CCI 1/4 : à quoi servent (encore) les chambres de commerce et d’industrie ?

 |   |  683  mots
Les CCi vivent une révolution silencieuse, de larges coupes budgétaires les contraignant à revoir leur mode de financement.
Les CCi vivent une révolution silencieuse, de larges coupes budgétaires les contraignant à revoir leur mode de financement. (Crédits : DR)
Face à une chute drastique des crédits, le réseau des chambres de commerce et d’industrie (CCI) doit réinventer son modèle économique et social au moment où les territoires réclament plus de reconnaissance.

C'est une transformation qui s'opère dans le silence. Pourtant, elle a des répercussions massives sur le rôle et le modèle des chambres de commerce et d'industrie (CCI). Menacé à plusieurs reprises, le réseau consulaire vit actuellement une révolution majeure qui sus- cite des craintes en interne depuis plusieurs années. Le désengagement financier de l'État a ravivé ces crispations, même au sein de l'état-major.

Les coupes budgétaires drastiques décidées par les gouvernements successifs et le vote de la loi Pacte au printemps 2019 ont obligé les chambres de commerce à revoir leur modèle de financement. Alors que la part de la taxe sur les frais de chambre pré- levée sur les entreprises et affectée aux CCI représentait près de 1,4 milliard d'euros en 2012, elle n'était plus que de 775 millions d'euros en 2018. À cela s'ajoute une baisse d'environ 400 millions d'euros des crédits d'ici à 2023.

Plus de services facturés aux entreprises

Sur le front social, cette baisse des ressources s'est accompagnée d'un plan de restructuration et de départs de personnels. Dans un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) remis en 2018 au gouvernement, les auteurs évoquaient « des mesures de rationalisation qui pourraient entraîner une réduction d'effectifs de l'ordre de 2.500 équivalents temps plein, sur un total de 31 000 employés au global ». Sous pression financière, les chambres de commerce doivent faire des économies.

Dorénavant, le recrutement du personnel se fait sur droit privé et les agents actuellement en poste sous statut peuvent bénéficier « d'un droit d'option pour basculer en contrat de droit privé, après l'agrément d'une convention collective », selon un document communiqué par le réseau. En outre, pour compenser les pertes des crédits, les chambres proposent désormais de facturer plus de services aux entreprises. « Vous étiez financés par une taxe, vous allez être financés sur une prestation », avait déclaré le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, au printemps 2019 devant une vingtaine de présidents de CCI. Il s'agit, notamment, de mettre en place une offre nationale de services commune à toutes les chambres.

Un contrat d'objectifs et de performance

Quelques jours avant la promulgation de la loi Pacte, le locataire de Bercy et le président de CCI France, Pierre Goguet, ont signé un contrat d'objectifs et de performance décisif...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2020 à 11:23 :
Pourquoi juger quand on connaît pas vraiment?
Il y a sûrement des choses à améliorer, il y a peut-être eu certains abus dans le passé, mais les collaborateurs des CCI sont très souvent impliqués et passionnés par leurs métiers. Pour preuve, le taux de satisfaction des personnes qui ont fait appel à ce réseau dépasse les 80%. La véritable valeur ajoutée de ce type de structure est la proximité, et à l'ère du "tout numérique" où tout se déshumanise, c'est une chance de pouvoir encore compter sur ce type de services qui laisse une place importante à l'humain.
a écrit le 21/01/2020 à 14:15 :
Chef d'entreprise depuis 6 ans, je n'y suis jamais allée et je n'ai jamais été contactée. Je ne sais pas à quoi ils servent.
Réponse de le 23/01/2020 à 8:22 :
Merci jme sens moins seul ;) La seule fois où j'ai été à la CCI pour obtenir un conseil il aurait fallut débourser 60€ pour avoir un conseiller du CCI à disposition pendant 30mn du coup j'ai pas casqué et en 5ans je n'y suis pas retourné ; je n'ai pas été contacté une seule fois non plus, même pas un bulletin d'information que je saches à quoi ils servent par exemple ou ce qu'ils peuvent faire à par racketer les gens qui viennent les voir .... en un sens ce qui leur arrive c'est un retour de manivelle ....
a écrit le 21/01/2020 à 7:01 :
plus a rien a l'heure d'internet et a augmenter nos déficit !
a écrit le 21/01/2020 à 0:47 :
et toujours la censure de raisonnements purement économiques et sur les gains colossaux dans notre usine fantôme publique...
a écrit le 20/01/2020 à 20:19 :
Un DG de cci gagne en moyenne 8000 euros NET par mois
Un directeur/chef de service gagne en moyenne 5000 euros NET par mois
Des bureaucrates incompétents déconnectés totalement de la réalité économique, les CCI, le règne de l'entre soi, du copinage, de l'autoflagornerie.
Un réseau de dinosaures.
a écrit le 20/01/2020 à 18:23 :
CCI acronyme de Chambre de Commerce et d'Industrie

pour l'utilité des CCI il suffit de reprendre les lamentations quotidiennes ;

l'industrie est en déclin
les petits commerces sont étranglés et disparaissent

Au vu du résultat, et du POGNON DE DINGUE que coutent les CCI,

la priorité est des les boucler, sans ménagement ;

Pour sur les fameux experts des CCI vrais fonctionnaires amateurs vont créer leur propre entreprise et nous faire voir ce dont ils sont capables avec leur argent [[ *** il est inutile des les indemniser, ils se sont déjà servit dans les caisses des contribuables *** ]]
Réponse de le 20/01/2020 à 20:38 :
totalement d'accord,

et le raisonnement sur le gisement de gains faciles par cette rationnalisation de myriades d'administrations, conseils, commissions, et donc redondances, inutilités, inefficacité......est absolument insondable..

de quoi baisser drastiquement les impôts et charges pour retrouver la croissance et l'emploi.

Le seul problème est que ces millions de fonctionnaires ou assimilés ont le pouvoir et ce sont eux qui décident de leurs revenus, effectifs, renvois ascenseur, organisation. Ils ont le pouvoir et celui de nous ponctionner d'office et ne rien changer de leur coté...

et donc la pression est mise sur le secteur productif et marchand jusqu'à l'étouffer, tout ça pour financer la 2eme France soviétique...
on appelle ça une démocratie ?
a écrit le 20/01/2020 à 14:23 :
Très bonne question , à laquelle hélas l'article ne répond pas .
Autre question : pourquoi 125 CCI ? N'est ce pas un peu très beaucoup ?
a écrit le 20/01/2020 à 11:26 :
Quand tu montes une boîte, reconnaissons que l'accueil est sympa, ça change de l'ambiance de pôle emploi, des agence d'intérim des DRH, on est dans la vie réelle, le destin naturel d'une personne c'est de créer son entreprise, pas de dépendre des autres, une forme d'esclavage quelque part.
Mais faut pas trop en attendre beaucoup, créer son entreprise c'est un chemin de croix ou de la part de l'administration tu n'es pas le bienvenu, mais c'est une aventure enrichissante que chacun se doit avoir tentée.
a écrit le 20/01/2020 à 11:10 :
Et les chambres des métiers? Et les chambres d'agriculture? Il est plus facile pour les enarques de tailler dans les CCI que dans la fonction publique. Il faut rappeler que les dirigeants des CCI sont élus et bénévoles par contre le statut des personnels ressemblait un peu trop a celui de la Banque de France auquel on n'a pas touché! Bizarre.
Réponse de le 20/01/2020 à 14:33 :
Vous avez raison, toutes doivent être supprimées, car nul, nulle entreprise, nulle exploitation agricole etc.. n'accepterait de payer pour profiter de leurs services.. Et il ne serait pas scandaleux de faire arbitrer cette question par les "bénéficiaires"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :