Les terres rares ne sont pas rares

 |   |  675  mots
Une pelleteuse en train d'extraire des terres rares.
Une pelleteuse en train d'extraire des terres rares. (Crédits : Reuters)
Dans sa guerre commerciale qui l'oppose aux Etats-Unis, la Chine menace de limiter les exportations de terres rares, une importante ressource stratégique dans le domaine de la high-tech, vers le pays de l'Oncle Sam. Or, bien que dominante dans ce secteur, certains éléments - exploitation à perte des mines chinoise, mise en place d'une politique de quotas sur les terres rares dénoncée par l'OMC ou encore possibilité pour les Etats-Unis de se ravitailler auprès d'autres pays - indiquent qu'il sera difficile pour la Chine d'imposer son diktat. Par Robert Jules, directeur adjoint de la rédaction.

Dans la guerre commerciale et technologique, sur fond d'affaire Huawei, à laquelle se livrent la Chine et les États-Unis, le cas des terres rares occupe une place à part. La crainte que Pékin exerce un chantage sur le reste du monde pour cet ensemble de 17 métaux, indispensables au fonctionnement de nombreux produits high-tech, et surtout d'armes de défense de pointe, est devenue un sujet de prédilection de la géopolitique avec cette équation : qui a les terres rares peut devenir un leader mondial, grâce à la domination technologique.Mais c'est oublier un peu vite la dimension du marché.

En effet, même si la Chine produit aujourd'hui 90 % des terres rares (dont 70 % proviennent d'une seule mine, Bayan Obo, située en Mongolie-Intérieure), elle n'est pas le seul pays à posséder des réserves prouvées. Certes, elle est première et de loin avec des réserves prouvées évaluées à 44 millions de tonnes. Mais le Brésil en a 22 millions de tonnes, la Russie 18 millions de tonnes, l'Inde 6,9 millions de tonnes, l'Australie 3,4 millions de tonnes, le Groenland 1,5 million de tonnes, et les États-Unis 1,4 million de tonnes, un volume qui équivaut à... 140 années de la consommation annuelle...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2019 à 15:18 :
Et, je prends de l'avance, si je peux pas répondre au peine à penser maison ou bien faire supprimer son trollage vous supprimez mon commentaire, ma proposition est tout simplement incontestable.
a écrit le 17/06/2019 à 9:36 :
La Chine est redevable aux mégas riches du monde entier de lui avoir massivement acheté sa main d'oeuvre au rabais, s'ils gardent la tête haute c'est d'abord et surtout pour tenir leur population en situation de crise majeure, plus d'un milliard de gens à diriger, surtout avec des milliers de manifestations par an contre la pollution, c'est le monde entier qui est concerné.

Donc la meilleure voie à suivre pour eux et celle de Trump tout en faisant penser à son peuple que c'est eux qui ont eu l'idée de moins polluer et plus payer leurs salariés tout en écoutant moins les milliardaires aliénés. La Chine tout comme l'UE ayant un problème majeur d'oligarchie aliénée par sa cupidité.

LEs chefs d'etat du monde entier ont tous intérêt à suivre Trump, même Poutine le sait, afin que la finance dégénérée recule car bien trop angoissée pour être en état de gouverner la preuve c'est que pour l'instant ils ne font que tout casser.

Aujourd’hui c'est l'épreuve de philo ! Vous avez 4 heures...

"DANGER DE LA RICHESSE: Seul devrait posséder celui qui a de l'esprit: autrement, la fortune est un danger public. Car celui qui possède, lorsqu'il ne s'entend pas à utiliser les loisirs que lui donne la fortune, continuera toujours à vouloir acquérir du bien: cette aspiration sera son amusement, sa ruse de guerre dans la lutte avec l'ennui. C'est ainsi que la modeste aisance, qui suffirait à l'homme intellectuel, se transforme en véritable richesse, résultat trompeur de dépendance et de pauvreté intellectuelles. Cependant, le riche apparaît tout autrement que pourrait le faire attendre son origine misérable, car il peut prendre le masque de la culture et de l'art: il peut acheter ce masque. Par là il éveille l'envie des plus pauvres et des illettrés - qui jalousent en somme toujours l"éducation et qui ne voient pas que celle-ci n'est qu'un masque - et il prépare ainsi peu à peu un bouleversement social : car la brutalité sous un vernis de luxe, la vantardise comédien, par quoi le riche fait étalage de ses "jouissance de civilisé" évoquent, chez le pauvre, l'idée que l'argent seul importe, - tandis qu'en réalité, si l'argent importe quelque peu, l'esprit importe bien davantage.»

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :