L'austérité fait-elle une politique ?

OPINION. La consolidation fiscale est une fable morale. Du reste, l'un après l'autre, tous les arguments - ou prétextes - en sa faveur tombent, comme dans un jeu de quilles. Par Michel Santi (*)

4 mn

(Crédits : DR)

Les déficits seraient une charge supplémentaire qui pèse sur les générations futures ? Ceux qui le prétendent n'ont toujours pas compris qu'augmenter la dette aujourd'hui n'est nullement un transfert inter générationnel, mais intra générationnel, car c'est les débiteurs - demain - qui devront en effet rembourser les créanciers - de demain. Les déficits nuiraient à l'investissement ? En période de déprime du secteur privé, l'État se doit précisément de prendre intensivement le relais en arrosant de liquidités les acteurs de son économie. Ces mêmes déficits conduiraient à l'envolée des taux d'intérêt ? C'est en fait tout le contraire que l'on constate, en tout cas dans des pays lourdement endettés néanmoins bénéficiant d'une monnaie «souveraine», à savoir les Etats-Unis et le Japon... Bref, l'État doit au contraire s'endetter davantage et creuser ses déficits dans le but de rétablir le plein emploi, même si nos gouvernants actuels refusent catégoriquement de faire appel à la dette pour relancer l'activité économique.

Leur seul et unique objectif - ou obsession ? - étant donc d'équilibrer leur budget, tandis que les femmes et les hommes qui nous dirigent devraient plutôt avoir pour ambition de stimuler l'investissement et de réduire les inégalités. Comment défendre encore la rigueur comptable - et donc l'accélération du chômage - quand ils peuvent à la fois user judicieusement et équitablement du levier de la fiscalité ? Les dépenses publiques sont drastiquement revues en baisse alors que les efforts et énergies devraient être concentrés sur la hausse de la taxation des classes aisées, et sur la contribution active de la banque centrale à la reprise de la croissance. À moins que l'argumentation fallacieuse derrière laquelle se dissimulent les tenants de l'orthodoxie ne serve à détourner les attentions de leur motivation réelle, qui reviendrait à faire encore et toujours plus régresser l'État. C'est donc au nom des «réformes structurelles» et des «il n'y a aucune alternative à la rigueur» que l'on sabre allègrement les dépenses sociales, et que l'on oppose un veto dédaigneux à toute création d'emplois qui serait redevable au stimulus étatique. À l'instar de l'ancienne Présidente du MEDEF qui professait que, comme «la vie est précaire, l'amour est précaire, pourquoi le travail ne serait pas précaire ?» Ainsi, les ardents défenseurs d'une finance et de comptes sains exigent que le niveau de l'emploi soit dépendant du seul degré de confiance qui prévaut dans le milieu des affaires, quand il a été maintes fois attesté ces vingt dernières années que la spéculation boursière et financière était la principale raison de la dégradation de la conjoncture économique.

Sous couvert d'une argumentation économique, cette obstination jusqu'au boutiste qui se bat farouchement contre la doctrine du plein emploi masque pourtant de moins en moins bien ses vrais motifs politiques, voire idéologiques. Circonscrire les dépenses publiques strictement aux revenus engrangés par l'État n'est en fait ni plus ni moins qu'une fable morale contée par celles et ceux qui s'érigent en donneurs de leçons ès responsabilité. Derrière leur storytelling qui abuse le commun des mortels à qui l'on fait croire qu'il faut gérer le budget d'un État comme les cordons de la bourse d'un ménage, ces pourfendeurs des déficits préservent très prosaïquement les intérêts de la classe dominante. Celle-là même qui, en voyant tout sous le prisme de l'accumulation et de l'enrichissement matériels, se voyait qualifiée par Keynes de «semi-criminelle» et de «semi-pathologique»... Tout en étant symptomatique de la domination des rentiers sur nos économies, ce diktat de l'austérité révèle également une classe dirigeante et intellectuelle qui ne parvient décidément pas à aborder les fondamentaux économiques sous le bon angle. Pourquoi ne pas en effet intégrer à cette équation de la dette des paramètres aussi déterminants que le niveau des taux d'intérêt et de l'inflation ? Et pourquoi s'obstiner à considérer qu'une économie saine doit forcément être à l'équilibre (budgétaire et comptable) quand une activité économique - par essence dynamique, c'est-à-dire instable - requiert épisodiquement l'intervention lissante des fonds publics ?

Il ne faut donc surtout pas confondre économie et morale, car celles et ceux qui ont besoin d'être soutenus n'ont commis nul pêché.  Avant - bien avant - que de chercher à équilibrer ses comptes, l'État doit avoir pour seule préoccupation de remettre ses citoyens au travail.

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.
Il vient de publier "Fauteuil 37" préfacé par Edgar Morin.
Sa page Facebook et son fil Twitter.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 30/04/2019 à 8:24
Signaler
En réalité l’austérité est nécessaire des fois quand il y a éparpillement et pour trouver un sens ( feuille de route) commun c’est une stratégie nécessaire à la démocratie mais cette stratégie est déviée par «  des gens qui se croient malins » pour f...

à écrit le 29/04/2019 à 18:19
Signaler
Bien sûr. Si l'Etat n'est plus redevable de rien pourquoi effectivement n'embauche t-il pas à tour de bras des fonctionnaires à concurrence du plein emploi? Peut-être parcequ'un état ne joue pas seul sur le marché économique mondial. Quant à l'inte...

à écrit le 29/04/2019 à 16:29
Signaler
C'est bien commode... Ne pas confondre économie et morale, dit-il. Et pourtant: s'il suffit de tendre la main pour que l'état vous paie, il est tentant de se contenter de tendre la main. Mais qui achète la dette? Des fonds, des sicav, et la BCE v...

le 29/04/2019 à 17:23
Signaler
Vous n'avez jamais tendu la main! Cessez de caricaturer la misère!

à écrit le 29/04/2019 à 12:11
Signaler
L'article est vraiment bien écrit!

le 01/05/2019 à 13:12
Signaler
Oui, un bel ensemble d'énormités économiques mais bien rédigées. Monsieur Santi ne se rend même pas compte que nous sommes dans une situation comparable à la situation grecque de 2008 : des mouvements sociaux aux revendications extravagantes, un pays...

à écrit le 29/04/2019 à 11:46
Signaler
Quand le budget est déficitaire de façon chronique de 70 Milliards uniquement pour la consommation courante, on peut légitimement se demander où se trouve l'austérité en France. La dette Française est entièrement une dette de consommation courante.

le 29/04/2019 à 12:12
Signaler
C'est l’austérité qui crée les déficits.

le 01/05/2019 à 13:21
Signaler
@gringo : c'est une incantation, pas une vérité. Et on ne connait aucun exemple de pays qui soit sorti de la spirale des déficits et de la dette sans une sévère purge d'austérité et une profonde libéralisation de son économie. Inutile de me sortir l'...

le 06/05/2019 à 4:45
Signaler
Obama a fait 500 milliards d'euro de relance (et Trump à remis une couche en haut de cycle). Le Chômage US est à son plus bas, la croissance à son sommet. C'est la croissance qui paye la dette!

à écrit le 29/04/2019 à 11:00
Signaler
Depuis mille ans la France n'a jamais réellement payé ses dettes ..De nouveaux emprunts permettaient de rembourser des sommes que l'inflation rabotait .Actuellement l'inflation est faible mais tout a une fin .Ceci dit gouverner à l'Américaine ces fie...

à écrit le 29/04/2019 à 10:12
Signaler
Le nouveau budget de l’UE : une nouvelle trahison de nos intérêts nationaux et un coût d’appartenance à l’UE qui ne cesse d’exploser et tel que el rappelle l' Upr ! La proposition du nouveau budget de l’UE pour la période 2021-2027 est tout simpl...

à écrit le 29/04/2019 à 9:57
Signaler
Double belle erreur d'analyse sur le transfert intra/inter générationnel -les générations futures seront bien forcées d'être mises à la diète le jour où les prêteurs perdront confiance dans un pays qui n'arrive pas à maîtriser ses déficits donc le ...

le 29/04/2019 à 10:18
Signaler
"Force est de reconnaître que ce sont les pays les plus pingres (Allemagne-Pays Bas) " Allemagne, seul pays qui bénéficie de l' euro fort et dont nous avons financé grâce à l' UE, la restructuration/réunification! et qui aspire au...

le 29/04/2019 à 12:29
Signaler
Non, il a raison. L'épargne financière de la France excède largement la dette publique (plus du double) Rien que les avoirs en fonds en euros (1600 milliards) couvrent quasiment la dette publique. La détention domestique de la dette n'est pas vrai...

à écrit le 29/04/2019 à 9:51
Signaler
Oui, l'austérité peut faire une politique si elle vise à fragiliser nos démocraties et changer nos modes de vie. L'austérité participe à l’émergence de partis politiques autoritaires qui vont permettre d'instaurer des régimes liberticides. Si on cons...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.