Pourquoi faut-il contenir la course aux armements dans l'espace

OPINION. Désormais, il ne s'agit plus de prévenir l'accélération de la course aux armements dans l'espace - elle est bien présente - mais de la contenir. Compte tenu des enjeux, les pays doivent se concentrer davantage sur des mesures d'apaisement des tensions, notamment sur une compréhension mutuelle de leurs capacités et de leurs intentions dans l'espace. Par Almudena Azcárate Ortega, Laetitia Cesari Zarkan et Dr. James Revill (Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement).

7 mn

Si la communauté internationale ne prend pas la mesure de l'urgence à réfréner les ardeurs belliqueuses des puissances spatiales, l'humanité risque de subir les préjudices d'un conflit qui pourrait causer une interruption généralisée de services sur Terre, comme la navigation par satellite et l'accès à Internet (Almudena Azcárate Ortega, Laetitia Cesari Zarkan et Dr. James Revill de l'Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement).
"Si la communauté internationale ne prend pas la mesure de l'urgence à réfréner les ardeurs belliqueuses des puissances spatiales, l'humanité risque de subir les préjudices d'un conflit qui pourrait causer une interruption généralisée de services sur Terre, comme la navigation par satellite et l'accès à Internet" (Almudena Azcárate Ortega, Laetitia Cesari Zarkan et Dr. James Revill de l'Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement). (Crédits : Reuters)

« Satellite artificiel » : d'abord imaginé par Jules Verne en 1879 dans Les Cinq Cents Millions de la Bégum, ce terme, qui désigne un engin conçu par l'Humain pour être placé en orbite autour d'un astre, est aujourd'hui employé dans le langage courant tant l'usage des objets spatiaux est omniprésent, passant ainsi de création romanesque à invention révolutionnaire en moins de cent ans.

Concilier les aspirations des grandes puissances et les craintes des bénéficiaires d'applications spatiales. L'utilisation de satellites artificiels permet de transformer de nombreux secteurs d'activités et a un véritable impact sur les objectifs de développement durable. Les technologies spatiales sont employées, entre autres, pour la lutte contre le changement climatique, la recherche scientifique, la surveillance de la propagation des pandémies en améliorant leur suivi et leur prévention, mais également pour faire face aux catastrophes naturelles et connecter les zones les plus reculées afin d'apporter des solutions d'éducation à distance et de télémédecine. C'est ainsi que des milliards d'individus à travers le monde bénéficient des applications spatiales.

L'espace, un enjeu stratégique

L'environnement spatial ne constitue pas pour autant un sanctuaire : de par le caractère crucial et stratégique que revêtent désormais les objets spatiaux, plusieurs pays, dont la France, ont récemment formé des entités dédiées au domaine spatial et développent des doctrines nationales portant sur les conflits dans l'espace. Il est possible de rappeler à ce titre la déclaration de la ministre des Armées Florence Parly sur son intention de renforcer les moyens de surveillance pour le spatial militaire français et de se doter de capacités d'auto-défense dans l'espace. Cette stratégie spatiale de défense française qui va de pair avec l'augmentation du budget dédié au secteur spatial dans le cadre de la loi de programmation militaire n'est pourtant qu'une réaction à un phénomène de plus grande envergure.

Si l'espace est militarisé depuis le début de l'ère spatiale, un certain nombre de nations a récemment commencé à adopter une posture plus ambiguë en développant et testant des capacités dites « contre-spatiales», qui relèvent davantage de l'arsenalisation de l'espace. Depuis de nombreuses décennies, les forces armées utilisent, entre autres, des systèmes de communication, d'observation ou de navigation placés dans l'espace pour soutenir les troupes militaires au sol mais ce n'est que récemment que les puissances spatiales ont commencé à annoncer publiquement et à investir dans le placement d'armes dans l'espace et l'établissement de branches militaires dédiées.

Arsenalisation : les enjeux d'une réponse collective

Ces développements ne sont pas surprenants tant la question de la sécurité spatiale prend de l'importance. Il est toutefois possible de s'interroger sur la manière dont les pays répondent aux actions et activités de leurs rivaux spatiaux. Jusqu'à présent, il semble que chaque événement contribue à attiser les flammes d'une course à l'armement qui pourrait s'avérer intense et destructrice.

Si la communauté internationale ne prend pas la mesure de l'urgence à réfréner les ardeurs belliqueuses des puissances spatiales, l'humanité risque de subir les préjudices d'un conflit qui pourrait causer une interruption généralisée de services sur Terre, comme la navigation par satellite et l'accès à Internet. De même, la création de débris issue de la destruction d'objets spatiaux est un immense défi pour l'utilisation et l'exploration durable de l'espace et pourrait empêcher les utilisateurs d'applications spatiales d'utiliser certaines orbites et ce, pendant plusieurs années.

La notion d'utilisation pacifique de l'espace n'est pas nouvelle. Elle apparait dès l'origine de l'histoire spatiale et est cristallisée dans le traité sur l'espace de 1967 qui interdit la mise sur orbite autour de la Terre ou l'installation sur des corps célestes d'objet porteur d'armes nucléaires ou de tout autre type d'armes de destruction massive. Dans un premier temps, de manière assez exceptionnelle, dans l'espace, c'est le droit qui a devancé les progrès de la technique. Le lancement de la mission spatiale Spoutnik en 1957 a joué un rôle de déclencheur, non pas uniquement de la course à l'espace, mais également de la création de ce nouveau type de droit. En une dizaine d'années, pas moins de cinq traités multilatéraux importants ont été adoptés. Si ces traités ont contribué à la sûreté et à la sécurité dans l'espace et sur Terre, il apparait désormais que les évolutions technologiques et le risque de conflit dans l'espace progressent beaucoup plus rapidement que les cadres législatif et politique.

Les capacités contre-spatiales peuvent interférer, neutraliser ou même détruire les objets spatiaux. Certaines d'entre elles, comme les cyberattaques et les interférences électroniques contre les satellites sont plus aisées à mener. D'autres comme les missiles intercepteurs lancés depuis la Terre pour viser des objets spatiaux, pourraient être utilisées dans le cadre d'un conflit, au détriment des militaires et des civils. Des technologies spatiales parfaitement légitimes peuvent également être perçues comme une menace.

Prévenir l'accélération de la course aux armements dans l'espace

Depuis plusieurs décennies, les pays discutent de la « prévention d'une course aux armements dans l'espace » au sein de forums multilatéraux tels que la Conférence du désarmement de Genève. Désormais, il ne s'agit plus de la prévenir - elle est bien présente - mais de la contenir. Compte tenu des enjeux, les pays doivent se concentrer davantage sur des mesures d'apaisement des tensions, notamment sur une compréhension mutuelle de leurs capacités et de leurs intentions dans l'espace.

Plusieurs initiatives sont à l'étude : la Chine et la Russie travaillent sur un traité visant à empêcher le placement d'armes dans l'espace et les menaces contre les objets spatiaux et certains pays occidentaux ont proposé de « réduire les menaces spatiales au moyen de normes, de règles et de principes de comportement responsable ». Ces approches ne sont pas mutuellement exclusives et l'histoire de la maîtrise des armements suggère que les mesures juridiques et normatives, qu'elles lient ou non les pays, peuvent même être combinées et séquencées de manière à se renforcer mutuellement.

En plus de ces initiatives, des mesures visant à accroître la transparence et la confiance entre acteurs spatiaux pourraient minimiser les malentendus et contribuer à garantir une utilisation sûre et sécurisée de l'espace. Une discussion sur les impacts et les risques introduits par les nouvelles technologies stratégiques doit avoir lieu pour une meilleure compréhension mutuelle entre pays et la réduction des situations d'escalade.

Pour que l'espace continue de contribuer positivement au quotidien de l'humanité, les puissances spatiales doivent s'efforcer de mettre un terme à l'arsenalisation de l'espace et de travailler sur des mesures de sauvegarde pour éviter que les tensions actuelles ne dégénèrent en un véritable conflit, afin que la « Guerre des étoiles » reste définitivement du domaine de la science-fiction.

7 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 18/06/2021 à 14:21
Signaler
A l'heure où le Patriotisme disparaît, on veut nous construire du nationalisme sur lequel le consommateur n'a aucune prise mais dont les inconvénients sont "incompréhensibles"!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.