La Chine et l'infox  : guerre des métaux et anti-voiture électrique

 |   |  1154  mots
La mine de Bayan Obo est le site qui abrite le plus important gisement de terres rares au monde. Elle est située près de Baotou, en Mongolie-Intérieure (Chine).
La mine de Bayan Obo est le site qui abrite le plus important gisement de terres rares au monde. Elle est située près de Baotou, en Mongolie-Intérieure (Chine). (Crédits : Reuters)
OPINION. Il est de bon ton dans les médias d'accuser la Chine de mener une guerre en faveur des métaux, en particulier ceux qui sont indispensables aux batteries qui vont équiper la voiture électrique. Pourtant, à examiner les faits, ces slogans révèlent surtout une profonde méconnaissance de la façon dont fonctionnent l'industrie minière et le marché mondial des métaux. Par Didier Julienne, spécialiste des marchés des métaux (1).

Sur les six derniers Présidents et Premiers ministres chinois, tous sauf un, reçurent une formation thématique d'ingénieur. De 1998-2003 le Président Jiang Zemin était ingénieur électrique tout comme son Premier ministre Zhu Rongji, de 2003-2012 Hu Jintao était ingénieur hydro-électrique et Wen Jiabao était ingénieur géologue, depuis 2012 Xi Jinping est ingénieur chimiste des procédés et l'exception est Li Keqiang, juriste de formation.

Il est plus simple d'atteindre l'objectif national lorsqu'on en comprend le chemin, et cette chronologie thématique des dirigeants chinois le démontre. Elle correspond à la stratégie du développement du pays : centrales électriques et charbon ; hydroélectricité et projection d'entreprises minières et d'hydrocarbures outremer en Afrique, Amérique du Sud, Australie... ; chimie des procédés et investissement agroalimentaire.

Intelligence économique

Certes, l'emploi de l'intelligence économique, une arme désormais largement utilisée par toutes les nations, a été favorable à Pékin dans de nombreux domaines, notamment en Afrique et dans les Tech, mais souvent parce que nous avons été naïfs. Toutefois, quelle jubilation cela dû être pour Pékin de voir ses trois stratégies énergétique, minière et agroalimentaire être couronnées de succès lui permettant d'étendre son empire industriel et son influence au monde entier. La dernière avancée correspond aux progrès chinois sans précédent dans les matériaux de l'éolien et du solaire, et la prochaine dans ceux de la voiture électrique connectée en auto partage et bus et camions à hydrogène.

Sans la Chine, cette prochaine révolution de la mobilité ne serait pas possible, et peu importe la source actuelle d'électricité utilisée pour charger la batterie et pour fabriquer de l'hydrogène, car à l'avenir elle sera décarbonée, comme cela est déjà le cas en France. Au final, sous certaines conditions, ces deux mobilités seront les deux solutions les plus indolores pour la planète, et pourtant elles sont combattues. De la même manière que les orages font éclore des insectes, sous cette révolution naissent des impostures rampantes transformant l'épopée industrielle chinoise en des infox anti-Pékin. Elles accusent la Chine d'une part d'avoir effrontément guerroyé pour des métaux, d'autre part avec son slogan « voiture verte, batterie rouge » elles taclent son hégémonie dans la voiture électrique connectée. Comme souvent, bâties par l'ignorance et sur l'émotion, ces deux infox confortent des croyances, exigent la célébrité, courtisent les lobbies et s'insinuent dans des cerveaux identiques à des nids d'oiseaux absents.

Pourquoi laisser la Chine prendre 20 ans d'avance

La Chine est assez grande pour se défendre seule, mais essayons d'y voir plus clair. La vérité étant toujours plus complexe et contraignante qu'une infox, pour la révéler interrogeons la fake-news. S'il y avait réellement une telle guerre avec la Chine, pourquoi les États-Unis n'ont-ils pas aidé une société minière américaine contrainte de vendre la plus grande mine de cobalt au monde située en RDC en Afrique, à une société chinoise ? Si guerre il y avait entre la Chine et l'Occident, pourquoi Washington ou l'Europe n'ont-ils pas bataillé lorsqu'une société chinoise rachetait à une société canadienne ses participations dans SQM, le leader mondial chilien du lithium ? Puisque les terres rares ne sont pas rares, les États-Unis étaient-ils à ce point impuissants de ne pouvoir financer un effort de guerre de 500 millions de dollars pour construire une industrie de terres rares à partir de la douzaine de gisements que contient leur sous-sol ; pourquoi connaîtrions-nous mieux la composition minérale de la surface de la lune que la présence dans nos propres sous-sols de minéraux indispensables aux véhicules électriques, est-ce Pékin qui entrave l'exploration de nos territoires ? Pourquoi laisser la Chine libre d'investir dans tant de mines stratégiques en Afrique et en Amérique du Sud ? Pourquoi laisser la Chine prendre paisiblement 20 ans d'avance dans la voiture électrique et à présent dans l'hydrogène comme dans les deux villes de Foshan et Yunfu ?

Une même raison, la géologie

Allons plus loin dans l'interrogation qui accuse aussi la Chine d'avoir éliminé ses concurrents dans les métaux. Si le premier producteur de cuivre mondial est le Chili, c'est non pas parce qu'il a éreinté des rivaux, mais parce que son sous-sol renferme beaucoup de cuivre. Pareillement pour l'Indonésie, les Philippines, la Russie et le Canada avec le nickel, la RDC et le cobalt, le triangle andin et l'Australie dans le lithium, l'Afrique du Sud et la Russie pour les platine et palladium, l'Australie et le Brésil dans le minerai de fer ou la Guinée et la bauxite . Tous ces pays excellent chacun dans leur métal non pas parce qu'ils ont cherché à éliminer des concurrents, mais simplement parce qu'ils ont de riches ressources minières. Si la Chine est forte dans les lanthanides, le lithium, le tungstène et d'autres métaux, ce n'est pas parce qu'elle a anéanti des adversaires au cours d'une imaginaire conflagration métallique, mais pour la même raison : la géologie. Elle dispose de riches gisements, elle les a exploités et transformés en aval dans ses industries et notamment pour la voiture électrique et les bus et camions à hydrogène.

Dernier point. Une liste de métaux critiques n'est ni une prise de guerre, ni une arme, ni une offensive, mais l'aveu de faiblesse de son émetteur, une reddition imbelle. S'il y avait eu un tel conflit, quels pays se sont-ils battus pour ces listes contre la Chine, où se trouve le champ de bataille, où sont les généraux, les armes et les armées ? Quelles étaient les prises de guerre, quel butin ? Aucune réponse, la fake-news reste muette et cloîtrée, ses pèlerins panurgiques trompés. Aucun pays n'a guerroyé, personne ne s'est opposé, l'imposture est un leurre, un canular antichinois.

Pékin a une Doctrine Ressources Naturelles

In fine, la vérité s'impose : au cours des 40 dernières années, la Chine grâce à la formation de ses dirigeants a ouvré une Doctrine Ressources Naturelles déployant des efforts considérables dans l'énergie, les métaux, mais aussi l'agroalimentaire pour assurer son développement, abaisser son coût de production et fabriquer des produits accessibles à sa population, dont ceux des ENR et des nouvelles mobilités. En outre, elle implémentait une politique industrielle de protection de l'environnement. Cette progression hors de page renvoie les infox à leurs origines, le canular. Elle nous renvoie également aux cruelles absences et vacuités de nos propres Doctrine Ressources Naturelles et à un outrage : leurs viduités industrielles.

(1) Didier Julienne anime un blog sur les problématiques industrielles et géopolitiques liées aux marchés des métaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2019 à 10:52 :
Cela sent le commentaire d’un représentant d’une ‘’grande école’’ française, voire d’une très grande. On ne peut y souffrir d’être contesté, puisqu’on a appris que ‘’l’élite’’ a toujours raison même quand elle a tort.
Les ingénieurs spécialistes, pas les garnds généralistes qui eux savent tout par essence, ne sont plus considérés que comme des OS supérieurs (un peu). Les décisions se prennent dans le CA avec quelques X, énarques, DRH, communicants, financiers. Les vrais professionnels sont rarement là.
M. Une opinion divergente, il y deux choses que l’on n’enseigne pas dans les grandes écoles : le courage (comme d’écrire un commentaire sous son propre nom) et l’honnêteté. A titre d’exemple , les grands dirigeants responsables de faillites monumentales et dispendieuses (Uramin) ne rendent pas de compte depuis plus de 12 ans, mais recevront peut-être une petite tape sur le poignet à titre posthume au train ou va notre justice.
Par ailleurs, considérer cet article comme de propagande prochinoise, est ridicule, comme si les Chinois avaient besoin d’aide dans le domaine industriel et commercial.
a écrit le 02/07/2019 à 8:52 :
Cet article brasse du vent à chipoter sur le fait comme quoi la Chine et l'Occident ou même le reste du monde n'ont jamais vraiment été en guerre pour le contrôle des ressources étant donné que les sociétés et nations concernées ont toute laissé faire la Chine dans l'acquisition de ces actifs.
Très bien, et alors ? Quel est le but de cet article ? Une propagande pro Chinoise qui nous dépeint la Chine comme non belliqueuse et pauvre victime de l'intox des médias Européens ? Mettre en évidence l'incurie des sociétés Européennes et Américaines sur ce sujet stratégique? Ou bien les deux ?

On pourrait passer des heures à discuter sur l'hypothétique vision intellectuelle des faits passés que cela ne changerait en rien la réalité de l'intention Chinoise qui ne vise rien d'autre qu'une expansion hégémonique avec comme moteur sous jacent la revanche contre les Occidentaux et les Japonais après un siècle d'humiliation et une course à l'enrichissement du pays pour que le parti unique puisse se légitimer et donc se maintenir en place. Ce terreau explosif qui mêle ressentiment, nationalisme et course effrénée au développement n'est pas vraiment en phase avec la vision romantique des routes de la soie que la Chine essaye de vendre au monde.

Enfin, pour information, une guerre économique n'a pas besoin de champs de bataille ni de déploiement de fantassins comme vous l'avez écrit. Argument fallacieux qui plus est.
a écrit le 02/07/2019 à 4:36 :
En France nous avons les enarques. Le must.
a écrit le 02/07/2019 à 4:25 :
Très bien l'article de D.Julienne.Je vais simplement rappeler des données macroéconomiques.Le Singapour et la Corée, oavec des régimes autoritaires de droite mais pratiquant des politiques économiques keynesiennes,dirigistes,une sorte de capitalisme d'état, ont réussi à se développer en 50-60 ans.Le Chili,qui à l'époque était plus riche que ces 2 pays,se retrouve aujourd'hui loin derrière.Comment expliquer cette différence?.Le Chili ,depuis le coup d'état de 1973,a renoncé à toute intervention de l'état sur l'économie.Résultat des courses,c'est les grandes compagnies étrangères y compris chinoises,qui se sont emparées des matières premières chiliennes,laissant au Chili une toute petite partie de la valeur ajoutée.Du coup ce pays ne s'est pas vraiment développé,avec une économie rentière qui favorise l'oligarchie locale et les grands groupes étrangers.
La Chine est communiste,mais elle a développé un capitalisme d'état depuis 40 ans,qui a développé de manière spectaculaire son économie.Et cela,en instaurant des fortes barrières protectionnistes.
a écrit le 02/07/2019 à 3:23 :
Valable 89@.Et vous croyez que le "démocratie" occidentale est très démocratique?.La France et surtout les usa ont soutenu ou installé des dictatures,dans les pays du tiers monde,pour favoriser la mainmise des multinationales occidentales,sur les minerais,pétrole et matières premières de ces pays.
Après,pour le fonctionnement de la démocratie en France,il suffit de constater que la justice,est à la botte du pouvoir exécutif.Pourquoi,on utilise les balles de caoutchouc contre les manifestants,alors que presque aucun pays occidental développé ne le fait?. En plus,d'un point de vue de maintien de l'ordre,il n'y a aucun besoin d'utiliser ces armes,qui eborgnent des simples manifestants.Le seul intérêt,c'est faire peur aux gens,pour qu'ils ne manifestent plus.C'est démocratique ça?.
a écrit le 02/07/2019 à 0:14 :
Rien compris

La chine produit moins cher pour les métaux aussi.
Le reste n'est pas démontré, juste supposé.
a écrit le 01/07/2019 à 22:45 :
Il n'y a qu'une chose à retenir de la Chine, c'est une dictature communiste qui ne nous réserve rien de bon.
Plutôt que de gloser sur les problèmes économiques, les gros sous, il me semble que dénoncer ce régime, parler des droits de l'homme serait plus efficace et à tout le moins éthique que de composer avec cette horreur.
a écrit le 01/07/2019 à 17:51 :
Je donne complètement raison à D.Julienne.C'est des lobbies( notamment pétrolier),qui sont derrière les attaques contre la Chine.Il ne faut pas être naïfs!.
Je reviendrai dans un autre post sur la Chine,la voiture électrique et aussi sur les attaques contre l'Allemagne et le poids actuel des énergies carbonėes dans la production d'électricité que comme le dit D.Julienne pour la Chine,ne durera pas.
a écrit le 01/07/2019 à 15:30 :
De plus, varier les modèles et les prix pour satisfaire à une demande diversifiée est de moine en moins fréquent en Europe !§!
A l'inverse d'en Chine : https://www.automobile-propre.com/breves/en-chine-ce-coupe-electrique-est-vendu-15-000-euros/
a écrit le 01/07/2019 à 14:14 :
C est simple. La chine est un pays communiste alors que l UE ou les USA sont gouvernés par des liberaux. Ca repond donc aux question comme " États-Unis étaient-ils à ce point impuissants de ne pouvoir financer un effort de guerre de 500 millions de dollars pour construire une industrie de terres rares". Aux USA l Etat n a pas a injecter 500 millions dans une industrie quelconque.

Comme l indique l auteur, les dirigeants chinios sont des Ingenieurs, chez nous des enarques. donc on veut des compagnies sans usine, avec des gens dans des bureaux qui disent aux chinois (forcement cretins) ce qu ils doivent faire. Le Resultat c est qu Alcatel n existe plus et que Huawei est un leader technologique sur la 5G. Et c est pas fini. En chine faire Ingenieur est une promotion sociale. EN France c est un mauvais choix, puisque ca condamne a travailler pour un marchand de viande de type Altran pour un salaire pas terrible. Du coup nos etudiants font medecine ou du management : ca paye mieux et les perspectives de carrieres sont meilleures
Réponse de le 01/07/2019 à 16:51 :
Pourquoi répondre à un internaute dissimulé derrière un pseudo-masque ?

Mais, deuxième exception parce que vous confirmez la thèse du sujet.

Vous dites : « Aux USA l Etat n a pas a injecter 500 millions dans une industrie quelconque.. ». Ils le firent à d’autres époques, mais ici ils n’ont pas encore injecté pas 500M$ parce qu’il n’y a pas eu de guerre des métaux. CQFD.
a écrit le 01/07/2019 à 13:19 :
Sur le plan économique , la Chine a fait des choix pragmatiques et intelligents, au lieu de critiquer la Chine, il faudra commencer par reconnaître que nous l' avons sous-estimée et que nous lui avons facilité son ascension par notre arrogance quant à notre prétendue supériorité technologique. Nous prenons encore les chinois pour des copieurs à un moment où ils nous dépassent...
a écrit le 01/07/2019 à 13:16 :
"Certes, l'emploi de l'intelligence économique, une arme désormais largement utilisée par toutes les nations, "

Diantre quelle affirmation !?

POur la Chine ok, pour les états unis c'est évident, pour la russie aussi et le royaume uni s'y est également mit mais ensuite svp ?

POuvez vous nous donner un exemple d'intelligence économique en UE ?

Ben oui on est en déclin je le sais bien mais ça n'autorise pas le manque de précision.
Réponse de le 01/07/2019 à 16:50 :
Pourquoi répondre à un internaute dissimulé derrière un pseudo-masque ?

Mais exception sur ce sujet de l'IE, que je connais un peu.

Les exemples sont nombreux. Les défaites sont connues, elles errent aux yeux de tous dans les pacages et n'auront pas échappé à votre œil d'aigle, les succès sont nombreux et heureusement restent des secrets.
Réponse de le 01/07/2019 à 16:50 :
Pourquoi répondre à un internaute dissimulé derrière un pseudo-masque ?

Mais exception sur ce sujet de l'IE, que je connais un peu.

Les exemples sont nombreux. Les défaites sont connues, elles errent aux yeux de tous dans les pacages et n'auront pas échappé à votre œil d'aigle, les succès sont nombreux et heureusement restent des secrets.
Réponse de le 01/07/2019 à 18:36 :
" Pourquoi répondre à un internaute dissimulé derrière un pseudo-masque ?"

Facile, vous ne tenez pas compte du pseudo mais uniquement du commentaire à savoir vous ignorez la forme pour vous concentrer sur le fond et si le fond ne vous intéresse pas en effet vous n'avez pas à y répondre et même s'il vous intéresse d'ailleurs... Cela arrive très souvent vous savez ne vous en faites pas je ne suis pas vexé que quelqu'un qui dévoile sa véritable identité ne réponde pas à un anonyme je le comprends parfaitement et le recommande même mais en même temps cela ne m'empêche pas non plus de poser des questions anonymement hein... :-)

Bref à part ces quatre pays trouver des puissances politiques générant donc de l'intelligence économique vous n'en avez pas d'autres hein ?

Sans puissance politique il ne peu pas y avoir d'intelligence économique, pire quand ce sont les marchés financiers paramétrés pour les très gros revenus à très court terme qui par définition même sont aux antipodes de l'intelligence économique.

Vous savez j'y ai cru à fond moi à l'intelligence économique, la pensée à long terme, je trouvais que c'était une excellente idée pour redynamiser notre économie mais voilà, les comptables, les banquiers et les avocats fiscalistes sont les principaux conseillers de nos chefs d'entreprise et trouver du dynamisme au milieu de ces trois là relève du miracle. Cela arrive quand même heureusement ! Mais c'est rare...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :