« Les drones décongestionnent et décarbonisent la livraison » (Sissel Thorstensen, DragonFlyPads)

PARIS BUSINESS. Dans un contexte d'explosion des livraisons urbaines du fait du commerce électronique, la présidente de DragonFlyPads, Sissel Thorstensen, était l'invitée, le 22 février à 18h45, de BFM Paris et de La Tribune dans le cadre de l'émission "Bonsoir Paris".
César Armand
Depuis la rentrée de janvier, La Tribune et BFM Paris s'unissent pour vous proposer, à travers l'émission Paris Business (tous les mardis à 18h45), l'interview d'un décideur de l'économie francilienne au cœur de l'actualité. Une occasion de décrypter ensemble les dossiers, enjeux et tendances de l'économie locale, animée par Marguerite Dumont pour BFM Paris et César Armand pour La Tribune. (Crédits : C.A.)
Depuis la rentrée de janvier, La Tribune et BFM Paris s'unissent pour vous proposer, à travers l'émission Paris Business (tous les mardis à 18h45), l'interview d'un décideur de l'économie francilienne au cœur de l'actualité. Une occasion de décrypter ensemble les dossiers, enjeux et tendances de l'économie locale, animée par Marguerite Dumont pour BFM Paris et César Armand pour La Tribune. (Crédits : C.A.) (Crédits : C.A)

Paris Business avec La Tribune: Livraison par drone, une réalité en Île-de-France ? - 22/02

Et si demain la livraison du dernier kilomètre s'opérait par drone, comme le pratiquent déjà les Etats-Unis ou la Chine dans les zones rurales ? C'est le pari que souhaite relever la société DragonFlyPads depuis sa création en septembre 2020.

Un produit hybride entre station-service et mini-aéroport

Invitée le 22 février, de BFM Paris et de La Tribune dans la séquence "Paris Business" de l'émission "Bonsoir Paris", sa présidente Sissel Thorstensen créé des infrastructures pour les drones transportant des colis de moins de 150 kg.

"Les vertiports sont un produit hybride entre une station-service et un mini-aéroport. Ils sont à la fois écologiques et modulables. Les drones ont besoin de se garer, de se charger, de récupérer les colis et de les déposer", explique la dirigeante.

Soutenu par la Semmaris et le conseil régional d'Île-de-France, DragonFlyPads a installé son premier vertipad sur le marché international de Rungis, où travaillent déjà 12.000 personnes et où circulent 30.000 camions.

"Nous utilisons un container maritime que nous avons reconditionné et qui prend l'équivalent de deux places de parkings", poursuit Sissel Thorstensen, qui prépare aussi des modules plus légers pour les toits et... la Seine.

"Nous ne volons que par dérogation"

Le modèle économique de l'entreprise repose sur une concession et sur un maillage en France et en Europe pour développer la livraison. Reste que la réglementation  de l'espace aérien constitue encore un "frein".

"La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) nous a donné l'autorisation d'avoir des couloirs pour survoler Rungis, mais aujourd'hui, nous ne volons que par dérogation car le plus important, c'est la sécurité des personnes qui travaillent en-dessous", dit encore la présidente de DragonFlyPads.

Cela est en train de changer: l'Union européenne planche sur une législation baptisée "U-space". En attendant, la société va continuer à se développer sur Rungis, ayant reçu beaucoup de demandes pour pérenniser l'opération.

De la même façon que Sissel Thorstensen négocie avec le territoire du Grand Orly "pour décongestionner et décarboniser" la distribution des hôpitaux tout en assurant une surveillance des bâtiments.

Lire aussi 9 mnVIDÉO. Le taxi volant de Volocopter certifié en Europe: l'Urban Air Mobility prête à décoller

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 26/02/2022 à 12:12
Signaler
A part pour certaines choses urgentes genre analyses sanguines, les gens sont-ils si pressés simplement parce que la technique le permet ? Vivement la télé-transportation pour que les choses voyagent sans nuisances, on y pense et ça apparait, on n'y ...

à écrit le 25/02/2022 à 16:58
Signaler
Rien qu'à la campagne ou à la montagne quand j'en entends un, j'ai envie de l'abattre tellement ce vrombissement est insupportable! Alors des centaines.... Mais on s'habitue à tout n'est-ce pas? Cette nouvelle société que l'on veut me faire voire c...

à écrit le 25/02/2022 à 11:37
Signaler
Oui mais ils sont chers, bruyants, fragiles et faciles à voler. Si la classe dirigeante vivait un peu plus dans le réel ça éviterait bien des pots cassés.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.