La ville de Strasbourg interdit le diesel à horizon 2025

 |   |  316  mots
(Crédits : Christian Hartmann)
La ville de Strasbourg a adopté lundi un calendrier d'interdiction progressive des véhicules les plus polluants, qui doit aboutir à  l'interdiction totale des véhicules diesel dans la ville à l'horizon 2025.

Par cette délibération, adoptée en conseil municipal lundi, la mairie s'engage à déployer une Zone à faibles émissions (ZFE) sur son territoire à partir du 1er janvier 2021, avec d'abord l'interdiction des véhicules non classés (sans vignette Crit'Air), puis des vignettes 5 en 2022, 4 en 2023, 3 en 2024 et 2 en 2025.

"L'objectif final est la sortie des pastilles Crit'Air 2 (ce qui équivaut notamment à la sortie de la totalité des véhicules diesel) au 1er janvier 2025", selon un communiqué de la mairie.

La mairie rappelle que "l'agglomération fait partie des 13 territoires en France concernés par le contentieux européen sur la qualité de l'air."

La Commission européenne reproche en effet à la France de ne pas respecter les limites fixées pour le dioxyde d'azote (NO2), un gaz émis par les pots d'échappement, qui fait tousser entre autres les agglomérations de Paris, Marseille, Lyon, Strasbourg et Toulouse.

Un objectif pour la nouvelle équipe municipale 2020

A Strasbourg, il reviendra à l'équipe issue des élections municipales de 2020 de mettre en place la ZFE, le maire Roland Ries (PS) devant abandonner son fauteuil à l'issue de son mandat.

"On espère que cette mesure sera solidifiée par un arrêté municipal pour qu'elle ne soit pas rediscutée au prochain mandat", a réagi le Dr Thomas Bourdrel, fondateur du collectif "Strasbourg respire".

Il s'est dit "très satisfait" de la création de la ZFE strasbourgeoise, dont il souligne que le calendrier est "plus ou moins le même qu'à Paris et Grenoble".

"Un diesel récent émet jusqu'à six fois plus de NO2 qu'un véhicule essence", a insisté le médecin, soulignant qu'"un tiers de la population strasbourgeoise vit dans une rue où l'air ne répond pas aux normes européennes".

Selon l'agence Santé publique France, l'exposition aux particules fines entraîne quant à elle chaque année 48.000 morts prématurées dans le pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2019 à 20:00 :
La municipalité fait du greenwashing en vue des élections municipales.

Le problème de Strasbourg, ce sont les véhicules en transit sur les autoroutes proches et elles ne sont pas sous administration municipale.
Sans compter le report du traffic des poids lourds depuis l'Allemagne faute d'écotaxe de notre coté du Rhin.

Pour ce qui est de la circulation dans Strasbourg intra-muros, elle est déjà très contrainte. C'est une ville faite pour les vélos. Interdire les diesels ne changera pas grand chose.
a écrit le 24/09/2019 à 19:30 :
On peut comprendre qu'une ville lutte contre la pollution.
Mais est-il légal d'interdire des véhicules qui sont légalement en vente?
a écrit le 24/09/2019 à 19:14 :
Vivement la journée sans les élus !
a écrit le 24/09/2019 à 16:49 :
Et si j’habite encore Strasbourg en 2025 dans le périmètre interdit, je fais quoi pour sortir mon véhicule diesel de son stationnement et y revenir ??? La mairie me donne un pass ???
a écrit le 24/09/2019 à 13:30 :
Il n'est pas choquant qu'à des situations particulières (Strasbourg est dans une cuvette), on apporte des réponses particulières. Dès lors, pourquoi pas. La question des particules fines en grandes villes n'est pas la même qu'en campagne en Bretagne où il pleut tous les jours (pas d'offense de ma part, amis bretons). Reste à calibrer raisonnablement les mesures.
a écrit le 24/09/2019 à 11:48 :
promesse d'une ville "morte" après quelques années d'interdiction du diésel , mais qui restera toujours polluée par le CO2 et particules fines en provenance des centrales à charbon allemandes actives au moins jusqu'en 2038 .
a écrit le 24/09/2019 à 11:04 :
Strasbourg n'est pas près d'avoir ma visite comme touriste
a écrit le 24/09/2019 à 10:10 :
Il me semble que le problème de Strasbourg est plus lié à la circulation sur les autoroutes en périphérie qu'à la circulation intra-muros qui est déjà sévèrement contrainte.
Il y a également un problème de report de la circulation des poids lourds qui préfèrent la rive française, là où il n'a pas d'écotaxe.

On approche des élections, les mairies font du green washing
a écrit le 24/09/2019 à 10:03 :
propagande, manipulation et desinformation
il suffit d'appliquer la loi de pareto
20% des vehicules produisent 80% de la pollution, il suffit donc d'interdire ces vehicules, ca resoudra bien des pbs
mais ca c'est pas possible, vu que ca concerne l'electorat de gauche, parfois un peu desargente, reconnaissons le
alors tout le monde est puni grace a l'egalitarisme reenchante
comme quand le gouvernement hollande interdisait le grec et l'allemand pour ne pas stigmatiser ceux qui n'en n'ont pas la chance de savoir lire
punition collective, comme du bon vieux temps de staline et ceaucescu

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :