Tri des déchets en Chine : « Quel genre d'ordure êtes-vous ? »

VU DE CHINE. Depuis le 1er juillet, une nouvelle réglementation est entrée en vigueur à Shanghai : les individus ou les entreprises qui ne trient pas correctement pourront recevoir des amendes. Elle devra être étendue à 46 villes clés du pays d'ici fin 2020, et plus tard à toute la Chine. Par Chunylan Li, auteure du livre "Réussir sur le marché chinois" (*).

3 mn

Si en 1980 la Chine n'a produit que 30 millions de tonnes de déchets, son niveau a atteint 210 millions en 2017 !
Si en 1980 la Chine n'a produit que 30 millions de tonnes de déchets, son niveau a atteint 210 millions en 2017 ! (Crédits : Reuters)

Dans les documentaires Beijing Besieged by Waste (2010) et Plastic China (2016), on constate à quel point les déchets ont créé des problèmes environnementaux en Chine. Si l'empire du Milieu a été longtemps l'usine du monde, il était aussi le premier marché des déchets recyclables. L'Union européenne, par exemple, y exportait en 2017 50 % de ses déchets. Or, depuis janvier 2018, le pays a banni l'importation de plastiques et de plusieurs autres catégories de déchets, ce qui a créé un séisme dans l'industrie mondiale du recyclage. En plus de cela, la Chine souhaite mieux traiter ses déchets, vu qu'elle en produit de plus en plus, notamment en raison du processus d'industrialisation et d'urbanisation, de la croissance de la consommation et du e-commerce. Si en 1980 la Chine n'a produit que 30 millions de tonnes de déchets, son niveau a atteint 210 millions en 2017 ! À Shanghai et à Pékin, les habitants en rejettent respectivement 25.000 et 26.000 tonnes par jour !

Depuis le 1er juillet, une nouvelle réglementation est entrée en vigueur à Shanghai : les individus ou les entreprises qui ne trient pas correctement pourront recevoir des amendes. De nouveaux points de dépôt ont remplacé les anciennes poubelles. Les Shanghaïens semblent plutôt favorables à ce programme inédit dans le pays, même si cela complique un peu plus leur vie quotidienne. En fait, le tri des déchets est sur toutes les lèvres en Chine.

« Quel genre d'ordure êtes-vous ? » Cette nouvelle expression, construite sur un jeu de mots, amuse les Chinois. Des documents expliquant en détail les quatre catégories de déchets ont beaucoup circulé sur Internet. Certains ont même inventé une classification simplifiée : ce qu'un porc peut manger (déchets humides), ce qu'il n'a pas envie de manger (déchets secs), ce qui peut causer sa mort (déchets toxiques), et ce que l'on peut vendre pour acheter un porc (déchets recyclables). Mais celle-ci laisse persister certaines confusions comme celle, par exemple, entre les os de poulet qui vont dans le bac humide et les os de cochon qui vont dans le bac sec.

Après Shanghai, ce programme devra être étendu à 46 villes clés du pays d'ici fin 2020, et plus tard à toute la Chine. À Pékin, plusieurs poubelles « intelligentes » apparaissent déjà et s'ouvrent automatiquement devant les résidents, grâce à la reconnaissance faciale. Le tri, le traitement et l'incinération des déchets sont en train de devenir un grand marché stratégique. Un « océan bleu » qui nécessitera de nouveaux produits, services ou métiers, et utilisera des technologies innovantes, dont l'intelligence artificielle.

Depuis 2017, les inspections dans les entreprises comme les aciéries ou les centrales thermiques ont été renforcées. De nombreuses usines polluantes ont fermé. La Chine accélère sa transition énergétique, investit massivement dans les énergies renouvelables, et le développement des voitures électriques... Reste que dans ce pays où le niveau de développement économique et les habitudes de vie varient d'une région à l'autre, il sera difficile de tout changer en un seul jour. Heureusement, la volonté de changer finit toujours par être la plus forte !

___

(*) Fondatrice de la société de conseil FEIDA Consulting, et auteur de l'ouvrage "Réussir sur le marché chinois", coll. "Efficacité du manager", Ed° Eyrolles (2014), 248 pp.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/10/2019 à 10:01
Signaler
On esclavagise sa population afin de l'obliger à produire des déchets et maintenant on l'oblige à trier ces déchets, j'espère que le dégout du consumérisme va vite les faire réfléchir de ce fait eux-aussi... L'oligarchie ça ose tout, c'est à ça ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.