La bande-annonce de Macron 2022

 |   |  569  mots
Jean-Christophe Gallien.
Jean-Christophe Gallien. (Crédits : Reuters)
OPINION. Avançant derrière le bouclier protecteur d'un bilan stratégique et opérationnel qu'il auto-évalue très positivement, Emmanuel Macron n'hésite pas à engager les Français à être fiers de cette réussite collective. Le verbe alerte, le président de la République s'est présenté en chef qui veut aussi incarner le premier rebond d'une « réinvention » de la France et de l'Europe qu'il propose non seulement pour les deux années à venir, mais pour la prochaine décennie ! Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, président de j c g a.

Quel rythme ! Emmanuel Macron avait le verbe alerte hier soir. Un ton très affirmé, plein de certitudes, celui d'un chef qui vient, selon ses propres propos de mener son armée à « une première victoire » contre le virus ennemi.

Un chef qui veut aussi incarner le premier rebond d'une « réinvention » de la France et de l'Europe qu'il propose non seulement pour les deux années à venir, mais pour la prochaine décennie ! Plus que le cap attendu, il s'agissait du véritable teaser du lancement de sa prochaine campagne présidentielle.

Président accélérateur et autosatisfait

Jouant des coudes médiatiques pour reprendre le contrôle du tempo politique, Emmanuel Macron, président accélérateur, nous a projeté dans un retour confiant à la vie presque normale plus rapide que prévu. Avançant derrière le bouclier protecteur d'un bilan stratégique et opérationnel qu'il auto-évalue très positivement, il n'hésite pas à engager les Français à être fiers de cette réussite collective. Le président en mouvement veut aussi neutraliser par avance les attaques de ses adversaires par la révélation offensive des corrections des « failles, fragilités, dépendances ou lourdeurs » préexistantes ou oubliées qui furent révélées par l'épreuve d'une crise terrible et unique.

La réinvention et l'indépendance de la France et de l'Europe

Survolant la météo sanitaire, il a dessiné les contours de la prochaine bataille, celle de l'épreuve économique. Là aussi, il s'octroie à lui-même un satisfecit comparé en rappelant l'ampleur des mesures nationales et les « 500 milliards d'euros » déjà engagés mais aussi la révolution financière européenne qu'il a imaginée et obtenue et qu'il porte avec l'Allemagne pour « ensemble » livrer et gagner ce combat.

Ignorant des élections municipales qu'il semble, on le comprend, vouloir déjà effacer, il nous donne un prochain rendez-vous en juillet. Date à laquelle il précisera le contenu de cette bande annonce de sa prochaine campagne. Celle, martelée, de la réinvention et de l'indépendance de la France et de l'Europe qu'il veut fortes, souveraines, solidaires et écologiques.

L'énergie du jour qui vient !

Il livre les bonnes feuilles de la « reconstruction » qu'il veut conduire. Unité et ordres républicains entre intransigeance face aux racismes mais aussi face aux communautarismes, « la République n'effacera aucune trace ni nom de son histoire » et rôle essentiel des forces de l'ordre. Il annonce de nouveaux équilibres pour l'organisation territoriale pour « libérer la créativité et l'énergie du terrain » car « tout ne peut pas se décider à Paris ». Il appelle à un pacte productif technologique, industriel et agricole, emplois de demain entre environnement, stratégie maritime... et la nécessité de travailler et produire plus et plus proprement. Et il place au cœur la jeunesse sans oublier les aînés.

Bande annonce de campagne, on vous le disait, avec un final, encore long, qui annonce le slogan à venir : « Ayons ensemble cette volonté de conquérir cette énergie du jour qui vient ! »

On n'en doutait pas vraiment. Emmanuel Macron ne démissionnera pas et il sera bien candidat à sa réélection en 2022.

Avec qui à Matignon et contre qui ? À qui le tour !

___

Par Jean-Christophe Gallien
Politologue et communicant
Président de j c g a
Enseignant à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2020 à 16:39 :
C'est parfaitement analysé!
a écrit le 15/06/2020 à 11:19 :
"Le verbe alerte"

Ce serait quand même bien que ses ministres disposent des mêmes communicants que lui ça permettrait au moins de faire illusion un minimum mais tandis qu'un parle beaucoup trop mais bien les autres eux se noient dans des éléments de langage rincés jusqu'à la nausée.

IL n'a pas le choix il a été placé là pour que les paradis fiscaux de nos mégas riches se remplissent toujours plus d'argent public, qu'il le veuille ou non il est obligé de se représenter point final.

De toutes façons sa vie n'a été qu'une suite de décisions qu'il n'a jamais pris de lui même, retiré à la garde de ses parents en pleine crise d'adolescence pour de simples raisons personnelles, partant de là il n'avait déjà plus aucune chance d'accéder à la liberté.

Sans puissance non plus il peut quand même ressentir quelques émotions en se faisant le traducteur de la "puissance" des gens qu'il sert. Je ne pourrais jamais en vouloir à cet enfant perdu, c'était un excellent choix de la classe dirigeante, le véritable bouc émissaire idéal.

Notez d'ailleurs comme les médias de masse font de la publicité à ce parti politique moribond qu'est le RN, qui n'a plus rien à dire ou faire qui se contente juste de capitaliser sur ces voix électorales détournées dans le seul profit de l'oligarchie. Le RN qui a exactement le même programme économique que les LREM, quelle incroyable surprise non ?

Élections pièges à gonds.
a écrit le 15/06/2020 à 11:06 :
Il n'y a assurément pas d'autre alternative, il a déjà trouver la réponse aux questions existentielles pour cela seul étalon: l'argent, la monnaie, le flous, la thune etc!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :