L'urgence d'une souveraineté minérale

OPINION. La transition énergétique à l'œuvre aujourd'hui est certainement le chantier majeur des cinquante prochaines années. La sortie du « tout-pétrole » actée par l'Union européenne représente en elle-même une formidable opportunité, qui ne sera pas sans conséquences tant nos habitudes de consommation, de déplacement vont être bouleversées dans les années à venir. Par Eugène Daronnat, consultant en énergie

3 mn

(Crédits : DR)

Alors que nous pensions basculer dans un monde toujours plus virtuel, il apparait en réalité que notre dépendance aux matières premières et aux ressources minérales va s'accroitre de manière exponentielle. Si nous sortons à terme d'une dépendance au pétrole, nous rentrons de manière certaine dans une dépendance aux métaux stratégiques, indispensables à la transition énergétique et numérique. Le rapport Varin remis au mois de Janvier 2022 sur les enjeux « d'approvisionnement en matières minérales » pose de manière claire les enjeux.

La priorité « écologique » est évidemment de pérenniser le parc nucléaire existant (en optimisant notamment le facteur de charge de nos centrales nucléaires, aujourd'hui pour moitié à l'arrêt) tout en lançant le chantier de nouveaux EPR (15 au minimum pour répondre aux besoins croissants en électricité). Mais les combats écologiques de demain porteront aussi sur les métaux stratégiques. La France devra être à l'avant-garde de ce combat, et ce pour deux raisons.

Premièrement, pour sécuriser les approvisionnements Européens et Français en métaux stratégiques, alors que la dépendance aux matières premières est en train de devenir l'enjeu n°1. Un embargo de la Chine sur les métaux rares comme nous l'avons connu en 2010 serait dramatique pour nos économies. Nous devons accélérer fortement les investissements en la matière à travers le lancement du « fonds d'investissement dans les métaux stratégiques », qui doit être doté de plusieurs milliards d'euros, pour répondre à l'enjeu.

Une perte de compétences

Par ailleurs, la refonte du code minier et la relance de la filière minière doivent être érigées en priorité, pour que nous ne connaissions pas une situation analogue à celle de la filière nucléaire, qui a connu depuis plusieurs dizaines d'années une perte de compétences que nous payons cher aujourd'hui.

Deuxièmement, pour des raisons écologiques, parce que l'exploitation des métaux stratégiques dans des conditions écologiques désastreuses, en Chine ou en Afrique notamment, va devenir dans les mois et les années à venir un sujet porté à la connaissance de l'opinion publique. Les Français, et notamment les jeunes générations ne nous pardonneraient pas de ne pas avoir pris les devants, en cautionnant cette délocalisation de pollution dans des pays moins soucieux de l'environnement.

Concrètement, la France pourrait diligenter une recherche approfondie de la présence de métaux précieux sur son sol et dans ses océans pour s'assurer que les éléments en notre possession sont à jour, et lancer ensuite rapidement sous le quinquennat une expérimentation d'exploration. Dans le même temps, il est essentiel d'accélérer sur la thématique du recyclage de ces métaux précieux.

La culture minière faisant partie de l'histoire de notre pays, de nombreuses régions pourraient être sensibles à de telles initiatives, par ailleurs pourvoyeuse d'emplois dans le moyen-terme, à travers la relance de la filière. Et si la souveraineté minérale était la réponse française au défi de la transition énergétique ?

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 29/05/2022 à 21:31
Signaler
C est peut-être une belle opportunité à saisir . Je m étonné qu avec un territoire marin si étendu, la France conduise aussi peu de prospections.

à écrit le 29/05/2022 à 12:40
Signaler
Le BRGM doit savoir ça, où se trouvent les minerais intéressants, du moins potentiellement. Mais les gens n'en veulent pas des mines (près de chez eux), même aux normes 2022 (respectées ? On pollue et on s'en va, souvent des entreprises étrangères, n...

à écrit le 29/05/2022 à 12:21
Signaler
On n'arrive pas à rélocaliser l'industrie à haute valeur ajoutée et on devrait rélocaliser la pollution liée à l'extraction des mineraux? C'est totalement ridicule et impossible: les français n'accepteront jamais par exemples des mines de lithium. J...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.