Ces géants technologiques qui bouleversent nos fondamentaux économiques

 |   |  710  mots
Michel Santi
Michel Santi (Crédits : DR)
Jusque-ici, l'offre et la demande conditionnaient évidemment les prix. Une croissance forte stimulait la consommation qui, à son tour, permettait d'augmenter les salaires et vice-versa. Mais cela, c'était avant le sabordage du néo-libéralisme des géants technologiques. Par Michel Santi, économiste(*)

Jusqu'au milieu des années 1970, plein-emploi et salaires élevés coïncidaient parfaitement avec les intérêts du grand capitalisme. Ils permettaient en effet d'augmenter exponentiellement la consommation et donc la production, au plus grand bénéfice des capitaines d'industrie. Ces salaires en constante progression avaient également une conséquence extrêmement favorable, quoiqu'indirecte, à savoir qu'ils motivaient la recherche technologique dont l'objectif consistait très clairement à se passer autant que possible d'un labeur humain de plus en plus onéreux. Jusqu'à ce que ces progressions salariales n'entament - dès le milieu des années 1970 - très sérieusement les marges des patrons qui se tournèrent dès lors vers le néo-libéralisme, dont le plus ardent porte-flambeau fut le thatchérisme.

Créer de la croissance par l'oppression sociale

Il ne fut plus dès lors possible de créer de la croissance qu'en affaiblissant les syndicats, qu'en sabrant dans les aides sociales, qu'en induisant de plus en plus d'insécurité sur le marché du travail: autant de prix à payer qui autorisaient de restaurer les marges bénéficiaires des entreprises à la faveur d'une hausse de leur productivité.

Cette stagnation séculaire que nous subissons aujourd'hui - que j'évoque et que je décris depuis quelques années - est donc directement issue de politiques économiques ayant volontairement comprimé les salaires et ayant ainsi - mécaniquement - eu un impact structurel désastreux sur la demande agrégée. En effet, pourquoi investir dans de la recherche de nouvelles technologies si les salaires humains sont bas ?

Sabordage du néo-libéralisme

Ce faisant, le néo-libéralisme s'est sabordé, car de bas salaires ne sont pas uniquement néfastes pour l'immense classe des ouvriers et des salariés. Mais également pour le grand capitalisme qui se voit contraint de tourner avec une productivité stagnante, des marges bénéficiaires déclinantes, des taux d'intérêt sur une pente ascendante et une rémunération de l'épargne en peau de chagrin... Jusque-là, dans un environnement macroéconomique traditionnel, l'offre et la demande conditionnaient évidemment les prix, car une croissance forte stimulait la consommation qui, à son tour, permettait d'augmenter les salaires et vice-versa.

Ce paradigme est à présent détrôné sous nos yeux, car il cède sous la pression de géants de la technologie comme Alphabet, Amazon ou Uber, qui occupent désormais une place prépondérante sur le marché de la consommation et de l'emploi, et dont le business model rompt avec les standards classiques de l'offre et de la demande. En effet, les prix baissent notoirement dès lors que l'un ou l'autre de ces mastodontes entre en scène.

La relation entre prix, production et salaire, désormais caduque

Le récent rachat par Amazon de Whole Foods ne démontre-t-il pas clairement la façon de procéder des entreprises d'aujourd'hui qui, grâce à leur technologie disruptive, parviennent à bouleverser les vieux clichés, à réduire les prix et - du coup - l'inflation ? Dans notre monde d'hier, et selon la théorie classique, l'augmentation de la production est naturellement répercutée sur les prix qui sont condamnés à monter, car il en coûte effectivement plus à l'entreprise d'accélérer sa production.

Le nouveau paradigme nous démontre juste l'inverse, à savoir que les géants d'aujourd'hui réalisent d'autant plus d'économies - et gonflent d'autant plus leurs profits - que leur production est élevée et ce, sans nullement avoir recours à une quelconque augmentation des prix de leurs services rendus ou de leurs produits finis. La baisse régulière et ininterrompue des prix depuis une quintaine d'années nous indique sans nul doute possible que cette relation de cause à effet entre prix, production et salaires est désormais caduque.

___
(
*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et Directeur Général d'Art Trading & Finance.

Il est également l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience", "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique", "Misère et opulence". Son dernier ouvrage : «Pour un capitalisme entre adultes consentants», préface de Philippe Bilger.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2018 à 21:35 :
les geants techno ont surtout invente de nouveaux produits (iphone) ou une autre facon de faire (amazon). Par contre c est loin d etre evident que les prix baissent. Vous constatez facilement qu Apple fait des smartphone de plus en plus cher (jusqu a 1000€. impensable il y a 10 ans). Apres il y a evidement les economie d echelles. c ets pas neuf. en etant porduit en masse, la Ford T coutait bien moins cher qu une auto classique de l epoque

sinon le systeme classique des annees 70 decrit ici ne marchait quand meme pas si bien que ca. a la fin ont avait de la stagflation (stagnation de la croissance et inflation). et je ne parle meme pas de l impact ecologique du toujours plus
a écrit le 06/02/2018 à 19:41 :
tatcher, c'est mal, maduro c'est bien
j'avais eu une conference avec un economiste labour, qui en toute honnetete decrivait l'etat pathetique du RU avant tatcher......
elle a fait en 10 mn ce que personne n'a voulu faire en 30 ans, forcement, les rentiers syndicalistes ont hurle......
pour le reste, je veux boien qu'on discute de grandeur et decadence........ les pays occidentaux assis sur leurs rentes se sont effectivement moins enrichis que le tiers monde
en clair, la grande pauvrete a ete diminue par 4......... je propose une comparaison avec les regimes de chavez, mugabe, ou kim jun un, ca fixera les idees en toute independance ideologique
pour le reste le modele walrasien propose un ajustement par les prix, il est en general dans les quantites
et vu que vous etes macroeconomiste vous savez que la loi d'okun voit ses parametres econometriques regulierement evoluer ( oui, comme le passage de l'industrie vers les services ou la productivite marginale n'augmente pas pareil)
a écrit le 06/02/2018 à 18:11 :
Actuellement c’est un genre de «  processus «  pour bloquer les évolutions des uns et des autres , et d’un autre côté construire une nouvelle société entièrement numérique
Ça change tous les repères dans la conscience collective « connus »
Mais cette situation est voulue
Ce sont des prises de contrôle trop rapide qui «  bousculent » les repères de presque tous les humains
Un dépassement , du stress , de l’aveuglement
Qui profite aux nouveaux riches ( société numérique )
Cet idéal ils veulent l’imposer « à tous » à leurs conditions ( notre vie est à nous)
Pourtant pendant 18 ans , ils pouvaient anticipé non ? Pour préparer les populations ? On s’y prend pas au dernier moment ...
ce n’est pas une «  évolution naturelle économique c’est une stratégie « 
C’est une histoire d’evolution Et de destruction, et non de l’economie.
a écrit le 06/02/2018 à 10:04 :
Article passionnant répondant à plusieurs de mes interrogations, votre professionnalisme, votre prise de recul, votre éveil cérébral est réellement réjouissant, m'inquiétant un peu car vu le niveau de benêts des financiers qui en sont à détruire leurs outils de production, la planète et son humanité, je me demande qui peut bien vous embaucher. Comme quoi même au sein de cette caste désespérante il y du récupérable.

Notons qu'en effet ils n'ont pas vu arriver ces géants d'internet car n'ayant pas été capables de voir l'énorme manne financière que représentait ce domaine économique, déjà ça démontre leur manque de clairvoyance. Du coup comme ils se sont fait dépasser ils sont en train d'essayer de mettre ces multinationales au pas.

Mais elles sont rapidement devenues des mastodontes dont le secteur marchand dépend directement maintenant, c'est pas facile du coup d'autant qu'on leur demande de payer des impôts alors que les autres multinationales et actionnaires milliardaires n'en payent plus depuis longtemps grâce aux arrangements avec les politiciens et aux paradis fiscaux.

Pour ça le secteur publicitaire doit leur en vouloir à mort, ils ont fait chuter drastiquement les prix à tel point que l'on voit dorénavant des publicités à la télévision pour du poker en ligne ou des protections contre les fuites urinaires régulièrement et du coup d'entendre à la télévision, j'ai explosé de rire hier il faut vraiment que je le partage: "Moi j'aime ma culotte anti-fuites urinaires !"

Et les thuriféraires aiment le néolibéralisme !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :