Italie : l’Europe contre la volonté des peuples ?

 |   |  136  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, l’Europe contre la volonté des peuples ?

Le 27 mai, le président italien a refusé la proposition d'un gouvernement de coalition eurosceptique formé par Guiseppe Conte poussant ce dernier à refuser la fonction de chef de gouvernement. À la demande de Sergio Mattarella, Carlo Cottarelli, ancien haut fonctionnaire du FMI est appelé à former un « gouvernement technique » dans l'attente des prochaines élections législatives. Ce revirement de situation est autant salué que décrié. Quand une partie des Italiens réaffirme l'attachement de Rome à l'intégration européenne, l'autre dénonce l'emprise politique et économique de Bruxelles sur leur pays. Alors, l'Europe agit-elle contre la volonté des peuples ?

Nous en discutons avec Giuliano da Empoli, ex-conseiller de Matteo Renzi et directeur du think tank Volta, Dominique Reynié, politologue et directeur de la Fondation pour l'innovation politique ainsi que Michaela Wiegel, correspondante à Paris du Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2018 à 17:57 :
L'europe franco-allemande, l'Europe Merkozy nous n'en voulons pas.
Un' Europe Fedérale par contre serait la bienvenue.
a écrit le 31/05/2018 à 9:18 :
"«Non» au référendum européen: Dix ans après, quels enseignements en tirer?" https://www.20minutes.fr/politique/1618475-20150528-non-referendum-europeen-dix-ans-apres-enseignements-tirer

"La montée d’un rejet européen"

Les comportements anti-démocratiques ne peuvent que mener au dégout envers ceux qui les pratiquent et comme on le voit en Italie nous ne sommes pas au sein d'une union européenne mais au sein d'un consortium financier européen inhumain.
a écrit le 30/05/2018 à 16:05 :
il nous faut être réalistes :

la consolidation de l’Europe ne peut être possible sans clarté et transparence pour les populations.

S’ils y a des sceptiques : ce n’est pas le fruit du hasard

Combien d’entre- nous ferment les yeux quand nous regardons les «  informations » et «  images »?

le «  haut- coeur « 

la démocratie , ce n’est pas des comportements violents généralisés

le discours double ne marche plus, plus personne n’est dupe , pire cela rend les situations pénibles pour tous

pourquoi ne pas «  essayer le juste mot :
la vérité  augmentée et intégrée »?

par exemple en utilisant les 5 serviteurs de la vérité:
qui, comment, pourquoi, combien, ou
voilà aussi , simple l’explication.

l’Europe passe un message de «  désorientation » et ceci créé des sceptiques » de tout poils » plus ou moins dangereux qui veulent que des masses les suivent

mais ou ? alors ?
qui suivre ?
déjà soi- même et trouver nos propres valeurs et garder notre esprit critique sans se faire embarquer dans des combats qui nous concernent pas.

Allez hop ! L’Europe doit être cohérent et surtout un sens commun pour tous et un espoir pour tous aussi

quitte à élire des nouveaux gens responsables pour diriger le projet européen avec un vrai discours clair et sans ambiguïté possible et un vrai socle financier équitable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :