François Baroin dénonce la baisse des dotations de l'Etat aux communes

 |   |  635  mots
François Baroin, président de l'Association des maires de France, dénonce la baisse des dotations de l'Etat aux communes qui va peser sur les investissements publics.
François Baroin, président de l'Association des maires de France, dénonce la baisse des dotations de l'Etat aux communes qui va peser sur les investissements publics. (Crédits : Reuters)
Le président de l'Association des Maires de France (AMF), reçu ce jeudi 28 mai par le Premier ministre, a dénoncé la baisse de 11 milliards sur trois ans des dotations de l'Etat aux collectivités locales. Il craint une chute drastique des investissements publics et une détérioration des services publics de proximité. Selon la Cour des comptes, les collectivités n'ont pas encore été frappées par l'austérité.

Le président de l'Association des maires de France (AMF) François Baroin est en colère. Il demande que l'Etat revoit sa copie s'agissant de la baisse des dotations aux collectivités locales.

"On a une mise en coupe réglée par l'Etat sans précédent en réalité depuis 40 ou 50 ans. Certes, la situation est difficile, naturellement il faut réduire la dette publique, évidemment chacun doit apporter sa contribution à la réduction des déficits publics mais dans des proportions qui soient acceptables et tenables. Là, elles ne le sont pas", a dénoncé l'ancien ministre sur RTL.

Reçu ce jeudi 28 mai à Matignon, le sénateur-maire UMP de Troyes a dit attendre de Manuel Valls qu'il "prenne vraiment la mesure de deux drames en train de se nouer": "L'effondrement de l'investissement public" et des "services publics de proximité".

Chute de 30°% des investissements publics

François Baroin cite une étude de l'AMF prévoyant "25 à 30% d'investissement public en moins d'ici à 2017. C'est 0,6% de croissance, 60.000 à 80.000 emplois dans les bâtiments et travaux publics", a-t-il dit.

"Tout le tissu des PME français dans nos territoires, dans les agglomérations de 100.000 à 150.000 habitants, va s'effacer progressivement dans les deux à trois années qui viennent. Ce gouvernement est en train, malheureusement, de mettre à bas un pan entier de l'activité économique".

Risque de dégradation des services publics de proximité

Le président de l'AMF craint également pour l'avenir des "services publics de proximité", évoquant des menaces pour l'entretien des piscines, des fermetures de garderies ou de cantines.

"Vous aurez, à la fin de l'année, plus de 1.000 communes qui seront dans le rouge. L'année prochaine, ce sera exponentiel et en 2017, je pense que plus d'une commune sur deux en France sera en situation d'autofinancement négatif, c'est-à-dire qu'elles ne seront plus en situation d'emprunter".

La baisse prévue de dotation de l'Etat aux collectivités locales est de 3,67 milliards par an jusqu'en 2017, soit environ 11 milliards d'euros.

"Ce sont des choix politiques. Les choix ont été faits d'envoyer une copie à Bruxelles en expliquant, au fond, que l'effort de réduction des déficits publics français va être porté par les collectivités locales à 25%. Ce n'est pas acceptable", a dit François Baroin.

"80% de la dette est de la responsabilité de l'Etat" et "4%" de celle des mairies, a-t-il affirmé, alors que "70% de l'investissement public est porté par les collectivités locales, dont 60% par les communes".

Le gouvernement se défend en relativisant la chute des ressources

"La baisse des dotations aux collectivités est importante, personne ne le conteste, mais il faut la relativiser", a répondu le secrétaire d'État aux collectivités André Vallini. "Elle est de 11 milliards d'euros sur 50 milliards d'économie de l'Etat, ce qui représente 20% de ces économies, soit le poids des dépenses des collectivités dans l'ensemble des dépenses publiques", a-t-il souligné.

"Cet effort représente 1,6% des recettes locales, c'est important, mais ce n'est pas l'étranglement dont parlent certains", a ajouté le ministre.

"Il y a un vrai souci sur l'investissement public local qui représente 70% de l'investissement public", a-t-il estimé. "Il ne faut pas qu'il soit impacté. Des mesures ont déjà été prises. D'autres peuvent être engagées", a poursuivi André Vallini en soulignant que "le gouvernement est bien conscient des difficultés que rencontrent certains collectivités".

Pas d'austérité pour la Cour des comptes

La Cour des comptes De son côté, mercredi, la Cour des comptes a expliqué que les collectivités territoriales n'avaient pas encore été frappées par l'austérité. Dans leur rapport annuel sur le budget de l'Etat, les Sages de la rue Cambon indiquent, qu'en moyenne, la baisse des dotations avait été plus que compensée par d'autres mesures, notamment des transferts de fiscalité.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2015 à 8:19 :
L'incapacité à sortir du clientélisme pour faire des économies réelles est vraiment la caractéristique de nos minables politiques actuels...
a écrit le 29/05/2015 à 8:00 :
Baroin a été le premier a dire tout haut ce que beaucoup de maires pensent tout bas:les impots locaux doivent augmenter pour compenser la baisse de dotations de l'état.il faut cependant se battre pour que cette hausse soit modérée,les finances des particuliers étant tendues.autre piste,une hausse de la contribution des entreprises via la CFE,maintenant que la plus part des entreprises ont restauré leur marge
a écrit le 28/05/2015 à 21:21 :
ces dernières années les impôts locaux ont explosés malgré les dotations de l'état il est temps de faire des économies , nos élus locaux ( trop nombreux ! ) vont devoir arrêter leur clientélisme et se mettre au travail et baroin retourner à la vie civile au lieu de faire carrière en politique ;vu ses résultats passés ce n'est pas un modèle de bonne gestion
a écrit le 28/05/2015 à 19:57 :
Les dépenses publiques n'arrêtent pas d'augmenter. Il est temps de cesser d'appeler les dépenses des collectivités "investissements". Un investissement doit générer un profit!
a écrit le 28/05/2015 à 17:27 :
Il vient de prendre 30 ans et de devenir un tres vieux apparatchik

L'état est en ruine on dépense plus que n'importe quel pays

Un peu de réalisme il est temps de faire des économies et les dépenses des petits barons locaux doivent diminuer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :