Le gouvernement prépare une relance de l'activité portuaire

Fin janvier, Jean Castex dévoilera depuis le Havre les détails de la stratégie nationale portuaire qu’un certain Edouard Philippe appelait de ses vœux dès novembre 2017, six mois après sa nomination à Matignon. En visite à Rouen, les ministres de la Mer et des Transports en ont donné un avant-goût. Leur message ? La reconquête est en marche et elle passera par le corridor de la vallée de Seine. Les professionnels attendent de voir pour croire.
Le port du Havre.
Le port du Havre. (Crédits : Reuters)

Personne ou presque n'a manqué à l'appel, signe de l'intérêt que suscite le projet en amont et en aval du péage de Mantes. Annick Girardin et Jean Baptiste Djebbari ont réuni lundi à Rouen l'ensemble des grands élus et des représentants professionnels concernés par la fusion des trois grands ports de la vallée de Seine.

Les deux ministres ont confirmé que les terminaux de Paris, de Rouen et du Havre seront placés, le 1er juin, sous la tutelle d'un établissement public portuaire unique du nom d'Haropa dont le siège sera localisé dans la ville d'Edouard Philippe. Lequel peut d'ailleurs revendiquer la paternité de ce mariage que personne sur les quais n'osait espérer avant 2030.

A la recherche du temps perdu

Pour les communautés portuaires de la Seine distancés par leurs concurrentes d'Europe du Nord et fragilisées par la pandémie, l'enjeu est important pour ne pas dire vital. Il s'agit de donner naissance à un « système portuaire et logistique de référence » pour reconquérir les parts de marché perdues depuis des décennies au profit d'Anvers, de Rotterdam ou d'Hambourg, ferrer de nouveaux investissements industriels mais aussi accélérer la transition énergétique en développant la production et la consommation d'énergies vertes (l'hydrogène est dans toutes les têtes). Est également évoqué le déploiement de nouveaux services numériques le long du corridor.

Grace au rapprochement des trois ports au sein de l'axe Haropa, nous renforçons la vallée de Seine en lui conférant un rôle économique déterminant. Ce projet constitue la première brique de notre stratégie nationale portuaire", commente Annick Girardin.

"Le temps est venu d'accélérer"

Le gouvernement promet de mettre les moyens pour réussir ce pari loin d'être gagné d'avance face à l'arrivée prochaine du Canal Seine Nord et surtout à la montée en puissance des nouvelles routes de la soie chinoises, lesquelles terminent leur course en Allemagne. A en croire les ministres des Transports et de la Mer, un programme d'investissement « ambitieux » sera annoncé par Jean Castex, le 22 janvier au Havre, à l'occasion de la tenue d'un Comité interministériel de la mer (Cimer). Quel en sera le montant ? Bien malin qui pourrait le dire.

En attendant, chez les professionnels, on manifeste une certaine impatience. "Le temps est venu d'accélérer, plaide le rouennais Christian Boulocher, nouveau président de la Fédération des ports de la Seine. Le pire serait que le projet soit freiné par des querelles d'ego ou un manque d'ambition." Une allusion à peine voilée à la kyrielle impressionnante de rapports parlementaires produite ces vingt dernières années pour appeler à une reconquête portuaire... Et qui depuis prennent la poussière.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 06/01/2021 à 23:17
Signaler
Encore le chéquier magique ? C'est facile d'être au gouvernement en ce moment, il y a peu l'état était en faillite et aujourd'hui à chaque problème sa solution : du pognon ! Des vrais shekh du moyen orient compliqué, c'est vrai qu'ça simplifie pas...

à écrit le 06/01/2021 à 16:03
Signaler
Entre le Havre et St Nazaire c'est trop dommage de voir tout ces énormes porte conteneurs passer devant pour rejoindre Hambourg les décharger pour nous revenir par semi-remorques. Que veux-tu, la logistique encore une fois connais pas, quand on fait...

à écrit le 06/01/2021 à 12:34
Signaler
ca sert a rien si les gens ne veulent plus venir, c'est pour ne pas etre tributaire des prises d'otages des syndicalistes d'ultragauche le reste c'est du pipo y a amsterdam rotterdam au nord genes au sud pas besoin de la france

à écrit le 06/01/2021 à 10:31
Signaler
Je comprends qu'il s'agit de fonds pour développer le port du Havre..

à écrit le 06/01/2021 à 9:47
Signaler
Sans une politique fortement orienté vers un transport maritime non polluant ce serait de la folie pure et dure extrêmement gourmande en finances publiques, qu'un domaine aussi important soit confié à des gens sans puissance politique reste inquiétan...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.