CCI 4/4 : quel modèle économique en Normandie, Pays de la Loire, Centre, et Bretagne

 |   |  1695  mots
La ville de Rennes, capitale de la région Bretagne.
La ville de Rennes, capitale de la région Bretagne. (Crédits : Pline / SA)
Face à une chute drastique des crédits, le réseau des chambres de commerce et d’industrie (CCI) doit réinventer son modèle économique et social au moment où les territoires réclament plus de reconnaissance.

___

PAYS DE LA LOIRE

En quête d'un autre modèle économique

« Trop, c'est trop ! », s'enflamme Jean-François Gendron, président de la chambre de commerce et d'industrie de région (CCIR) des Pays de la Loire, où, selon les territoires (Mayenne, Sarthe, Vendée, Maine-et-Loire, Nantes-Saint-Nazaire), les baisses de la taxe pour frais de chambre (TFC) atteignent 30 à 80 %. « L'impact a été plus important pour la chambre régionale puisqu'elle dépend à 100 % de la TFC, qu'elle répartit entre les chambres territoriales selon leur poids économique », dit-il. Après une baisse de 50 % en quatre ans, la TFC devrait diminuer d'autant entre 2019 et 2022. « Elle ne représentera plus qu'un quart de ce qu'elle était en 2014 », souligne Alain Schlesser, directeur général de la CCIR.

« La CCIR n'a pas le droit de présenter deux budgets déficitaires consécutifs. Jusqu'à maintenant, on a réussi à s'en sortir, mais on prévoit des budgets déficitaires dans chaque chambre dans les années à venir. À certains moments, on a bien failli remettre les clés au préfet. Là, on entre dans une période de crash-test. Ça va être le sujet de début 2020 », reconnaît Jean-François Gendron.

En accord avec les services...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :