Perpignan veut profiter de la nouvelle proximité avec Barcelone créée par la LGV

 |   |  423  mots
: La nouvelle gare du Centre del Mon sera en liaison directe TGV en avril prochain avec la grande ville-monde Barcelone. En juin 8 liaisons feront la navette pour placer Perpignan à 1h10 de la capitale catalane, 55' en 2014. © Nelson Goutorbe
: La nouvelle gare du Centre del Mon sera en liaison directe TGV en avril prochain avec la grande ville-monde Barcelone. En juin 8 liaisons feront la navette pour placer Perpignan à 1h10 de la capitale catalane, 55' en 2014. © Nelson Goutorbe (Crédits : Nelson Goutorbe)
Avec le TGV qui la mettra à une heure de la capitale catalane, Perpignan entend promouvoir son tissu industriel local, ses capacités foncières et la beauté naturelle des paysages pour attirer de nouvelles entreprises. Les élus viennent de créer une agence de développement économique pour orchestrer l'offensive.

Pour optimiser économiquement la mise en service de la liaison directe TGV avec Barcelone, l'agglomération de Perpignan-Méditerranée vient de créer son agence de développement économique. Les élus saisissent l'aubaine de la nouvelle infrastructure pour porter en avant leur territoire. « Avec cette liaison directe qui va nous placer à 55 minutes de la ville-monde Barcelone, nous devenons de facto la porte d'entrée de l'Espagne pour l'Europe entière. Nous ne sommes plus un terminus en bout de ligne », clame Jean-Paul Alduy, le président de la PMCA (Perpignan-Méditerranée Communauté d'Agglomération). Les premières liaisons directes avec Barcelone seront opérationnelles en avril prochain (1h10') pour un service complet en juin (8 liaisons) et surtout la grande vitesse absolue (55') en 2014.
« Nous serons directement reliés aux deux plates-formes aériennes internationales de Barcelone et de Gérone. C'est très important pour le désenclavement de nos zones d'activités », souligne Jean-Paul Alduy qui espère favoriser l'implantation de nouvelles entreprises à la recherche de foncier moins concurrencé et surtout moins cher qu'à Barcelone. « Cette agence permet la mise en avant du tissu industriel qui existe ici. C'est le prolongement d'un travail que nous avions entamé au G16 (groupement des grandes entreprises des Pyrénées-Orientales, ndlr) », précise Jean-Claude Tissier, PDG de la société Richier et représentant de l'UPE 66 (Union pour les entreprises), le Medef local, partie prenante dans le dispositif opérationnel de l'agence.

Trois filières de pointe

C'est Romain Grau qui a été pressenti pour prendre la présidence de la nouvelle structure. « Nous allons travailler sur les trois filières principales de pointe sur notre territoire : le développement durable, l'agro-alimentaire et la logistique », indique-t-il. Et Romain Grau ne se cache pas qu'il devra batailler ferme avec les « cousins de Catalogne du sud » déjà en ordre de bataille, eux, tant à Gérone qu'à Figueras et déjà très agressifs pour recueillir les fruits du TGV.
« Nous venons de créer une association des grands hôtels du sud pour mettre en avant notre capacité d'accueil, la gastronomie, les paysages, les breuvages, nos vins notamment. Il faut que l'effet TGV fonctionne dans les deux sens et nous permette de capter un nouveau flux touristique », estime pour sa part Pierre Henri de la Fabrègue du domaine de Rombeau à Rivesaltes. A noter cependant que la création de cette agence de promotion divise le monde économique. La CCI y est favorable. La chambre des Métiers et la CGPME sont dubitatifs.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2013 à 21:21 :
vous indiquez "les premières liaisons en avril prochain..." comme d'habitude les premières liaisons sont reportées en septembre... problèmes techniques.... et pour le troçon manquant entre Perpignan/ Montpellier, horizon 2030.... comme d'habitude le sud du sud de la france
n'intéresse pas Paris. Il faudrait chiffrer depuis 15 ans, le coût des études, des réunions, ...lamentable...!!
a écrit le 22/03/2013 à 11:48 :
La ligne TGV Perpignan/montpellier n'est pas prête de voir le jour..... au mieux en 2035...!!
si vous avez analysé les termes du discours du Ministre des transports .....!!!!!!!
Merci à Jacques Blanc Ex-Président de la Région, d'avoir torpillé le dossier à l'époque(....!!)en ne voulant pas participer au financement de la LGV..... on prend 50 ans de retars...!!
a écrit le 05/03/2013 à 9:47 :
on part du principe que la gare de perpignan soit le depart du TGV et non le soler ou rivesaltes
a écrit le 28/02/2013 à 10:25 :
il est evident que le 66 a la chance d'etre frontalier.Le fait que le TGV nous desenclave vers le Sud ne peut etre qu'une bonne chose.Les gens politiques et economiques qui nous demande de nous tourner vers le nord et de nous mefier du Sud devraient d'abord tous faire pour nous rapprocher de Paris .Je pense au TGV et au detournement de Nimes et à la voie Perpignan Montpellier.Cependant la grande maison de retraite que doit etre le 66 ne doit pas trop s'ouvrir au cas ou les jeunes resteraient au pays.cela n'est pas prevu par nos elus
Réponse de le 28/02/2013 à 22:09 :
@can fidel: c'est sûr que ceux qui ont encore la forme préfèrent le 69 :-)
Réponse de le 01/03/2013 à 10:20 :
Et les anciens de 68 sont en pleine forme !
a écrit le 28/02/2013 à 9:14 :
Il serait intéressant d'avoir l'opinion de chefs d'entreprise Barcelonais et des représentants de la chambre des métiers et de la CGPME... Cet article ressemble à un communiqué de presse.
Réponse de le 06/03/2013 à 13:25 :
Les locaux sur la photo sont totalement libres depuis plus de deux ans.... C'est l'échec de Jean Paul Alduy....!! La galerie marchande située au RdC est naufragée. Carrefour vient de
fermer son magasin.... JPAlduy a joué un coup de pocker pour faire passer la LGV par
Perpignan..... va-t-il gagenr??? Les Catalans du Sud sont en crise....pas de projet d'implantation.
a écrit le 28/02/2013 à 0:32 :
"mettre en avant la gastronomie" ??? c'est pas le couscous-merguez la spécialité de Perpignan ?
a écrit le 27/02/2013 à 19:13 :
Pour Salvador Dali, la gare de Perpignan était le centre du monde, d'où son nom "Centre del Mon" ?
Réponse de le 28/02/2013 à 15:11 :
Du catalan, langue de Salvador Dalí et aussi de la Catalogne française. C'est pas difficile a comprendre
Réponse de le 28/02/2013 à 22:10 :
@josep: quand on sait, c'est toujours facile. C'est quand on sait pas que ça se complique :-)
Réponse de le 01/03/2013 à 10:19 :
Pas très aimable le catalan josep tordu ! La tramontane doit lui porter sur les nerfs...
Réponse de le 11/03/2013 à 12:59 :
Dali n'avait pas parlé de centre du monde mais de centre de l'univers, pour la gare de Perpignann. C'était la conséquence de ses travaux sur la Cosmogonie. Un journaliste du Monde en avait fait une mauvaise traduction, que les français ont allègrement repris, comme ces élus de Perpignan: lamentable...
Réponse de le 03/07/2015 à 1:39 :
Il y a probablement une explication simple comme par exemple plus de femmes au foyer aux USA.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :