#PLTJE : jeunes entrepreneurs au tempérament bien trempé pour représenter l'Ouest

Cinq jeunes entrepreneurs de la région Ouest ont été sélectionnés le jeudi 3 avril à Nantes pour concourir en finale nationale du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur.

5 mn

(Crédits : Reuters)

Il y a mille et une façons d'entreprendre, et les jeunes entrepreneurs sélectionnés pour représenter la région Ouest au Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur (PLTJE) en sont témoins. Le jury réuni au Conseil Régional des Pays-de-la-Loire jeudi 3 avril a retenu des candidats aux parcours variés.


Le design et l'audace

Ainsi, Chloé Millon, fondatrice d'Eklo Design Studio, a d'abord fait ses classes dans une agence de design reconnu, Troisième Oeil, où elle a développé ses compétences techniques et où elle s'est rodée au management et à la gestion de projets. Le temps pour elle de prendre confiance, et d' "arbitrer entre le confort du statut de salariée et l'envie de lancer sa propre agence". Elle a franchi le pas de la création d'entreprise il y a deux ans, alors âgée de 25 ans. Elle fédère aujourd'hui quatre designers industriels et travaille pour de grands groupes partout en France. Cette entrepreneure de Bourges (Cher) portera les couleurs de la région Ouest dans la catégorie Industrie du PLTJE.


Un serial entrepreneur du numérique

A l'inverse, Godefroy de Compreignac, le fondateur d'Eklablog retenu pour représenter l'Ouest dans la catégorie Numérique du PLTJE, s'est lancé dès son plus jeune âge. A 12 ans, il apprenait à coder en autodidacte. A 16 ans, il construit un jeu pour navigateur internet, qui lui rapportait l'équivalent d'un Smic chaque mois. "Cela m'a permis d'investir dans mes projets suivants", explique ce serial entrepreneur de 25 ans. Malgré son jeune âge, il a acquis une solide expérience, ayant notamment lancé une agence de développement de sites internet, en cours de liquidation.

"J'ai compris que je devais veiller à ne pas multiplier les projets menés de front. Et que j'étais bien meilleur dans la conduite d'une entreprise s'adressant au consommateur final qu'en prestation de services."

Il se concentre donc désormais "seulement sur deux entreprises" : Eklablog, une plateforme de sites web qui compte 11 millions de visiteurs uniques par mois, et un projet de jeu sur mobile.

Le boom des imprimantes 3D 

De son côté, Vincent Albert, le cofondateur de Makershop qualifié en finale du PLTJE dans la catégorie Services. Makershop, la société qu'il a cofondée à l'automne dernier, distribue en exclusivité en France les imprimantes 3D et stylos 3D de différents constructeurs dans le monde. Plusieurs grands groupes et des universités sont déjà clientes.

"L'activité se porte bien, notre gamme s'élargit et nous signons des contrats avec les plus grands fabricants, les retours clients sont très positifs sur notre service client et nos conseils. De leur côté, les médias aident beaucoup au buzz que créé l'impression 3D et de nombreuses entreprises s'intéressent à cette technologie", se réjouit cet entrepreneur de Cérans-Foulletourte (Sarthe), âgé de 28 ans.


D'un business model à un autre

La croissance exponentielle, Laurent Berthuel sait lui aussi ce que c'est.  Cet entrepreneur de 34 ans, basé à Dreux (Eure-et-Loir), s'est lancé dans la production de toners d'imprimantes remanufacturés en 2007, à la faveur d'une nouvelle législation sur ces produits. La première entreprise qu'il a fondée sur cette activité a connu une progression insolente de son chiffre d'affaires, de 300% par an, avec des marges confortables grâce à une sous-traitance en Chine. Son essor est tel qu'il lui vaudra une distinction dans un concours. Mais après la naissance de son premier enfant, Laurent Berthuel ne se sentait plus en accord avec son modèle de développement. Il décide alors de tourner le dos à ce business model efficace, pour repenser son mode de production en fonction de ses valeurs personnelles. En 2012, il repart de zéro, fondant une nouvelle entreprise, Printerra.

Elle fabrique les mêmes produits, mais uniquement en France, et intégrant huit personnes handicapées au sein de son équipe, qui compte dix personnes.

"Nous venons de remporter un appel d'offres auprès d'un grand groupe pour de gros volumes. Nous allons monter en cadence progressivement et notre chiffre d'affaires devrait déjà doubler cette année", précise Laurent Berthuel, qui représentera la région Ouest dans la catégorie Social Business.



Pas de candidat Green Business

Les jurés de la région Ouest du PLTJE se sont montrés bienveillants à l'égard des candidats auditionnés, tout en veillant au respect des critères de sélection du Prix : pour prétendre au titre de meilleur jeune entrepreneur de France, les jeunes entrepreneurs doivent être remarquables tant par l'efficacité économique de leur entreprise, que par leur parcours et que par l'innovation et l'impact sociétal de leur activité. Pas de sésame pour la finale du PLTJE pour qui ne remplit pas l'ensemble des critères. Ils ont donc choisi de ne pas présenter de candidat de la région Ouest dans la catégorie Green Business cette année.


Des mini-cupcakes en finale 

La recherche de l'excellence entrepreneuriale a également guidé le choix du lauréat Ouest de la catégorie Start, réservée aux entrepreneurs en cours de création de leur structure, ou qui viennent de lancer leur activité. Camille Blot, fondatrice de la société de mini cup-cakes personnalisés Cam's Cakes, a ainsi gagné sa place en finale du PLTJE en répondant avec aplomb aux questions les plus pointues des jurés, qui ont apprécié en outre son parcours personnel. Pour monter son projet, cette Rouennaise de 25 ans diplômée d'une école de commerce s'est retroussé les manches pour obtenir un CAP pâtisserie, "même si les métiers manuels malheureusement sont mal vus en France".

 

Un collectif soudé 

A l'annonce des résultats, Geneviève Lebouteux, conseillère régionale des Pays-de-la-Loire, a manifesté sa fierté face aux jeunes talents entrepreneuriaux de sa région. Les partenaires du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur ont eux aussi salué la témérité des candidats. Christophe Jaglin, directeur du réseau Banque du développement régional de la Caisse d'Epargne Bretagne Pays-de-La-Loire, Mars Posnic, directeur commercial Grandes Entreprises d'EDF, Olivier Simonin, directeur régional d'AG2R La Mondiale, et Patrick Baudry, délégué régional innovation de Bpifrance, ont alors troqué leurs casquettes de jurés incorruptibles pour celles de supporters. Ils ont encouragé les jeunes entrepreneurs non sélectionnés à persévérer, et ont donné leurs conseils aux cinq finalistes. C'est en collectif soudé que la région Ouest part à l'assaut des épreuves finales du PLTJE, avec la ferme intention de décrocher un titre cette année. Voire plusieurs.

5 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.