Trump crée un commandement militaire spatial pour sa future "Armée de l'Espace"

 |   |  766  mots
Le 29 août 2019 à la Maison-Blanche, Donald Trump serrant la main du général John Raymond, commandant en chef des forces armées spatiales des États-Unis.
Le 29 août 2019 à la Maison-Blanche, Donald Trump serrant la main du général John Raymond, commandant en chef des forces armées spatiales des États-Unis. (Crédits : Reuters)
Pour le président américain il s'agit de reconnaître que l'espace est désormais au centre de la sécurité nationale et de la défense des États-Unis, et que le pays se prépare à combattre les ennemis des États-Unis qui s'attaquent aux "satellites américains qui sont si importants pour les opérations sur les terrains de guerre et pour notre style de vie". En clair, dans c'est une nouvelle zone d'influence - le prochain domaine de conflits aussi- les États-Unis se doivent d'affirmer la même suprématie que sur le reste du monde.

Donald Trump veut être prêt en cas de guerre des étoiles: le président américain a lancé jeudi un commandement militaire de l'espace, qui sera chargé d'assurer la domination des États-Unis, menacée par la Chine et la Russie, sur ce nouveau terrain de guerre.

"C'est un moment historique, un jour historique, qui reconnaît que l'espace est au centre de la sécurité nationale et de la défense de l'Amérique", a affirmé le président lors d'une cérémonie à Washington.

Ce commandement, baptisé "Spacecom" (comprendre United States Space Command), "s'assurera que la domination américaine dans l'espace ne soit jamais remise en question ou menacée car nous savons que la meilleure façon d'empêcher les conflit, c'est de se préparer à la victoire", a-t-il ajouté.

Pour M. Trump, il s'agit de combattre les ennemis des États-Unis qui s'attaquent aux "satellites américains qui sont si importants pour les opérations sur les terrains de guerre et pour notre style de vie".

Le "Spacecom" devient le 11e commandement militaire du Pentagone, équivalent par exemple au Centcom, chargé des opérations militaires américaines au Moyen-Orient.

Après le Spacecom, M. Trump a confirmé la prochaine création d'une "Force de l'espace" qui deviendra une sixième branche de l'armée américaine, aux côtés de l'armée de Terre, l'US Navy, l'US Air Force, le corps des Marines et celui des garde-côtes.

La "Force" sera formée au sein de l'armée de l'Air, qui supervise depuis les années 50 les opérations militaires dans l'espace.

La mission du Spacecom est multiple: dissuader, défendre, offrir une capacité efficace de combat spatial et former des combattants pour la guerre dans l'espace, selon le Pentagone.

"Rester en tête"

L'objectif est d'assurer sur ce nouveau terrain de combat la suprématie des Etats-Unis, menacée par la Chine et la Russie qui ont développé leurs capacités technologiques.

"Nous sommes les meilleurs du monde dans l'espace aujourd'hui, mais notre niveau de supériorité se réduit. Nous voulons avancer vite et rester en tête", a assuré le général John Raymond, qui dirigera le Spacecom, lors d'un point-presse avant l'annonce officielle.

Les menaces vont du brouillage des communications et des satellites GPS à la frappe d'un missile sol-air contre un satellite "comme l'a fait la Chine en 2007", a affirmé ce général de l'armée de l'Air.

Le Spacecom travaillera avec les alliés traditionnels de Washington: le groupe des "Five Eyes" qui réunit les services de renseignement américain, néo-zélandais, britannique, canadien et australien, ainsi qu'avec l'Allemagne, le Japon et la France, qui a déjà annoncé la création prochaine d'un commandement dédié à l'espace.

"Historiquement, nous n'avions pas besoin d'alliés dans l'espace, qui était un domaine secondaire. C'est devenu très important aujourd'hui", a-t-il dit.

"L'espace ne sera pas notre talon d'Achille", a renchéri Steve Kitay, ministre adjoint de la Défense chargé des affaires spatiales.

Des menaces extraterrestres ?

Interrogé sur d'éventuelle recherches sur une vie extra-terrestre, M. Kitay a précisé que "le Spacecom et la Force de l'espace se focaliser(aie)nt sur la vie sur Terre".

M. Trump s'était attribué en mars 2018 l'idée de cette Force spatiale mais la Chambre des représentants avait voté un an plus tôt un texte prévoyant la création d'un "Corps de l'Espace".

Un budget de 8 milliards de dollars, le Congrès pourrait le retoquer

Le ministre de la Défense de l'époque, Jim Mattis s'y était opposé publiquement, jugeant une sixième branche militaire trop onéreuse et inutile. La cheffe de l'US Air Force, Heather Wilson, avait également fait part de son opposition à cette idée.

En outre, la future Force de l'espace risque de se heurter à l'opposition du Congrès qui doit approuver son financement, estimé à 8 milliards de dollars par la Maison Blanche.

___

LIRE AUSSI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2019 à 9:31 :
Mais pourquoi Trump n'achète-t-il pas la Russie et la Chine?
a écrit le 31/08/2019 à 19:43 :
Je ne sais pas si il a été informé le Donald, mais l'espace est la proporiété de la Russie et de la Chine. La France pourra toujours y passer la serpillère.
a écrit le 30/08/2019 à 22:04 :
Ces affaires d'ovni sont malheureusement une mauvaise blague, c'eut été interessant mais... les derniers en date, filmés en plus par des avions de chasse, sont des plasma artefact créés par des radars de la flotte US (beam forming de micro ondes). Ce peut être très interessant pour brouiller à la fois les missiles à tête chercheuse basée sur radar (les ondes electro magnetiques ne traversent pas les plasmas) ainsi que les missiles a tete chercheuses IR (cela créée potentiellement une emprunte thermique assimilable à une cible pour le missile).

Il y a de ces bênets quand même... enfin faut bien s'occuper, et puis c'est un business bien lucratif les UFOS, hein les business men !

Tout ce pognon détourné pour des machines de guerre, la lutte du glève contre le bouclier n'en finira jamais, c'est bien trop lucratif, je suspecte une entente entre les dirigeant soi disant ennemis à ce sujet d'ailleurs, interets bien compris comme on dit...
Un veritable complot contre les peuples par leurs élites qui s'entendent en vérité comme larrons en foire dans les forums façons prébendes.
En meme temps il faut reconnaitre que c'est amusant, si si, ils s'amusent, c'est bien plus kiffant que de concevoir des machines à laver meme communiquantes...

Au moins dans le cas des US il est vrai que cela à donné lieu à des découvertes fort utiles et le developpements de techniques qui ont atteind en un temps record (70 ans à l'échelle humaine) un paroxisme de potentialité tout à la fois invraisemblable, effrayant et contre productif désaisissant definitivement les peuples de leurs industries et services associés, qui de plus en plus en seront exclus et dont il est illusoire de penser que cela ruissellera dans leurs escarcelles.

Pour les US, objets, techniques issus de la recherche militaire : internet (darpanet), la technique des elements finis, les amplificateurs operationnels (guitar electrique, ac dc etc...) les transitors quantiques, les thyristors, les circuits imprimés ou intégrés, la théorie du controle commande, l'IA, l'ameliorations des langages, des techniques de programmation etc...

Pour la France : nada ! juste une façon d'indigéniser ces techniques, de se les approprier, meme dans les lasers on lag behind désormais...
Réponse de le 31/08/2019 à 10:41 :
Les Russes ont un commandement de l'espace depuis 1964.
Qui, comme celui américain, n'a rien à voir avec les aliens ou les UFO (l’abîme du journalisme en 2019) et tout avec les missiles (un satellite n'étant à ses début qu'un missile qui a volé assez haut).

C'est un moyen comme un autre d'affaiblir la toute puissante US Air Force qui est corrompue jusqu'à la moelle en lui soustrayant les forces responsable du bouclier anti-missile, des silos de missiles nucléaires, des lancement spatiaux et les futurs systèmes de défense anti-aérienne, de façon à pouvoir mettre sous pression cette nouvelle branche qui devra faire ses preuves et donc acheter des systèmes qui marchent plutôt que de financer les retraites des actionnaires de Lockheed et cie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :