Limitation à 80 km/h : touche pas à mon champignon !

 |   |  732  mots
Pour l'avocate Jehanne Collard, sauver des vies sur les routes françaises est un combat nécessaire, urgent, qui vaut bien qu'on sacrifie quelques minutes de notre temps.
Pour l'avocate Jehanne Collard, "sauver des vies sur les routes françaises est un combat nécessaire, urgent, qui vaut bien qu'on sacrifie quelques minutes de notre temps." (Crédits : Regis Duvignau)
La route fait encore, chaque année, en France 3.600 morts et près de 30.000 blessés graves. La limitation de la vitesse maximale fera perdre un peu de temps mais sauvera des vies. Par Jehanne Collard, avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route, et Julien Thibault, président de l'association Victimes et Citoyens.

A l'heure du regain des tensions internationales, de la guerre commerciale, des risques de crise économique mondiale, à l'heure de la pression intégriste, des menaces terroristes, à l'heure de la montée des nationalismes, des populismes et du racisme au cœur même de l'Europe, la France se mobilise pour une seule cause :  Touche pas à mon champignon !

La fronde est générale. Ayatollahs du volant, forçats de la route, experts auto-proclamés, élus en mal de publicité, partis politiques en perte de vitesse scandent, devant les caméras, les mêmes slogans. On ne nous imposera pas le 80 km/h ! On ne nous volera pas 50 secondes sur un trajet de 8 kilomètres ! On n'opprimera pas le bon peuple avec des radars routiers ! On ne le rançonnera pas à coup de contraventions ! C'est une affaire de principe, une question de liberté, de droit fondamental à s'éclater au volant.

Cette fureur, qui ne manque pas de stupéfier autour de nous les admirateurs de la patrie des droits de l'homme, a-t-elle la moindre justification ? Rappelons la triste réalité. La route fait, chaque année, en France 3.600 morts et près de 30.000 blessés graves. Plus qu'en Allemagne, en Italie, en Pologne, au Royaume Uni ou en Espagne. Depuis 2014, le nombre de victimes ne baisse plus, voire repart à la hausse parce que les comportements se relâchent. Et que le SMS et le téléphone au volant font de nouveaux ravages.

Le bitume n'est pas le Far West !

Doit-on se résigner à cette hécatombe ? Peut-on sérieusement mettre en balance toutes ces vies massacrées avec quelques minutes de plus sur un trajet, même quotidien ? Et faut-il accepter cette nouvelle hystérie qui identifie tout contrôle à une oppression, toute contravention à un racket organisé, tout conducteur imprudent à une victime de la tyrannie ?

Il est vrai que la limitation de la vitesse maximale sur les routes secondaires nous fera perdre un peu de temps. Il est vrai aussi que ce n'est pas un remède miracle. Elle n'agira que sur un petit tiers des accidents corporels. Mais en réduisant les distances de freinage, la violence des chocs, elle sauvera des vies. Il est bien sûr nécessaire de lutter aussi contre les autres causes d'accident : l'alcool, la drogue, le téléphone au volant. Mais ces combats passent, à l'évidence, par un renforcement de la présence des policiers et des gendarmes sur les routes alors qu'ils ont fort à faire sur d'autres fronts.

Agir sur les vitesses maximales permet d'agir vite. Cette mesure a en effet l'avantage d'avoir un effet immédiat sur les comportements au volant. Comme toutes les grandes décisions en matière de sécurité routière, elle envoie un signal fort à tous les usagers de la route. En leur rappelant que le bitume n'est pas le Far West et que la citoyenneté doit primer sur la liberté de transgresser les règles. C'est sans doute impopulaire. Ce n'en est que plus courageux.

Incitations à la délinquance routière et manque de décence

Que proposent les adversaires du 80 km/h pour réduire le carnage ? Ils sont, sur ce point, assez décevants. Prenons le département des Hautes-Alpes dont les élus viennent de se manifester : en 2017, le nombre de victimes y a augmenté de 9%. En réaction à ces vies perdues, les responsables locaux n'ont rien trouvé de mieux que d'augmenter à 80 km/h la vitesse maximale sur les portions de route jusque-là limitées à 70 km/h ! J'espère que cette pitoyable rodomontade ne coûtera pas une vie de plus cette année dans le département. Car ces mêmes élus pourraient rendre compte pénalement compte de leur décision.

Les efforts répétés pour délégitimer la limitation de vitesse à 80 km/h sont autant d'incitations directes à la délinquance routière. Il faut rappeler à leurs auteurs qu'ils jouent là avec des vies humaines. Et que leurs diatribes en faveur de la vitesse sont aussi entendues par des familles endeuillées, par des hommes et des femmes cloués à vie sur un fauteuil roulant par un coup d'accélérateur. Revenons donc à un peu de décence et de rationalité dans le débat. Sauver des vies sur les routes françaises est un combat nécessaire, urgent, qui vaut bien qu'on sacrifie quelques minutes de notre temps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2018 à 21:16 :
il est évident que plus on diminue la vitesse plus le risque diminue ... surtout si on préconise le 0 km/h !

donc dans cette logique absurde qui est celle de la perception routière et de notre Edouard .... interdisons les vélos, scooter, moto, voitures, bus, camions, replantons les routes et autoroutes en herbe et forêt et surtout interdisons de revenir au cheval et à la diligence car il se pourrait que nous ayons, à nouveau, une hausse des accidents !

ah ! et j'oubliais ! il faudra alors trouver une nouvelle taxe pour remplacer celles sur les carburants ...
a écrit le 12/07/2018 à 21:16 :
Plus de morts qu'en Allemagne... Le modèle si souvent cité...
où la limitation est à 100km/h sur ces mêmes routes...
où les radars sont placés dans les zones dangereuses, pas là où ça rapporte...
Où les autoroutes ont presque toutes des portions non limitées et où rouler à plus de 200km/h est courant...
Mais il ne faut surtout pas que ça se sache.
a écrit le 06/07/2018 à 12:14 :
Limité toujours plus c'est empêcher de vivre...
2min par jour pour environ 18m d'automobiliste, cela correspond à une personne de plus de 70ans tuée chaque jour.
Il faudrait plutôt adapter les routes dangereuses pour les fiabiliser.
a écrit le 01/07/2018 à 7:47 :
Je suis peut être tordu mais j'ai surtout l'impression que phillipe organise son impopularité a venir comme d'autres organisent leur insolvabilité. Comme ils savent qu'ils vont être tres impopulaires, ils vont battre les records de leurs predecesseurs, y a pas le choix, c'est dans l air du temps (j'avais trouvé le schema de popu/impopularité des presidents depuis le debut de la veme, depuis 2000 chirac, sarko, hollande, c'est flagrant, ça fait que grimper) autant s'organiser un motif "legitime" et "protecteur" (c'est pour votre bien)
a écrit le 01/07/2018 à 0:44 :
argument 1)
en Allemagne c’est non- limite , moins d’accident que en France

argument 2)
dans notre région il y a moins de panneaux a changer ( en nombre)en zone rurale et dans le département , dans les statistiques moins d’accident en zone rurale que dans les départements


argument 3)
d’après des scientifiques de la pollution de l’air , rouler à 80 km/h va augmenter la pollution de l’air à cause de l’entre- deux vitesse 4 et 5...

Cette mesure devrait être testée avant d’être imposée.
a écrit le 30/06/2018 à 8:00 :
Le problème sera réglé aux prochaines élections !
a écrit le 30/06/2018 à 7:43 :
Quel monde ! Des aréopages de gens passant pour sérieux veulent nous faire croire qu'ils s'occupent sérieusement de choses sérieuses pour notre plus grand bien. J'en suis baba.
Mais plus j'y réfléchis, plus j'en arrive à considérer ce qui suit.

Par des allusions échappées sans grande réflexion, à chaque mandat, chaque bord politique qui monte sur le podium nous révèle ses pensées intimes et tout le fossé qui le sépare des masses silencieuses de citoyens moyens anonymes.
Ces allusions leur donne une étiquette qui les situe sur l'échiquier. Avant même qu'ils ne commencent à oeuvrer chaque auditeur/spectateur sait déjà quel est le loup qui se cache sous leur habit de moine.

C'est en bonne partie la raison pour laquelle je n'arrive pas à comprendre que mes concitoyens soient à chaque fois déçus alors que la couleur est souvent annoncée à l'avance. S'ils épluchaient les déclarations avec un peu plus d'attention, beaucoup ne tomberaient pas dans le piège de leurs harangues.
Les élections sont comme un constat amiable d'accident où il faut absolument bien lire l'intitulé des cases afin d'éviter d'en cocher une qui ne correspondrait pas en totalité à la situation que l'on voudrait voir aboutir. Si un seul aspect s'en écarte, il ne faut surtout pas cocher la case, et c'est pourtant par dépit de ne pas trouver son prophète qu'un grand nombre coche une approximation.

Ce fut le cas avec Sarkosy, pour la distance qu'il a pris avec « les ploucs » de français, sa fête d'intronisation à bord d'un yacht de milliardaire et son « karcher » faiblard tout neuf resté dans son emballage pour cause de licenciement massif de préposés.

Ce fut le cas avec Raffarin et ses « raffarinades » qui a séparé la France et les français d'en bas de celle d'en haut.

Cela a été le cas de Hollande avec les misérables « sans dent » qui avaient constitué sa large base électorale après les frasques de Sarko, et qui a oeuvré pour l'essentiel pour toutes les minorités contre les écrasantes majorités, ce qu'il avait pourtant bien préalablement annoncé.

Cela a été le cas avec Macron et ses « macronades » qui a condamné la France pour crimes de guerre en Algérie en excusant et absolvant les fellagas de toutes les horreurs qu'ils avaient commises contre des civils totalement innocents. Monsieur est tellement mondialiste qu'il préfère tout ce qui n'est pas français ou même européen.
Tout récemment il vient de s'en prendre à l'Italie qui n'en peut plus de rester le seul garde côte vigilant face aux vagues migratoires dont même pas un dixième est justifié. Après Poutine, Trump et consorts, à quel puissant antagoniste notre arbitre-censeur du monde va t'il encore s'en prendre ?

Toutes ces « échappées belles » nous montrent à quel point ces olibrius sont aux antipodes des masses laborieuses appelées peuple des étages inférieurs. Elles nous montrent aussi combien ils se moquent éperdument de celui qu'ils n'osent même pas consulter par un référendum de peur de se voir désavouer de la manière la plus cinglante.

La France et les français qu'ils soient d'en haut ou d'en bas n'ont rien à attendre de bon de cette clique de parvenus imbus de son «intelligence tous risques» qui risquent pourtant à tout moment l'apoplexie d'un ego explosif.

Si c'est la démocratie qu'ils veulent nous faire vivre, nous finirons bien par refaire 1789 pour en arriver à une démocratie directe du modèle helvétique. Ce jour là nous vivrons vraiment en « démocratie ».

Ces amuseurs publics cherchent dans tous les recoins toutes sortes d'arguments qui épouseraient la vacuité de leurs oukases. Ils ne veulent surtout pas que le refus se cristallise au point de rendre leurs décisions violemment prises à parti et totalement inapplicable. Et pour cela ils font feu de tous bois. Toutes les ONG apportant leurs petits concours et commentaires sont les bienvenus.
«L'objectif n'est pas d'em... le monde» !

Mais voilà c'est pourtant bien le cas.

Car, au sujet de la limitation généralisée de la vitesse sur routes secondaires si des études montrent que le gros des accidents mortels intervient sur des axes sans séparateur médian, imparable lapalissade, c'est seulement sur une partie bien déterminée, répertoriée et très limitée de parfois moins de 16 % des routes qu'ils arrivent.

Les Départements et les Régions connaissent suffisamment les points noirs de leur territoire pour les définir eux-même et y limiter la vitesse.
Malgré cela on nous sert des vérités montées en épingle pour nous faire admettre une potion miracle et nous faire oublier que la vitesse de 80 km/h n'empêchera pas non plus les accidents mortels. Même la vitesse de 50 km/h peut l'être.

Le problème est surtout ailleurs, notamment dans le désengagement de l'Etat dans l'entretien et l'amélioration du réseau routier, car c'est bien là que réside la vraie cause, les pièges mortels de routes non remodelées et non entretenues faute de crédits. Mais il est vrai que réduire la vitesse coute beaucoup moins cher que d'aménager les routes.

Le seul argument sensé que j'ai entendu parmi les partisans de la limitation de la vitesse est que les responsables locaux ont eu des années pour prendre des mesures de réduction que le pourvoir central veut généraliser sans concertation ni conditions. C'est le point positif que je leur reconnais.

Tout le reste démontre un mépris sidérant des vraies voies démocratiques de gestion des affaires.

Il me semble que nous avons affaire aux trois singes de la montagne qui se comportent comme des dictateurs et qui vont faire du pays un terrain d'expérimentation de leurs lubies sans aucune recherche de consensus.
Les décisions sont dictées par des organismes technocratiques partisans sans aucune relation avec les populations et c'est malheureusement devenu la règle quand ce devrait être la voix du peuple et de ses élus qui devrait dominer.

Après la disparition de l'ISF sur l'immobilier, l'augmentation de la CSG sur les petites retraites, les coupes sombres dans tout ce qui est social, les loups vont continuer à déchiqueter le menu peuple au profit de quelques privilégiés.

Gageons que toute cette clique de dictateurs va bientôt atteindre la lie de son vin et espérons qu'une vraie démocratie reprendra le dessus, pas une démocratie de cuisine partisane, une démocratie directe donnant le pouvoir au peuple comme cela se passe dans d'autre pays européens dont on est largement à la traine.
a écrit le 30/06/2018 à 1:28 :
La première cause d'accidents : le manque d'attention au volant. En quoi modifier la limitation de vitesse sur les routes de campagnes va t'il améliorer l'attention des conducteurs? En rien. En revanche, on pourrait s'attaquer à d'autres sources de distractions : suppression des autoradios, suppression des panneaux publicitaires sur les bords de routes, l'obligation de mise en place par les constructeurs d'un box insonorisé entre le conducteur et ses passagers dans les véhicules, etc Des idées "débiles" mais qui seraient au moins aussi efficaces.
Réponse de le 30/06/2018 à 9:21 :
Ce qui tue sur route, ce n 'est pas le 90.

Ce sont les dépassements hasardeux, l'impatience, le téléphone, le non-prise en compte des indications de virages serrés, l'alcool, la drogue, les médocs, les plaques de verglas, les cyclistes qui occupent toute la chaussée, le brouillard et la fatalité...
Il y a bien des crétins qui roulent à 150, mais ce n'est pas un panneaux 80 qui va les arréter puisqu'une fois les bornes franchies, il n'y a plus de limites.
Au passage, les radars étaient supposés sortir ces gens là de la circulation, et force est de constater que non seulement ils sont encore là mais en plus ils roulent sans permis et sans assurance.

J'attends encore qu'on me démontre que rouler à 90 km/h, sur un réseau adapté pour ça depuis un siècle, à bord d'un véhicule conçu pour atteindre 180 km/h sans sortir de la route grâce à l'ESP, freinant droit grâce à l'ABS, doté d'un GPS qui permet d'anticiper les virages et les zones dangereuses, soit 10% plus mortel que de rouler à 80 km/h.
a écrit le 30/06/2018 à 1:15 :
Cette histoire vise simplement à faire rentrer de l'argent via les radars.
On ne s'occupe pas des vraies causes d'accidents, en particuliers le téléphone, et divers gadgets dits d'aide à la conduite.
a écrit le 29/06/2018 à 22:29 :
Je ne me prononce pas sur la décision mais plus sur la malhonnêteté du Premier Ministre qui évoque sa mesure pour sauver!!!! des vies et DETOURNER 20 pour cent ( 500 millions environ) du revenu des radars pour boucher les trous du budget mais également dans la médiocrité de nous faire croire que quelques millions servent à désendetter notre pays alors que la dette est de plus de 2200 milliards et qu’elle a augmenté en 2017 sous une moitié de présidence de l’actuelle majorité. Son discours pourrait être crédible s’il avait annoncé  en même temsp que la TOTALITE du revenu des radars serait investi dans une amélioration du réseau et plus particulièrement celui qui est concerné, le secondaire. Cette affaire montre s’il en était encore besoin que la parole politique et les décisions ne sont pas en phase. Je note également combien la majorité LREM montre comme sur beaucoup de sujets sa soumission même pour des sujets aussi grave que la VIE. J’ai voté pour cette majorité dès le premier tour mais elle me déçoit un peu plus chaque jour. Mme Collard pour qui j'ai le plus grand respect est comme les politiques elle oublie certains points comme ce détournement de l'argent des radars. Si l'on veut défendre une cause il ne faut pas accepter de plaider!!! qu'une partie du dossier mais mettre en cause tout ce qui ne permet pas de sauver des vies et non brosser un tableau "le Far West du bitume" en refusant de dénoncer l'hypocrisie politique pardon le Far West de l'affectation des amendes due aux conduites dangereuses.
a écrit le 29/06/2018 à 17:40 :
Depuis le début du mandat, ce gouvernement harcèle les automobilistes par une série de mesures aussi incohérentes les unes que les autres. Prétendre que 80 km/h feront baisser les décès routiers de x personnes n’est pas prouvé. Les quelques études liant la vitesse et les accidents, n’intègrent pas les évolutions de sécurité, actives et passives des automobiles depuis 20 ans, et très peu, le comportement des conducteurs, alcool, fatigue, drogue et téléphones portables. Toute projection mathématique dans laquelle le comportement humain entre en facteur dominant est sujette à caution.
Autre harcèlement et non des moindres, les taxes sur les produits pétroliers, assises sur le postulat carbone. Illogiquement écologique de ne pas avoir descendu les taxes essence sur celles du diesel. Favoriser les moteurs l’essence, qui consomment 20 % en moyenne, donc plus en CO2, et autant sinon plus en particules,un vrai délire…
a écrit le 29/06/2018 à 16:43 :
Jehanne Collard,c'est pas son frère Gilbert qui balançait sur Twitter que le rapport secret sur l'expérimentation à 80 km/h prouverait que les accidents ont augmenté.

https://twitter.com/GilbertCollard/status/963698454202650625
Réponse de le 29/06/2018 à 17:14 :
Édouard Philippe ce n'est pas celui qui s'était fait épingler par les gendarmes alors qu'il fonçait à plus de 150 km/h au lieu de 110 ? retrait de permis de 2 mois + amende...et on donne des leçons !
Le comble : "L'ancien député rappelle aussi que son communiqué de l'époque affirmait déjà son engagement pour une ligne « ferme en matière de sécurité routière. "
a écrit le 29/06/2018 à 16:35 :
Que l auteur de l article soit logique avec elle meme: pour sauver des vies, il faut imposer la limite a 0 km/h ! D ailleurs son collegue Got a deja prevenu que son prochain objectif c est 120 sur l autouroute (puis je suppose 40 en ville, 70 sur route etc ....)


Le seul argument valable pour les 80, c est que ca va generer plus de PV. L Etat est en deficit et il faut bien taxer ! N oublions pas que notre premier ministre est un disciple de Juppe, le createur du RDS
a écrit le 29/06/2018 à 16:00 :
Article passablement caricatural auquel on pourrait accorder du crédit si :
- le candidat Macron ne s'était pas déclaré opposé au 80 km/h
- l'expérimentation menée pendant 2 ans avait été probante
- si les arguments proposés étaient convaincants (que penser d'un PM qui nous dit que ce n'est pas grave de perdre quelques minutes par trajet, quand lui prend un avion à 350000€ pour gagner 2 heures ??)
Tel quel, c'est uniquement le fait du prince, sur la base d'une intime conviction, celle du premier ministre, qui ne repose donc sur rien.
Les Français ne sont pas contre les mesures de sécurité routière, seulement contre celles qui correspondent plus à de la gesticulation politique (ou du racket ?) qu'à des mesures efficaces. Rappelons qu'à Rennes, sur la rocade, a été menée une expérimentation de roulage à 70 au lieu de 90. Expérimentation abandonnée car inefficace tant pour la pollution que pour la sécurité routière. Rappelons aussi que nos voisins ont de bien meilleurs résultats que nous sur la route, avec des limitations pourtant supérieures. Quand on regarde les choses dans le détail, on s'aperçoit que ce qui fait la différence, c'est l'alcool au volant, pas la limitation de vitesse.
Le 9 janvier, qu'a décidé le CISR sur l'alcool ? Presque rien. Au lieu de ça, on s'est arcbouté sur une mesure qui n'a jamais fait la preuve de son efficacité, rejetée par 75 % des Français, qui ne sont pas tous des délinquants, ivres de vitesse, loin de là, et par la plupart des élus de province, courroucés par tant de mépris technocratique.
a écrit le 29/06/2018 à 15:15 :
Le vocabulaire employé par l'auteur de l'article la discrédite totalement tant il est agressif envers les conducteurs.
C'est quoi la majorité des excès de vitesse en France ? Ce sont des petits dépassement de moins de 20 km/h. Qui n'a jamais dépassé la vitesse limite de quelques km/h à un moment ou un autre ? Ce n'est pas pour autant qu'on devient illico un délinquant routier ou un chauffard irresponsable.
Que le gvt s'attaque sérieusement à l’alcool au volant, aux anti anxiolytique ( effets similaires à l'alcool) à la drogue et aux vrais délinquants routiers et je suis à peu certain qu'on pourra épargner bien plus de 350 vies par an !
a écrit le 29/06/2018 à 15:12 :
Le vocabulaire employé par l'auteur de l'article la discrédite totalement tant il est agressif envers les conducteur.
C'est quoi la majorité des excès de vitesse en France ? Ce sont des petits dépassement de moins de 20 km/h. Qui n'a jamais dépassé la vitesse limite de quelques km/h à un moment ou un autre ? Ce n'est pas pour autant qu'on devient illico un délinquant routier ou un chauffard irresponsable.
Que le gvt s'attaque sérieusement à l’alcool au volant, aux antianxyolitiques ( effets similaires à l'alcool) à la drogue et aux vrais délinquants routiers et je suis à peu certains qu'on pourra épargner bien plus de 350 vies par an !
a écrit le 29/06/2018 à 11:47 :
Je pense que les Départements auraient très bien pû dire quelles sont les routes a 80 et celles qui restent a 90 en fonction des données sur l'accidentologie, la voirie ou autre. Il s'agit d'une décision venue du "haut" qui concerne tous les territoires de la même manière alors que les spécificités locales sont nombreuses. On est très loin encore de la décentralisation et le principe de subsidiarité est encore qu'une notion très vague.
Réponse de le 29/06/2018 à 14:22 :
Si chaque département "fait comme il veut" pour ses limites de vitesse, il se débrouille aussi pour financer les frais engendrés par ses accidents.
et c'est là que cela coince,
Car la plus grande proportion de morts par habitants sont dans les départements ruraux. Les grandes métropoles (qui génèrent la richesse permettant (entre autre) de financer les conséquences des accidents) sont peu accidentogènes.
Réponse de le 29/06/2018 à 15:55 :
@Réponse de Sudsiduarité ? Les collectivités territoriales ont énormément de compétences sur plein de sujets divers et variés... ça ne serait pas une nouveauté...
a écrit le 29/06/2018 à 11:06 :
Pas assez compliqué:on a déja 30,50,70,80,110km/h,il serait bon d'instaurer du 35,55,75,85km/h afin d'affiner la sécurité routière.Un beau cadeau pour les vendeurs de panneaux,ça ne changera rien aux "fous de la route",s'ils trichent sur 90,ils tricheront encore plus sur 80
a écrit le 29/06/2018 à 10:42 :
La physique est implacable : a vitesse nulle, les accidents sont sans gravité.
Et si la vitesse n'est pas nulle, 100% des accidents sont causés par un occupant de la voiture.
Donc, on a deux options : on laisse des occupants dans les voitures, mais on impose une vitesse nulle, ou bien on laisse les voitures rouler toute seules, en interdisant les occupants, et là, on ne craint plus rien
C'est simple, non ? :-)
a écrit le 29/06/2018 à 10:17 :
parce que on n arrive pas a combattre l incivilité par exemple téléphone portable alcoolisme
etc et qu il n y a pas assez de gendarmes ou policiers le long des routes on a trouvé la parade 80km/h .bien et comment faire quand un véhicule n est pas dans sa file mais en contresens quand un chauffard roule a 130km/h sur des petites routes .le problème est que l on pénalise le conducteur lambda .de toute façon on réglera cela dans les urnes !
a écrit le 29/06/2018 à 9:54 :
Rouler en France est devenu une gageure. Du flic derriere chaque platane pour assommer l'automobiliste pour de pretendus delits. Je roule bcp sur les routes coreennes en province particulierement ou j'ai de nombreux partenaires a visiter regulierement.
De nombreux troncons sont limites a 90, 80 et pour finir 60 km/h.
Il est tres rare de rencontrer des forces de l'ordre. Enfin quand l'on se fait arreter, (ca arrive) pour un exces de vitesse, la courtoisie et la politesse est systematique. Aucune agressivite, du calmes et de la relaxe, on est tres loin des criteres de la police francaise souvent sure d'elle, voire vindicative. Autre pays, autres moeurs.
Réponse de le 29/06/2018 à 14:25 :
Vous devriez faire un tour en Corée du Nord pour un feedback complet !

Votre vision de la police française est très cliché ; ayant été verbalisé récemment, j'ai eu un traitement "à la coréenne", les flics font leur job, comme tous les flics.
a écrit le 29/06/2018 à 9:30 :
1: il serait intéressant d’avoir des chiffres officiels concrets sourcés pour prouver que nos voisins européens ont une accidentologie routière moindre qu‘en France.
2 : si tel était le cas, il serait d‘autant plus intéressant de noter que l‘Allemagne, par exemple, pratique majoritairement une limitation de vitesse à 100km/h sur le réseau secondaire...
Réponse de le 29/06/2018 à 14:21 :
Cette histoire de 80km/h est juste une vaste fumisterie :
1) A partir du moment où il y a de la vitesse quelle quel soit, il y a risque et statistiquement accidents, donc seul moyen d'arrêter ça, c'est effectivement de réduire la vitesse à ... 0km/h (voir le commentaire de ZeRoutard) !
2) Curieusement, il est totalement passé sous silence que, dans le 2ième pays le plus sûr en matière de sécurité routière, cad la Grande-Bretagne, la vitesse sur les routes secondaires pour les véhicules légers est de 60mph ... soit 97km/h !!! [https://fr.wikipedia.org/wiki/Limitations_de_vitesse_au_Royaume-Uni]
Cherchez l'erreur !
a écrit le 29/06/2018 à 9:26 :
L-intégriste c'est vous madame, avec vos arguments spécieux, autoritaires, manipulateurs, etc. Vous parlez d'Ayatollahs du volant, d'experts auto-proclamés, d'élus en mal de publicité, qualificatifs que l'on pourrait vous retournez à la lecture de votre tribune. Quand je lis que vous voulez utiliser le droit (le droit??) pour attaquer les élus, j'ai peur pour nos libertés!!
Réponse de le 29/06/2018 à 10:02 :
Vous êtes, madame, en pôle position à égalité avec notre premier ministre, pour remporter ce championnat de la bêtise:
Compte tenu du fait qu'il y a trop de gens électrocutés chaque année dans nos maisons et appartements, je suppose que vous souhaiteriez interdire le raccordement des logements au réseau électrique ou exiger que EDF ne fournisse plus que du 24 volts?
a écrit le 29/06/2018 à 9:25 :
si la vitesse esty vraiment si dangereuse et si le nombre de mort vous importe VRAIMENT pourquoi ne pas supprimer les voitures alors ??? ah oui, ce ne serait pas rentable pour vous et cela ne gaverait plus tous les acteurs qui en vivent si bien : flics, pompiers, hopitaux entreprises qui fabriquent des simili et autres ???
a écrit le 29/06/2018 à 9:17 :
le pb c'est que c'est pour sauver rien du tout, sauf le budget de l'etat francais qui a besoin d'argent vu qu'il est incapable de se reformer.........
80 c'est trop a certains endroits! 90 ca passe largement a d'autres.... la france reste un indecrotable pays jacobin ou des gens a paris decident de la vitesse sur des chemins de chevre du larzac...
a écrit le 29/06/2018 à 9:10 :
Commentaires bien naïf car les personnes dangereuse au volant le seront toujours. - 10km/h ne changera pas grand chose si ce n'est remplir les caisse de l'état. Car a se discours on peut aller loin genre passer tous le monde à 50km/h sur toutes les routes. de toutes façon l'état a décidé et ne reviendra pas en arriere.
a écrit le 29/06/2018 à 8:56 :
"Il faut rappeler à leurs auteurs qu'ils jouent là avec des vies humaines".

Pourtant, en termes de vitesse sur la route, le Premier ministre, qui a dévoilé le plan à l'issue d'un Comité interministériel de la sécurité routière, n'a pas toujours été un modèle.En octobre 2015, Edouard Philippe, alors maire Les Républicains du Havre, avait été contrôlé à plus de 153km/h sur un tronçon d'autoroute limité à… 110km/h. Il se rendait à Paris pour un motif familial, à bord d'une voiture de la municipalité. "Conformément à la législation en vigueur relative aux excès de vitesse compris entre 40 et 50 km/h au-dessus de la limite autorisée, et aucune autre infraction au code de la route n'ayant été constatée, mon permis de conduire a été suspendu pour une durée de 72 heures", avait-il expliqué.
"La gendarmerie nationale m'a également informé de ce que cette infraction impliquera une amende forfaitaire, un retrait de 4 points sur mon permis, une mesure de suspension administrative de ce permis et une mesure complémentaire...A l’époque, il avait déjà appelé à de «la fermeté» en matière de sécurité routière.
a écrit le 29/06/2018 à 8:55 :
"augmenter à 80 km/h la vitesse maximale sur les portions de route jusque-là limitées à 70 km/h"
ils diront qu'ils ont mal compris, c'est même parfois dit comme ça "80 sur les routes secondaires" [mais il manque, "qui étaient à 90 et sans séparateur central" sinon les 60 et 50 passeront également (bêtement) à 80, un panneau tous les 10km, simplification].
Vouloir être populiste, c'est un réflexe d'élu ? Un peu trop facile, il verra le résultat d'ici 3 ans (statistiquement il faut du temps, y a des aléas par moments).
En Suède c'est 70 ou 80, parfois sur des routes deux fois plus larges que chez nous, si quelqu'un arrive derrière, on se déporte à droite (pour ça que c'est deux fois plus large) sauf quand c'est un conducteur pressé (ça arrive, rare mais existe) qui dépasse, je reste sur ma voie, qu'il double donc ! Chez eux quand on est à un Stopp et qu'un véhicule arrive en clignotant, ils attendent que le changement de direction soit entamé pour démarrer, ça peut s'oublier un clignotant, un choc bête évité. Mais j'en ai vu le téléphone au volant, une plaie mondiale (Val d'Aoste semaine passée, aussi, sont multitâche ?) ?
a écrit le 29/06/2018 à 8:32 :
Pourtant toute les études montrent que ce n'est pas la vitesse qui est dangereux mais l'attention des conducteurs sur leur conduite.. phenomene bien moins controlable que la vitesse et malheureusement aujourd'hui en blosuant tous le monde au meme kilometrage on augmente la monotonie et la perte d'attention... De plus, selon les trois dernier rapport gouvernemental, c'est le mauvais entretient des routes et les obstacles qui crée le plus d'accident et donc de mort... mais cela coute trop cher alors on prefere changer les panneaux ..... :/
a écrit le 29/06/2018 à 8:30 :
Certes, il y a trop de décès sur la route mais si le premier sinistre s'occupait un peu plus des décès causés par les Accidents Domestiques (Source : https://www.planetoscope.com/mortalite/1450-deces-par-accidents-domestiques-en-france.html) 11500 morts par an et depuis le 1er janvier 5655 mais évidemment, ce n'est pas porteur. On ne peut pas coller des prunes à tout va sur ce genre d'accidents. D'autres part, l'honnêteté voudrait que l'on fasse l'analyse réelle de ce chiffre de 3600 parce qu'on y trouve à boire et à manger. Tout est mélangé : piétons, cyclistes, voiturettes, etc. ; et dans les automobilistes et motards tués il faut encore distingué ce qui est vraiment du à la vitesse. Bref, il nous prend que pour des c..s (http://www.fiches-auto.fr/articles-auto/l-auto-en-chiffres/s-582-statistiques-sur-les-accidents-de-le-route-mortalite-contexte-etc.php)
Réponse de le 29/06/2018 à 9:05 :
Dans les accidents domestiques, y a les enfants qui tombent du balcon, fenêtre par manque de surveillance, c'est très vaste, mais la route n'est pas individuelle, on la PARTAGE. En 1975 on s'est pris une 4L dans l'Ami8 (cassée), la conductrice avait raté un virage vers Brive (pneu éclaté, autre raison obscure, trop vite ?), heureusement que mon père a arrêté la voiture, sinon le choc eu été encore plus fort, j'ai quand même passé 7j à l’hôpital (traumatisme abdominal (rate pas fissurée, ouf, moult prises de sang par jour pour numération), mieux que fracture du crâne en passant à travers le parebrise Securit). Aller se promener au volant et revenir dans une boite, c'est peu engageant....
"Tout est mélangé" ben oui, c'est global, donc très complexe à gérer car tous les cas existent, piétons, deux roues, camions, tracteurs, ... Il n'est pas possible de ne "viser" qu'un seul point. On a décidé d'avoir les phares allumés toute la journée en UE pour aider les piétons à voir les véhicules (ça consomme 5% de carburant mais avec les Leds c'est économique, et accepté en Scandinavie & Finlande, c'était pénible d'oublier de les éteindre).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :