Manipuler l'opinion publique sur les réseaux sociaux... c'est possible !

 |   |  885  mots
(Crédits : Jon Nazca)
Quel meilleur outil pour manipuler l'opinion publique que les réseaux sociaux ? Les nouveaux outils d'intelligence artificielle peuvent être très efficaces pour nous influencer ! Par Charles Perez, PSB Paris School of Business - UGEI

Les réseaux sociaux se sont démocratisés rapidement en mettant en exergue leurs nombreux avantages pour la communication et l'accès à l'information. Depuis peu, un usage moins connu mais non moins dangereux à fait son émergence : la manipulation de l'opinion publique sur et via ces médias digitaux. Nous vous proposons dans cet article, un éclaircissement sur cette pratique.

La place des médias sociaux dans la vie politique

Les médias sociaux ont contribué à favoriser les échanges démocratiques sur nombre de questions sociales et politiques. Un exemple phare est l'importance démontrée par Facebook dans la réalisation du printemps arabe.

La place qu'ont prit ces médias numériques où tout le monde à la possibilité de s'exprimer et d'échanger est non négligeable dans la vie politique d'un pays. De récents travaux de recherche ont mis en évidence le lien étroit existant entre les résultats politiques d'une élection et la nature et la quantité des échanges sur ces médias les jours et mois précédents. C'est notamment le cas sur les élections américaines, allemandes, australiennes et françaises.

Dans ce contexte, la propagation de fausses informations ou trompeuses visant à manipuler l'opinion publique peut avoir de très fortes conséquences. C'est d'ailleurs l'une des principales menaces identifiées à l'ère digitale par le forum économique mondial.

La présence de trolls et de bots politiquement orientés

Le troll fait référence à un compte digital dont l'unique but est de transmettre et propager du contenu politiquement orienté et visant à créer une polémique sur les réseaux sociaux. Vous avez certainement déjà un jour été choqué par ce type d'utilisateur vous prenant à parti à des fins de provocation.

Les bots vont encore plus loin car ils sont automatisés, souvent grâce à un programme informatique exploitant les API des réseaux sociaux. À l'ère de l'intelligence artificielle et profonde ; ces programmes peuvent exploiter l'analyse massive de texte, l'analyse du langage naturel pour rendre leurs contenus crédibles et influant bien que faux ! Cela rend leur efficacité redoutable et leur impact potentiel important. Notons que ces bots sont capables de détecter le moment le plus opportun pour publier leur contenu mais aussi de mentionner les personnes les plus à même de relayer leur information et même surfer sur les sujets d'actualité. Enfin, certains sont même capables de réagir aux messages de manières dynamiques à l'image des chatbots.

Parlons de cas concrets !

Une étude de l'Institut des sciences de l'information de l'USC a étudié l'usage de bots dans le cadre de la campagne présidentielle américaine. L'étude a mis en évidence l'existence de 4,9 % et 6,2 % des profils libéraux et conservateurs comme étant des bots. L'enquête du Congrès américain a permis d'identifier l'usage par les Russes de trolls et de bots afin de diffuser de fausses informations et influencer la campagne.

En France, certaines études ont étudié le macronleaks qui a eu lieu lors de l'élection présidentielle. Les résultats des chercheurs ont montré l'usage de Trolls et de Bots afin de disséminer l'information relative à l'implication de la Russie dans cette affaire. La nature et le comportement des bots utilisés mènent à penser à l'usage de marchés noirs dont la valeur marchande sont les bots.

Notons que l'usage de trolls et de bots n'est qu'un maillon de la chaîne de désinformation. En effet, c'est le relais et la diffusion par des utilisateurs et influenceurs qui peuvent donner un effet de caisse de résonance. Dans le cas des élections présidentielles américaines, le nombre de trolls et bots sur Twitter est estimé à 2 000 environ mais le nombre de relayeurs à plus de 40 000. Le nombre de profils impactés par ce type de messages se compte en millions.

Notons que la nature et la topologie des relations sur les réseaux sociaux en font des petits mondes ou l'information se propage de manière très rapide et efficace lorsqu'elle s'appuie sur les bons maillons.

Comment lutter contre ces pratiques ?

Si vous avez des doutes sur la validité d'un compte, ne pas hésiter à le reporter à la plate-forme. Dans le cas d'un compte Twitter, vous pouvez tester son score botometer pour identifier si celui-ci est automatisé ou non. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès des sites comme PolitiFact pour vérifier la légitimité d'informations politiques circulant sur les réseaux sociaux.

Rassurez-vous, les réseaux sociaux luttent activement contre l'automatisation abusive des comptes sur leur plate-forme. Twitter à modifié récemment sa politique en ce sens et de nombreux profils ont été éradiqués. De plus, de nombreux académiques travaillent dans le but de détecter automatiquement ce type de comportement sur les réseaux sociaux en exploitant l'apprentissage profond.

L'exercice reste cependant difficile et délicat car la suppression de ce type de messages peut nuire au droit de parole et s'apparenter à de la censure.

Enfin, il est important de ne pas prendre toute information pour acquise et de questionner la validité de celle-ci surtout si elle ne provient pas d'une source de confiance.

The Conversation _______

Par Charles PerezProfesseur associé, PSB Paris School of Business - UGEI

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2019 à 15:18 :
La place qu'ont prit -> La place qu'ont pris.
Faute d'orthographe.
Bonne journée
a écrit le 20/10/2018 à 18:23 :
Il est vrai que la digitalisation de notre société nous apporte de nouvelles problématiques informationnelles.
Cet article pointe du doigt à juste titre certaines pratiques et usages déviants sur ces plateformes qui peuvent avoir des conséquences sur nos démocraties.
Dans ces conditions, il me semble que la prise de conscience est nécessaire afin de prendre du recul sur nos actions et nos sources d’information.
En ce sens l’article m’a éclairé.
a écrit le 20/10/2018 à 13:12 :
La manipulation est possible si le «  réceptacle «  ( cerveau et schémas neurologique) sont formatés pour sachant que l’utilisation du web virtuel formate ce système si les utilisateurs restent trop longtemps sachant que pour les enfants c’est pire car ça re- configure les schémas : attention aux notions réalité- virtuel
Notion de bien- mal....

La manipulation est «  impossible «  sur les profils qui savent ce qu’est «  la manipulation, le mode opératoire, expérience vécu avant »

Pour lutter contre la manipulation
Mode d’emploi:

Être bien connecté avec son moi intérieur / extérieur
Ne pas donner confiance sans avoir tester la relation ( professionnellement, amicalement, sentimentalement...)
au moins 4 ans
Ce qui est dit , vérifier la cohérence
En cas de doute , vérifier , prendre de la distance

Avoir toujours de la distance , prendre toujours du recul pour comprendre l’intentionnalité dans l’interaction avec n’importe quel geste , parole, acte.

Et ... rester ... humain ... avec tous ces tordu( es) de manipulateur(es) ( c’est la plus belle victoire)
a écrit le 18/10/2018 à 9:07 :
A partir du moment où un média devient de masse on peut lui faire manipuler l'opinion publique.

Regardez nos médias classiques de masse comme ils portent bien les paroles de leurs patrons et des politiciens de leurs patrons, regardez les nous laisser nous engluer voir périr au sein du consortium européen financier.

Regardez les quand ils nous ont dit que le nuage radioactif de Tchernobyl s'était arrêté aux alpes.

Regardez les quand ils nous ont dit que l'Irak possédait des armes de destruction massive justifiant d'aller massacrer 200000 irakiens.

Regardez les au nom du 11 septembre anéantir les droits des citoyens américains et par ricochets ceux du monde entier.

Écoutons les nous dire qu'il n'y a pas d'alternative qu'il faut que les riches soient super riches sur le dos de tous les autres et que même s'ils nous mènent à l’extinction de la race humaine et la destruction de la planète et ben c'est pas grave parce que eux savent comment nous devons vivre et mourir.

Heu vous parliez de quelle propagande sinon ?Des réseaux sociaux et sans rire ?

A la limite cet article de la malhonnêteté intellectuelle pure, vraiment...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :