En Chine, les vélos partagés chamboulent le paysage urbain

 |   |  657  mots
Si les vélos sont généralement bien rangés, lorsque la place manque, il y a parfois quelques petits ratés.
Si les vélos sont généralement bien rangés, lorsque la place manque, il y a parfois quelques petits ratés. (Crédits : La Tribune)
Les Chinois semblent avoir adopté ce nouveau mode de transport doux, avec plus ou moins de discipline. Ce qui nécessite quelques ajustements.

C'est un vrai succès ! A Pékin, les vélos en libre service ont en quelques mois seulement envahi le paysage. Les habitants de la métropole chinoise se sont appropriés ce nouveau mode de transport. Selon le Centre de recherche chinois sur le commerce électronique, le pays comptait l'an dernier 16,9 millions d'utilisateurs de vélos partagés, un chiffre qui devrait atteindre les 50 millions à la fin de cette année.

Au total, une trentaine de sociétés s'arrachent les parts de marché. Selon le media indépendant Le vent de la Chine, Ofo, qui revendique la première place, pèserait deux milliards de dollars et couvrirait 81 villes. La société gérerait pas moins de 4 millions de vélos, 800 millions de locations pour 50 millions d'usagers. Avec son rival Mobike, ils ont commandé 30 millions de deux-roues soit plus de la moitié de la production locale (53 millions).

VLS vélos partagés Pékin Chine

Il faut dire que, contrairement aux Vélib' parisiens, les vélos peuvent être déposés n'importe où, comme les scooters électriques de Cityscoot, ou bientôt ceux de Bosch. Un simple smartphone suffit aux millions d'usagers de Pékin jusqu'au Tibet : ils ouvrent une application, puis scannent un QR code collé sur le vélo. Ce qui débloque son cadenas. Reste à enfourcher le deux-roues pour la modique somme de 0,5 yuan (0,07 euro) la demi-heure. Puis, une fois arrivé à destination, on laisse la petite reine où l'on veut. L'engin est aussitôt prêt pour l'utilisateur suivant. Il arrive donc parfois de tomber sur un vélo esseulé.

Vélos partagés Chine Pékin VLS

Des mesures drastiques contre l'indiscipline

Mais les utilisateurs de ces vélos en libre-service sont plus ou moins disciplinés. Il arrive ainsi parfois de croiser sur son chemin de véritables montagnes vélocipédiques, qui nuisent à la circulation des cyclistes, et des piétons !

VLS Chine vélos en libre service

Si bien que les autorités locales ont dû prendre le problème au sérieux en aménageant des parkings dédiés. Des zones interdites à la dépose de vélos seront également instituées ainsi qu'une interdiction du vélopartage pour les moins de 12 ans. A Shanghai, l'approche envisagée est encore plus drastique : interdire aux personnes trop grandes, trop petites ou trop grosses d'utiliser les vélos partagés, au motif qu'elles risqueraient de ne pas être stables une fois en selle, la taille et la structure du vélo n'étant pas adaptées à leur cas.

"Le problème c'est que les Chinois pédalent en regardant leur téléphone portable ! Ce qui rend la circulation un peu périlleuse parfois... Mais sinon ça anime bien les rues", s'enthousiasme une expatriée française, qui habite Pékin depuis deux ans.

Devant l'anarchie ambiante, certaines entreprises récupèrent désormais elles-mêmes leurs vélos, pour les placer là où ils ont le plus de chances d'être utilisés.

VLS Chine Pékin vélos partagés

Généralement, les vélos de toutes les couleurs forment de belles et longues files bien droites, surtout aux abords des stations de métro.

Vélos Chine Pékin VLS

Cependant "il y a parfois quelques petits ratés", s'amuse une Pékinoise.

VLS Chine Pékin vélos partagés

Selon elle, ce nouveau service est une alternative efficace au métro "toujours bondé aux heures de pointe", et résout la problématique du dernier kilomètre.

"Cela permet en outre d'aller travailler les jours où les voitures sont interdites de circulation à cause de la pollution...", analyse-t-elle.

Indéniablement, c'est un succès. "En six mois, le paysage urbain a été révolutionné ! Il y a beaucoup plus de cyclistes, et en plus maintenant il y a pas mal de firmes et chacune a une couleur de vélos, donc on a des vélos oranges, jaunes - surtout ces deux couleurs - (celles de Ofo et Mobike, ndlr), bleus, verts, vert d'eau... Honnêtement c'est assez joli à voir. Et c'est convivial le vélo", conclut-elle.

[Crédits photos : Mounia Van de Casteele/La Tribune.]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2017 à 10:20 :
C'est marrant de parler de Pékin alors que Mobike à inventé le concept à Shanghai il y a déja 2 ans... Suivi de Ofo, mais offrant des vélos bien plus bas de gamme et étant sur le point de couler... Ils s'offrent un dernier sursis avec un nouveau modèle... Dans l'article on a l'impression qu' oFo a inventé le concept, ils ont juste été le premier à copier un celui de Mobike en proposant quelque chose de plus bas de gamme en service et avec des vélos jettables...
a écrit le 31/05/2017 à 18:12 :
Transport "doux"?
Voilà quelqu'un qui n'a pas fait de cyclisme.
Tomber n'est pas doux; et puis après, on a mal a c..
Demandez leur avis au Tour de France.
Réponse de le 31/05/2017 à 21:25 :
La mobilité à vélo se fait en général avec des vélos de villes, apparentés aux fameux vélos hollandais, fait pour rouler à 15/20km/h très confortablement et de manière très stable. A ne pas confondre avec les vélos de courses du tour de france aux roues ultra fines optimisés pour rouler à 40/50km/h, qui eux effectivement peuvent meurtrir le postérieur et plus facilement engendrer des chutes.
Réponse de le 19/11/2017 à 14:57 :
Tomber a vélo, en ville ! C'est rare ! depuis 4 ou 5 ans que je fais du velib tout les jours, je suis tombé une seule fois (sur une flaque d'huile !!) et je n'ai vu qu'une seule fois une autre personne tomber (trompée par un piéton qui traversait n'importe comment). En revanche, en VTT, je suis tombé beaucoup plus souvent....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :