A Nantes, le BiclooPlus veut aller plus loin

 |   |  1011  mots
Jean-Charles Decaux, président du directoire et co-directeur général de JCDecaux, (à gauche) accompagne la présidente de la Métropole nantaise, Johanna Rolland, (au centre) pour la présentation officielle du service BiclooPlus. Le premier enfourche un vélo spécialement étudié pour les personnes à mobilité réduite (PMR), dont vingt exemplaires sont mécaniques et vingt avec assistance électrique (AE).
Jean-Charles Decaux, président du directoire et co-directeur général de JCDecaux, (à gauche) accompagne la présidente de la Métropole nantaise, Johanna Rolland, (au centre) pour la présentation officielle du service BiclooPlus. Le premier enfourche un vélo spécialement étudié pour les personnes à mobilité réduite (PMR), dont vingt exemplaires sont mécaniques et vingt avec assistance électrique (AE). (Crédits : F. Thual)
Vélos en libre-service, locations de moyenne et longue durée, parcs de stationnement, Maison du Bicloo, appli innovante et bilingue, offre tarifaire revisitée... Devenu opérateur unique sur la métropole nantaise, la société JCDecaux déploie une offre inédite pour aider Nantes à atteindre une part modale de 12% avec le vélo.

« La bascule aura lieu en une nuit... On veut que les Nantais découvrent leur nouveau Bicloo au petit matin », explique Jean-Charles Decaux, président du directoire et co-directeur général de JCDecaux, qui compte bien faire son petit effet avec une nouvelle monture.

Le 22 août prochain, 880 bicloos disparaîtront de la circulation, remplacés par 1.230 BiclooPlus. Un modèle en aluminium, repensé, redesigné par le franco-argentin Marcelo Joulia, allégé de 2,3 kilos - le premier modèle pesait quand même 21 kilos-, équipé d'une roue arrière increvable, d'un dispositif anti-déraillement, d'un guidon connecté doté d'un support pour le smartphone, d'un système de verrouillage hors station pour des arrêts ponctuel en ville...

« On a beaucoup écouté les remontées des utilisateurs », témoigne Amaury Cardon, directeur régional Bretagne-Pays de la Loire de JCDecaux.

Plus qu'un simple renouvellement de bicyclette, c'est toute l'offre « vélo » sur la métropole qui est revisitée par JCDecaux devenu opérateur unique alors qu'il se partageait le marché jusque-là avec Nantes Gestion Equipement (NGE), l'exploitant des transports publics nantais la Semitan, et le gestionnaire de parking EFFIA. Un marché de 24 millions d'euros conclu pour sept ans, et indépendant de la commercialisation des espaces publicitaires, contrairement au précédent contrat.

« On a créé une solution unique en son genre en France », assure Jean-Charles Decaux.

Sept modèles de vélos

Jusque-là concentré sur la ville de Nantes avec 103 stations, le réseau va s'étoffer de 20 nouvelles stations autonomes en énergie pour se rapprocher de l'objectif d'une station tous les 300 mètres... On n'y est pas encore. Vingt d'entre elles encore seront agrandies pour offrir 1.880 points d'attache. Mais surtout, le maillage va s'étendre aux 24 communes de la Métropole à travers l'offre de location de moyenne et longue durée, baptisée Monbicloo. Mille vélos vont être mis en service dès la rentrée prochaine, 500 autres en 2019 et autant en 2020.

Parmi eux, 74% seront des vélos à assistance électrique (VAE). L'offre comprendra en fait 7 types de vélos adaptés aux familles et aux personnes à mobilité réduite : ainsi, le vélo sera classique ou avec AE, en solution cargo, avec ou sans AE, avec deux roues à l'avant pour les personnes à mobilité réduite, avec ou sans AE, et un modèle entièrement pliable pouvant être transporté dans un bus ou en tramway.

"Agir pour la transition énergétique, notre santé et la qualité de vie"

On pourra louer un engin au mois ou à l'année, voire pendant trois ans, pour les personnes les plus en difficulté financièrement.

« Le vélo est un levier concret pour agir en faveur de la transition énergétique, pour notre santé et la qualité de vie », insiste Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, qui vise une part modale de 12% grâce au vélo (3% en 2015). C'est l'un des enjeux du nouveau plan de déplacement urbain (le PDU 2018-2027), et du second « plan vélo » adopté par la Métropole, qui y investira 50 millions d'euros d'ici 2020.

« On met le paquet pour favoriser l'usage du vélo et améliorer la qualité de vie des Nantais », souligne Johanna Rolland.

Le grand public et les entreprises

Lancé en 2008 après Paris et Lyon, le Bicloo compterait aujourd'hui 10.000 utilisateurs, dont 56% le prennent pour effectuer des trajets de moins de 3 kilomètres. On atteindrait 4.000 usages quotidien.

«Ce premier contrat avait permis de donner de la visibilité à ce mode de déplacement, le second doit nous permettre de conquérir de nouveaux cyclistes », espère Jacques Garreau, vice-président de la Métropole en charge des transports et des déplacements doux.

Là où l'un des enjeux est la décongestion d'une métropole de plus en plus encombrée où l'automobile compte encore pour 55% des déplacements, il convenait d'adapter aussi l'offre tarifaire. D'où, parallèlement à la solution « grand Public », une offre packagée destinée aux salariés d'entreprises qui pourront opter pour un « pack mobilité », selon le type de vélo choisi (de 40 euros par mois pour un VAE, à 150 euros pour un cargo à assistance électrique).

Une appli « Bicloo officiel »

Pour inciter les Nantais à la pratique du vélo, les solutions de paiement ont donc, elles aussi, évolué et ont été simplifiée dans leurs usages. L'accès au Bicloo sera désormais possible avec la carte Libertan, solution d'abonnement sur mesure déployée par la Semitan, ou avec un simple ticket délivré aux bornes Bicloo (75 centimes d'euro la demi-heure). Celui-ci pourra être lu par un système NFC contenu dans le carter du guidon.

Pour assurer la continuité et la visibilité du réseau, JCDecaux ouvrira en septembre une Maison du Bicloo, dans l'espace du Carré Feydeau, situé face à la place du Bouffay, entre le château des ducs de Bretagne et la place du Commerce. Un lieu de maintenance mais aussi d'information, d'animation et de promotion du vélo qui pourrait accueillir les associations concernées.

Jusqu'en 2020, un véhicule baptisé Bicloo Mobile ira une fois par mois à la rencontre des utilisateurs des communes périphériques.

Enfin, jusqu'à présent assez sommaire, l'actuelle application doit être remplacée dès la rentrée par une version « Bicloo Officiel » et un site internet. Développée en interne par JCDecaux, l'appli indiquera bien évidement les vélos et bornes d'attache disponibles, mais aussi la durée, le coût ou le calcul du trajet. Une notification de verrouillage sera envoyée sur le smartphone de l'utilisateur, qui pourra verrouiller son Bicloo en dehors des bornes d'attache si elles affichent « complet ». Une réponse aux servicex de vélos en « free floating » (libre-service sans borne) qui seraient tentés de venir s'essayer sur la métropole où Jacques Garreau se dit particulièrement attentif aux solutions anarchiques. Enfin, sur la voie publique, les parcs de stationnement, gérés par JCDecaux, offriront 2.400 places sécurisées, accessibles aux utilisateurs de Bicloo ou non.

Par Frédéric Thual,
correspondant Pays de la Loire pour La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :