CCI 3/4 : l'impact de la loi PACTE en Nouvelle-Aquitaine, Grand Est, Occitanie, Région Sud

 |   |  1884  mots
La Cité du vin, à Bordeaux.
La Cité du vin, à Bordeaux. (Crédits : Reuters)
Face à une chute drastique des crédits, le réseau des chambres de commerce et d’industrie (CCI) doit réinventer son modèle économique et social au moment où les territoires réclament plus de reconnaissance.

___

NOUVELLE-AQUITAINE

Des initiatives pour faire évoluer les compétences

« On est au fond de la piscine, on essaye de remonter à la surface en vendant nos prestations, mais ça n'a rien d'évident puisque nous accompagnons à 90 % des TPE... »

Françoise Cayre, la présidente de la CCI de la ­Corrèze, ne cherche pas à enjoliver la situation de la chambre dont le budget dépend à plus de 60 % de la ressource fiscale. « On a réduit notre effectif d'une trentaine de postes, vendu des bâtiments et coupé dans les dépenses, mais on ne peut aller au-delà si on veut pouvoir proposer des prestations premium », poursuit-elle.

Dans toute la région, les CCI cherchent en effet à « construire un parcours de services aux entreprises allant du pré-diagnostic gratuit jusqu'à des prestations à valeur ajoutée partiellement ou totalement payantes », explique Jean-François Clédel, le président régional, qui confirme cependant que « certaines missions ne sont pas facturables comme auprès des TPE et des entreprises en retournement ou en cession ». Mais, après la colère, les CCI néoaquitaines se montrent volontaristes : « Elles s'organisent, mutualisent et s'entraident et, de ce point de vue, cet...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :