable.

le 27/01/2015 à 19:48
Signaler
@Photo73: tu sais de quoi tu parles ? En Grèce, tout ce qui bouge est taxé. Le fait de détenir une petite voiture par exemple, c'est 240 euros. La TVA est à 23%, etc. C'est la raison pour laquelle, les riches Grecs vivent maintenat ailleurs et probab...

le 28/01/2015 à 11:08
Signaler
C'est ce que l'on reproche aux riches, ils profitent des emprunts et quand ça tourne mal, ils se cassent en laissant les plus pauvres rembourser à leur place... Malgré "la crise"(pour les pauvres), les riches n'ont jamais étés aussi riches, et pour c...

à écrit le 27/01/2015 à 17:45
Signaler
Timeo Danaos et dona ferrentes Toujours d'actualité!!!!

le 27/01/2015 à 18:02
Signaler
Quels ont été les cadeaux donnés au juste ? Quand vous aurez compris que cet argent n'a pas été versé dans la poche de la population grecque, vous aurez fait un grand pas. Ensuite, vous pourrez en faire un second en regardant la réalité de ce que vou...

le 27/01/2015 à 19:09
Signaler
je parle des "cadeaux" qu'ont promis les nouveaux dirigeants a la population grecque

à écrit le 27/01/2015 à 17:44
Signaler
Je propose aux français de payer leurs impôts lorsque l'état commencera à leur donner du fric... c'est d'une logique implacable!

le 28/01/2015 à 10:11
Signaler
Il faudrait peut-être que les français commencent par timidement payer un peu d'impôts, dans ce pays - la france - où la fraude fiscale est "kolossale" et en tout cas bien plus importante qu'en Grèce où 75 % dela population est imposée à la source. c...

à écrit le 27/01/2015 à 17:42
Signaler
L'espoir aura dure peu de temps. Les apprentis sorciers se laissent deja aller. Je fais donc egalement une proposition: Je rembourserais mon pret immobilier seulement si je fais une plus-value et a condition qu'elle me profite largement.

à écrit le 27/01/2015 à 17:38
Signaler
On a pas le courage de dire que la Grèce ne remboursera jamais comme l argent que l on donne à l Ukraine !!!😜

à écrit le 27/01/2015 à 17:38
Signaler
Nos amis grecs ne sont pas prêt d'être sauvés. En effet, malgré l'annulation de 127 milliards € de sa dette l'an dernier et le refinancement du autre partie pour réduire le coût des intérêts, son économie n'est plus à même de faire face à ces obliga...

à écrit le 27/01/2015 à 17:26
Signaler
tous ces imminents économistes et hommes politiques se sont plantés, ensuite ils nous ont mentis; qui avait prévu la baisse du pétrole....?? qui a dit que tout allait repartir que le chomage allait baisser.... hélas les reves de crossiance a plus de ...

le 27/01/2015 à 18:00
Signaler
LA baisse du baril de pétrole est de plus de 50% et à cause des taxes de l'état (plus de 75%) nous n’en voyons pas les effets

à écrit le 27/01/2015 à 17:09
Signaler
bonjour les fautes d orthographe

à écrit le 27/01/2015 à 17:01
Signaler
je vais dire à mon banquier que je rembourserai mon emprunt uniquement si mon patron m'augmente de 3% chaque année, en accord avec la logique de ces 2 "économistes"

le 27/01/2015 à 17:56
Signaler
Si vous pensez qu'un Etat se gère de la même façon que le budget d'une famille, c'est que vous avez de graves lacunes en économie. Mais peut-être n'avez-vous jamais ouvert le moindre livre d'économie.

le 28/01/2015 à 11:12
Signaler
Il serait bien justement que nos politiques se mettent à gerer en "bon père de famille"... Ce n'est pas lacunes mais clairvoyance!

à écrit le 27/01/2015 à 16:28
Signaler
Ce qui serait bien se serait que l'on nous demande notre avis avant de prêter des sous. Personne ne nous consulte et ensuite on entend le peuple français ne sera pas d'accord pour que la Gréce ne rembourse pas. Alors aujourd'hui je donne mon avis je ...

le 28/01/2015 à 9:11
Signaler
Votre avis n'a plus d'intérêt depuis le referendum sur l’Europe qui a été refusé en France en mai 2005 !

à écrit le 27/01/2015 à 15:41
Signaler
Ben... faisons de même pour la dette française! Remboursons uniquement quand nous atteindrons 3% de croissance!!!!

le 27/01/2015 à 16:51
Signaler
Bien vu! On peut toujours attendre que dans ce cas quelque nous prete ne fut-ce qu´un million d´Euro! ......... Alors que dire pour la Grece. C´est loufoque cette vision et on veut se nommer "economiste"!

le 27/01/2015 à 17:10
Signaler
La situation grec n'a absolument rien a voir avec la notre. Pas de baisse des salaire de 30% voir 50% dans la fonction publique, pas un taux de chômage qui frôle les 30% et 50% chez les jeunes. Ce qui se passe en Grèce est totalement indigne de l'UE....

le 27/01/2015 à 17:49
Signaler
C'est vrai, la situation n'a rien à voir avec la notre...Chez nous augmentation du RSA de 2% le 1er septembre 2014 et nouvelle augmentation de 0,9¨le premier janvier 2015 Pas belle la vie???

le 27/01/2015 à 17:55
Signaler
Qu'ils partent de l'euro et de l'UE, comme ca on restera digne :-) Sans rire pourquoi serait on solidaire des grecs, qui nous ont déjà grugé? Il faudrait être débile pour vouloir en reprendre une deuxième couche sans moufter.

le 27/01/2015 à 17:58
Signaler
Adios, de quel façon "nous" ont-ils grugé au juste ? Je ne vous parle pas des gouvernements et des magouilles qui se sont tramées en coulisses, je vous parle du peuple (dont il semble que vous ne souhaitiez pas être solidaire).

le 28/01/2015 à 18:16
Signaler
@Jo Vous avez raison en ce qui concerne l'indignité de l'UE. Au passage la Grèce nous donne une digne leçon de démocratie. En ce qui me concerne, je suis indigné par les nombreux commentaires indignes sur les Grecs. Indigne, c'est le mot qui convie...

à écrit le 27/01/2015 à 15:22
Signaler
Les "français" ont les souvenirs sélectifs. Certains se rappellent quand même l'état de la France à l'issue de la 2de guerre... Merci qui ? Il est exact que les banquiers européens (surtout allemands) ne veulent pas entendre parler de renégotiation....

le 27/01/2015 à 17:44
Signaler
300 c'est trop pour 11 millions ? OK, alors pour l'Islande (250.000 hab.) il faut 3 députés ?

à écrit le 27/01/2015 à 15:13
Signaler
Il faudrait plus d'économistes de ce type dans nos banques, on pourrait alors leur expliquer facilement que nous rembourserons nos emprunts quand nous aurons envie de le faire et qu'en attendant ils n'ont qu'à nous prêter encore plus!!!! On vit une é...

le 27/01/2015 à 17:17
Signaler
C'est juste la logique. Comment pensez vous que quelqu'un puisse rembourser ses dettes si il est en permanence en recession. Va t'elle mieux avec me remède de cheval de la troïka? Je n'ose imaginer ce qui se passerai si un pays comme Allemagne ou la ...

le 27/01/2015 à 17:53
Signaler
Vous avez raison bob, en France, personne ne supporterait le dixième de ce que les grecs endurent, surtout s'ils découvraient que leurs homologues européens justifiaient tout cela à grands coups de mensonges, de clichés et d'exagérations (je suis sûr...

à écrit le 27/01/2015 à 15:07
Signaler
Les cas sont bien entendu différents concernant les causes, et également parce que d’un côté nous avons affaire à un pays et de l’autre une entreprise. Mais ce sont deux cas de type archétypal d’entités surendettées, la Grèce fait ainsi penser au cas...

le 27/01/2015 à 15:21
Signaler
Merci de bien vouloir noter 1998 en lieu et place de 2008 concernant le restructuring de Eurotunnel.

le 27/01/2015 à 15:38
Signaler
Lire1998 en lieu et place de 2008 concernant le restructuring de la dette d'Eurotunnel

à écrit le 27/01/2015 à 14:54
Signaler
Pour beaucoup sur ce site les grecs ne devraient pas vivre je me demande si certains ne seraient pas pour une extinction finale.

le 27/01/2015 à 17:49
Signaler
Je me pose aussi la question, quand on voit l'acharnement et la haine aveugle dont certains font preuve dès qu'il est question d'argent. A se demander si l'histoire ne risque pas à nouveau de bégayer.

à écrit le 27/01/2015 à 14:53
Signaler
Le défi d'aujourd'hui c'est surtout de ne pas miser sur une croissance hypothétique pour établir un budget.

à écrit le 27/01/2015 à 14:52
Signaler
YOLO

à écrit le 27/01/2015 à 14:49
Signaler
Je ne pas si c'est l'article qui occulte ce point ou bien le fameux économiste qui a oublié le sujet, mais la Grèce a un 1er problème important: le savoir faire valorisable économiquement. Le tourisme et l'huile d'olive, ou quelques fromages, pourquo...

le 27/01/2015 à 17:46
Signaler
Impressionnant cette accumulation de contre-vérités et cet acharnement dont vous faites preuve à l'égard du peuple grec. Faut-il vous rappeler que les gens payent leurs impôts ? Ce n'est pas parce qu'il existe des moutons noirs (qui sont le plus souv...

à écrit le 27/01/2015 à 14:48
Signaler
Ces deux "econmistes" nous expliquent savamment, quand on est a sec, comment faire pour dépenser l'argent des autres ("la mutualisation!")

à écrit le 27/01/2015 à 14:32
Signaler
En quoi consiste exactement le second pilier?

à écrit le 27/01/2015 à 13:48
Signaler
Il faudrait quand même que la Grèce progresse dans sa technique de collecte de l'impôt qui est largement défaillante. Pour avoir expérimenté, lors de plusieurs séjours, la quasi obligation de payer ses achats en liquide, sachant qu'il n'existe pas l...

à écrit le 27/01/2015 à 13:27
Signaler
Commentaires affligeants, pas une once de réflexion. Lisez l'article, il ne s'agit en rien de supprimer la dette mais de la rembourser lorsque la situation semble favorable (3% de croissance). Quel est l’intérêt de vos commentaires ?

le 27/01/2015 à 16:48
Signaler
C´est completement idiot! Vous voulez mettre vos avoirs en jeux et parier que les 3% de croissance en Grece n´y seront jamais, tant que la monnaie d´echange en Grece sera l´Euro? Alors cesser de critiquer les gens qui sont realistes et ne consideren...

le 27/01/2015 à 17:38
Signaler
Kazbo, revoyez vos chiffres. Les prévisions tablent sur une croissance de 2,5 à 3% pour 2015. Avant la crise des subprimes de 2008, la Grèce connaissait une croissance moyenne de 3/4%. Vous parliez de réalisme ?

à écrit le 27/01/2015 à 13:26
Signaler
quelle belle idée mafieuse ! Dans un pays où l'économie est souterraine ils ne feront JAMAIS les 3% ! .

le 27/01/2015 à 17:34
Signaler
Au lieu de dire n'importe quoi, vous devriez peut-être regarder les chiffres de la croissance grecque au cours de ces 50 dernières années, vous seriez surpris de voir qu'ils dépassaient largement les 3%.

à écrit le 27/01/2015 à 13:19
Signaler
Nos savants économistes n'ont pas du etre payés très chers pour cet article. Bref Raymond Barre, économiste distingué et professeur à l’université, a été un Premier Ministre qui a bénéficié de la fin de la dynamique des 30 glorieuses et surtout d'u...

à écrit le 27/01/2015 à 13:16
Signaler
avec quelle production de richesse la grece peut espérer une croissance positive et durable ?

le 27/01/2015 à 16:04
Signaler
Avec quels moyens pensez-vous pouvoir maintenir une croissance positive et durable sur long terme ? Les 40 dernières années sont un accident dans l'histoire de l'humanité. En moyenne la croissance mondiale annuelle sur le temps long (0 -2015) est de ...

à écrit le 27/01/2015 à 13:11
Signaler
Les pauvres Grecs ne s'en sortiront pas s'il oublient de prendre en compte l'énergie dans leur raisonnement. Comment? En comparant le cout du travail et le prix de l'énergie. Bonne chance!

à écrit le 27/01/2015 à 13:06
Signaler
Ces communistes grecs, relayes par nos gauchistes "economiste" (rien que cela, ils ont le culot de se nommer economistes ces deux scibes) , ces coco donc croient encore qu´on va continuer a leur fournir du fric gratuitement ad vitaem. C´est comme ils...

le 27/01/2015 à 13:29
Signaler
@Kazbo: En tout cas, ce ne sont pas avec des commentaires tels que le vôtres que l'on va avancer! En plus avec une interprétation erronée de ce que vous avez lu. La vérité, c'est que les européens s'enrichissent sur le dos de la Grèce, en leur prêtan...

le 27/01/2015 à 16:30
Signaler
tout a fait d'accord avec votre analyse la plupart des commentaires ici sont affligeants ils se posent comme de vrais économistes alors que le peuple grecque n'a pas a trinquer de décisions prisent par des politicards sans scrupules a la solde de la ...

le 27/01/2015 à 23:50
Signaler
ah merci carpatrick c'est vraiment ça peuples d'Europe reveillez vous et arrétez de réciter la propagande déroulée sur toutes les ondes d'europe et de cracher votre méchanceté(faut qu'ils en bavent! c'est bien fait pour eux ces sales grecs!!) . refl...

à écrit le 27/01/2015 à 12:48
Signaler
Si j'ai bien compris, la BCE donne à la Grèce l'argent des autres a fond perdu . Et demain si il en restes et si la croissance revient et si .... Peux êtres qu'ils nous rembourserons les 40 milliard €. Avec des scies on coupe du bois , et si on arrêt...

le 27/01/2015 à 14:32
Signaler
un habitant de la riche Ile de France paye pour un habitant pauvre de la Lozère. C'est ce que l'on appelle la solidarité, un concept qui a déserté les habitants les plus riches de notre bel' Europe.

le 27/01/2015 à 17:27
Signaler
qu'est-ce qu'ils nous payent les iliens ? notre part du métro parisien ?

à écrit le 27/01/2015 à 12:39
Signaler
Il faut prendre des économistes sérieux pas des rigolos !

le 27/01/2015 à 12:50
Signaler
.. Argumentez un peu...

le 27/01/2015 à 13:02
Signaler
..Sur base de ce principe ... Les bureaux de la Commission Européenne risquent d'être désespérément vides ...

le 27/01/2015 à 13:25
Signaler
oui en France il y a " beaucoup " d'économiste sérieux.......dette par habitant : 38 000 euros ...trop fort ces économistes !

le 27/01/2015 à 16:09
Signaler
vous avez parfaitement raison

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.