Spatial militaire : "Nous avons les moyens de nos ambitions et déjà des résultats" Général Friedling

 |  | 770 mots
Lecture 4 min.
"Nous avons signés les premiers contrats de service pour la surveillance de l'espace. Nous avons formé nos premiers opérateurs spatiaux. Nous aurons nos premières infrastructures à Toulouse en 2023 et premier centre de commandement en 2025" (Général Michel Friedling, commandant du commandement de l'espace au sein de l'Armée de l'air et de l'espace)
L’espace devient de plus en plus un théâtre de conflictualités. Si la France a des alliés, elle n’a pas pour autant d’amis et doit rester autonome et souveraine face aux énormes ambitions spatiales des Etats-Unis, de la Russie et de la Chine principalement. C’est pour cela que la France a créé le commandement de l’espace. A-t-elle néanmoins les moyens de son ambition pour rester dans le sillage des trois grandes puissances spatiales mondiales ? Dans le cadre du Paris Air Forum, organisé par La Tribune, le général Michel Friedling, commandant du commandement de l'espace au sein de l'Armée de l'air et de l'espace, Emmanuel Chiva, directeur de l’Agence de l'innovation de défense, Franck Poirrier, PDG de Sodern, représentant des équipementiers au Cospace, et Philippe Gautier, président d'Hemeria ont participé à la table ronde "Un an après sa création, le commandement de l'espace a-t-il les moyens de son ambition?".

En 2017, sur orbite géostationnaire, un satellite russe Olymp, dissimulé sous l'identité d'un satellite-relais Loutch, s'est aventuré à proximité du satellite de télécommunications sécurisées franco-italien Athena-Fidus. Révélée un an plus tard par Florence Parly, ministre des Armées, l'affaire a mis en évidence la vulnérabilité de l'infrastructure spatiale française. Pour la protéger, une stratégie spatiale de défense a donc été définie et dévoilée à l'été 2019. Elle comprend une doctrine et des moyens, existants ou à développer, et surtout un commandement unifié, créé le 8 septembre suivant, pour chapeauter le tout.

"L'espace joue un rôle essentiel et est au cœur d'une compétition sans précédent. C'est un théâtre de confrontation avec ses enjeux propres, rappelle le général Michel Friedling, à la tête de ce Commandement de l'Espace. Pour assurer notre autonomie stratégique, il faut tirer le meilleur parti...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2020 à 6:41 :
Pauvres commentaires, quels sont les prochains développements ?
Les lanceurs sont un peu en panne actuellement...
a écrit le 27/11/2020 à 3:08 :
voilà pourquoi nos fermes et nos commerçants disparaissent : pour gaver ces inutiles rentiers qui ne servent à rien sinon à flatter leurs egos !!!!
a écrit le 26/11/2020 à 3:07 :
Ils ne sont pas nombreux à se présenter pour dépolluer l'espace par contre. Et vous mon général, vous allez y déposer les ordures de votre compagnie ? En tout cas, ne croyez pas que mes impôts serviront à payer vos voyages.
Réponse de le 27/11/2020 à 9:02 :
'En tout cas, ne croyez pas que mes impôts serviront à payer vos voyages.'
Si vous disposez d'un moyen de gérer l'affectation de vos impôts merci de nous en faire profiter.
a écrit le 25/11/2020 à 12:28 :
On a les moyens saptial de nos ambitions?
Et sinon la relecture des titres? (je ne parle même pas des articles)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :