Feux de... Brousse : Heureusement, les cimetières restent ouverts !

 |  | 437 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Jean Brousse LT)
CHRONIQUE. Ingénieur, éditeur, observateur attentif des sociétés, du monde et des gens, Jean Brousse, corrézien, bretteur de mots, a publié "Deux mois ferme", collection de ses chroniques quotidiennes du confinement. Il tiendra dans La Tribune une revue du couvre-feu, intitulée comme il se doit Feux de... Brousse.

Les vacances de la Toussaint, très vivement encouragées par le Président il y a quelques jours, commençaient bien !

Au café du village, le matin, les sujets sérieux ne manquent pas. Toujours pas de vraie poussée de cèpes. Trop froid, trop humide, mauvaise lune ...  On construit des échelles à poisson inutiles, puisqu'on a planté des douglas, qui acidifient l'eau et éloignent les truites ... L'élagage sauvage et indélicat repart sur les petites routes, pour accélérer l'arrivée de la fibre ... Ils ont encore raté la « chèvre » - le chevreuil - à la chasse, dimanche. On prépare le concours de citrouilles. La covid, évidemment omniprésente, ne trouble pas trop la paix des autochtones naturellement très respectueux des « gestes barrières ».

Patatras ! Mercredi, le même Président, soumis à des mandarins, dont certains rappellent étrangement les médecins de Molière, et des conseillers pétris de leurs certitudes, terrorisés par l'arrivée du général hiver et paralysés par le « principe de précaution » avoue dans sa n-ième intervention : « nous sommes submergés ! » Ça craint.

Mais « J'ai décidé ! ». Ouf. Et d'annoncer, non sans avoir soigneusement préparé le bon peuple, un Re-confinement confié à l'ex Monsieur dé-confinement. Faire et défaire. Silence, on ferme ! On ferme à nouveau des commerces dits - on se demande bien pourquoi ! - "non essentiels" dont les revenus dépendent directement de la liberté d'entreprendre de leurs dirigeants. On ferme les lieux de la culture, déjà précarisés à l'extrême. On ferme des restaurants qui, pour l'essentiel, observaient les consignes. On en revient à l'astreinte à résidence, au kilomètre octroyé, et à de nouvelles autorisations, y compris pour conduire ses enfants à l'Ecole. Les dispositions pour les plages, les plans d'eau et les piscines en plein air sont enfin utilement arrivées ...

« Nous nous appuieront sur les Maires », alors qu'il conviendrait plutôt de leur accorder de décider eux-mêmes de ce qui est opportun pour leur commune. On est jacobin ou on ne l'est pas.

Il n'empêche. La campagne est rayonnante d'ocres, de grenats et d'ors. C'est l'heure où les veaux nouveaux tètent, tranquilles, fondus dans les splendides décors automnaux. Derniers feux avant l'hiver. Les fantômes d'Halloween seront-ils aussi confinés dans leurs combles ?

On nous permet, quand même, de rentrer de ces vacances recommandées. A-t-on le temps d'égayer de chrysanthèmes multicolore les tombes de nos ancêtres ?

Le terrorisme, lui, dé-confine toujours, presque pas masqué...
Les vacances avaient bien commencé ...
Heureusement, les cimetières restent ouverts !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2020 à 12:23 :
C'est vrai que côté cèpes et même truffes du fait de l'absence de plus en plus marquée de gel l'hiver et d'eau l'été, ça commence à devenir inquiétant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :