Bientôt un fond d’investissement régional au bénéfice des ETI locales

L’IRD, l’investisseur privé de proximité issu des organisations professionnelles du Nord–Pas-de-Calais, va créer avec l’acteur de prévoyance Humanis un fond d’investissement par obligations non convertibles d’une cinquantaine de millions d’euros au bénéfice des ETI et des PME à forte croissance implantées en local.
Il s'agit d'un fond doté d'une cinquantaine de millions d'euros qui fera l'objet de prêts par obligation non convertible d'un montant moyen de 2,5 millions d'euros par opération.
Il s'agit d'un fond doté d'une cinquantaine de millions d'euros qui fera l'objet de prêts par obligation non convertible d'un montant moyen de 2,5 millions d'euros par opération. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)

Dans le Nord - Pas-de-Calais, la majorité des ETI et des PME à forte croissance sont des entreprises familiales. Et comme le souligne Thierry Dujardin, directeur général adjoint du groupe IRD, « elles ont tendance à refuser l'entrée d'un acteur extérieur dans le capital de leur société. Mais pour poursuivre leur développement, elles sont à la recherche de sources de financement stables. Le fond que nous allons créer avec Humanis va répondre à leur besoin »

Il s'agit d'un fond doté d'une cinquantaine de millions d'euros qui fera l'objet de prêts par obligation non convertible d'un montant moyen de 2,5 millions d'euros par opération. Il sera financé par l'activité prévoyance d'Humanis. Ce nouveau fonds d'investissement par obligations non convertibles sera opérationnel après l'été sur le Nord - Pas-de-Calais et la Picardie.

10 millions d'euros par an pour les ETI régionales

 Marc Verly, directeur général du groupe IRD, avance :

« Humanis est venu nous chercher pour qu'ensemble nous répondions au besoin de financement des ETI familiales qui font partie de sa clientèle. Ces dernières années, nous investissions environ 10 millions d'euros par an à travers nos différents produits. Avec cette nouvelle offre, nous allons doubler cette somme annuelle »

Les entreprises auront entre 5 et 7 ans pour rembourser à terme la totalité du prêt augmentée du montant des intérêts. Entre temps, elles peuvent consacrer l'intégralité des sommes versées à leur projet de développement sans toucher à leur trésorerie. Ce prêt étant octroyé sans garantie, l'IRD a pris en considération un taux de chute après avoir modélisé le coût du risque.

L'objectif est de réaliser une vingtaine d'opérations sur les cinq prochaines années. Les candidats ne manquent pas, même s'ils ne sont pas encore identifiés. Que le club local des ETI regroupant essentiellement des dirigeants d'entreprises patrimoniales compte en son sein plusieurs acteurs des institutions d'Entreprises et Cités facilite les choses. Gérard Meauxsoone, le nouveau président du groupe IRD, en fait partie ainsi que Frédéric Motte, le patron du Medef en Nord - Pas-de-Calais.

D'après Thierry Dujardin, c'est une première en France. Il existe bien les « Euro Private Placement », autrement dit les Euro PP, également dédiés au financement des ETI. Il s'agit aussi d'opérations de financement entre une entreprise et un nombre restreint d'investisseurs institutionnels. Elles s'effectuent sous la forme d'une émission obligataire ou d'un prêt. Mais elles portent sur des montants bien plus élevés de plusieurs dizaines de millions d'euros par opération.

Plus gros investisseur privé de proximité au nord de Paris

L'IRD a l'habitude d'innover en matière d'aides au financement des entreprises. Tout a démarré en 1982 sous l'impulsion des organisations professionnelles du Nord - Pas-de-Calais, alors regroupées à la Maison des Professions depuis rebaptisée Entreprises et Cités. Il y a d'abord eu la société de contre-garantie bancaire Nord Financement suivie de Nord Transmission. Deux sociétés de capital investissement, Nord Création et Croissance Nord -Pas-de-Calais, ont ensuite été créées. En 1999, le rachat de la SDR créée par la Caisse des dépôts a donné naissance au groupe IRD. L'activité immobilière est venue par la suite compléter l'offre suivie par d'autres outils comme Cap Croissance et GIE qui lui permette d'investir jusqu'à 7 millions d'euros dans des entreprises à fort potentiel de croissance.

En 2014, l'IRD a investi 11millions d'euros dans le capital d'entreprises régionales à travers 62 opérations. Elle a clôturé ses comptes avec un bénéfice consolidé de 4,4 millions d'euros.

L'IRD a accompagné 2525 entreprises depuis sa création

Marc Verly détaille :

« Nous sommes actionnaires de 366 entreprises et sommes entrés depuis notre création au capital de plus de 700 sociétés du Nord - Pas-de-Calais. Nous avons accompagné d'une manière ou d'une autre 2525 entreprises au total. En cela, nous sommes le plus gros investisseur privé de proximité du nord de la France. Sur 400 demandes d'entreprises que nous recevons chaque année, nous sélectionnons une soixantaine de projets. Un quart d'entre eux se solde par un échec, un quart arrive tout juste à l'équilibre et un quart dégage un peu de profit. Nous gagnons de l'argent seulement sur le quart restant »

Suffisamment pour avoir aujourd'hui 140 millions d'euros en fonds propres. De quoi continuer à aider au développement des entreprises de la future grande région Nord - Pas-de-Calais - Picardie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 15/07/2015 à 20:17
Signaler
Quand l'orthographe des articles de fond touche le fond. Mais savent-ils seulement de quoi il parlent?

à écrit le 30/06/2015 à 14:27
Signaler
C'est un nouveau fonds d'investissement ou un vieux fond de quelque chose ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.