CCI 2/4 : les conséquences de la réforme en Hauts-de-France, Île-de-France, et Auvergne-Rhône-Alpes

 |   |  1331  mots
L'aéroport de Beauvais (Hauts-de-France).
L'aéroport de Beauvais (Hauts-de-France). (Crédits : DR)
Face à une chute drastique des crédits, le réseau des chambres de commerce et d’industrie (CCI) doit réinventer son modèle économique et social au moment où les territoires réclament plus de reconnaissance.

___

HAUTS-DE-FRANCE

Garantir l'indépendance à tout prix

La chambre de commerce et d'industrie (CCI) Hauts-de-France est passée de 110 millions d'euros de ressources fiscales en 2012 à 50 millions, cette année. Et elle n'en obtiendra plus que 27 en 2022... Pour pallier la fonte de ses revenus, elle a non seulement vendu une partie de son parc immobilier, mais va désormais proposer des services payants. À commencer par la formation professionnelle : la CCI veut créer un grand campus sur la métropole lilloise.

Premier établissement consulaire à avoir fusionné complètement à l'échelle régionale (il y avait plus de 15 antennes indépendantes il y a vingt ans), la CCI Hauts-de-France s'est recentrée « sur dix activités majeures, avec la mise en place de groupes de travail de 200 collaborateurs et élus pour définir de nouveaux business models et la mobilisation de nos partenaires privés et publics dans cette démarche de transformation, détaillait Philippe Hourdain, son président, lors de son bilan de mi-mandat. Nous devons impérativement passer à un modèle marchand et à haute valeur ajoutée, c'est une question de survie. »

Parmi ces secteurs clés, on trouve la valorisation de données...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :