PODCAST «StopCovid est un débat à la française», Pascal Gauthier (Ledger)

 |   |  313  mots
(Crédits : DR)
ÉPISODE 7. Les cryptomonnaies et les blockchains feront-elles partie du monde d'après Covid-19 ? Pour y répondre, Pascal Gauthier, CEO de Ledger, une startup française du Next40 qui conçoit et commercialise des portefeuilles de cryptomonnaies pour les particuliers et les entreprises. Il partage aussi sa vision sur l'application StopCovid mise en place par le gouvernement.

"40 nuances de Next" est un podcast conçu pendant le confinement par (*) Olivier Mathiot, le président de The Camp, un campus dédié aux nouvelles technologies basé à Aix-en-Provence et Thomas Benzazon, multi-entrepreneur, en partenariat avec La Tribune, Maddyness, l'association France Digitale et la French Tech, le label créé par le ministère de l'Economie.

Pour rappel, Le Next 40 est une initiative lancée par Bercy à l'automne 2019. Il regroupe les 40 plus grosses startups françaises, déterminé sur la base de critères économiques (montant des levées de fonds, chiffres d'affaires, taux de croissance annuelle) porté par le Secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O. Il est donc une référence explicite au CAC 40, les 40 plus grosses capitalisations boursières françaises. Ce Next 40 sera-t-il le prochain CAC 40 ? Ou bien est-il encore un CAC 40 en devenir ? Car la question du monde d'après, du jour d'après, est là, bien présente dans tous nos esprits. Donc le 40 Nuances de Next parle aussi du « Next World » : qui mieux que des entrepreneurs stars pouvaient éclairer sur les enjeux économiques, d'innovation, de transformation et de mutations nécessaires que cette crise impose à notre société.

Dans chaque épisode, un ou une entrepreneur du Next 40 (cuvée 2019).

Aujourd'hui, l'épisode 7 enregistré à distance est avec Pascal Gauthier, CEO de Ledger, start-up française qui conçoit et commercialise des portefeuilles de cryptomonnaies destinés aux particuliers et aux entreprises.

La blockchain peut-elle apporter plus de confiance, plus de privacy notamment dans un contexte post Covid-19 ?

Lire aussi : La Blockchain pour flécher les aides du Covid-19...et mesurer leurs impacts

Lire aussi : COVID-19 et Blockchain : une technologie aux nombreux atouts en période de crise

>> Le prochain rendez-vous sera avec Jonathan Cherki, fondateur de ContentSquare.

Lire aussi : A quoi sert le French Tech 120 et qui sont les startups sélectionnées ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2020 à 0:06 :
Nos gouvernants ont commis 2 fautes:

1. ils ont développé une appli "propriétaire", donc non transparente, fermée et non "libre". Or, pour avoir un brin de confiance des utilisateurs, ils auraient du développer en "Open", donc en tant qu'une application "libre", en publiant le code source et en autorisant la collaboration.

Personne (sauf des inconscients, qui ne se rendent pas compte de l'invigilation GAFA), n'installera un truc pareil sur son smartphone, donc ne sais pas ce qu'elle fait et comment.

2. il y a l'appli Google/Apple qui pouvait servir de base (gratuite!). Non, "on" a voulu faire de l' "exception française". Question: combien ça a coûté et qui a encaissé le prix d'une telle entreprise?
a écrit le 03/06/2020 à 20:16 :
Comme le nom le suggère stopco-vide, une invention vide de sens puisqu'il est quasiment impossible de se faire contrôler en respectant l'anonymat , mon docteur ma mutuelle la secsoc n'ont pas à savoir si je suis malade puisqu'il n'éxiste aucun traitement.
Le principe étant savoir, prévenir, mais c'est tout.
a écrit le 03/06/2020 à 16:30 :
Pourquoi voulez vous que le virtuel soit plus intéressant que le réel? L'humain a toujours tendance a simplifier le monde réel pour le rendre compréhensible et se le complique pour faire de la monnaie sans rien faire!
a écrit le 03/06/2020 à 11:39 :
Et bien dans ce cas, vive la France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :