Bpifrance renforce son partenariat avec les Pays de la Loire

 |   |  1095  mots
De gauche à droite : Arnaud Peyrelongue, directeur du réseau Ouest de BPIFrance ; Paul Jeanneteau, Président de la commission Entreprise, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche ;  Christelle Morançais, Présidente, Région Pays de la Loire et Jean-Marc Ducimetière, directeur régional Pays de la Loire BPIFrance.
De gauche à droite : Arnaud Peyrelongue, directeur du réseau Ouest de BPIFrance ; Paul Jeanneteau, Président de la commission "Entreprise, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche" ; Christelle Morançais, Présidente, Région Pays de la Loire et Jean-Marc Ducimetière, directeur régional Pays de la Loire BPIFrance. (Crédits : Région Pays de la Loire - Ouest Médias)
Engagée depuis 2013 auprès des Pays de la Loire, Bpifrance renforce son partenariat avec le Conseil régional. Après être fortement intervenue en garantie pour accompagner les financements bancaires au lendemain de la crise, la banque publique veut poursuivre son soutien aux TPE-PME, favoriser le développement des startups à l’international et réfléchit aux financements à long terme des investissements matériels et immatériels de l’industrie.

Bpifrance veut enfoncer le clou en Pays de la Loire. « Après un premier semestre 2017 en demi-teinte, on a assisté à une reprise de l'investissement assez incroyable au cours de l'été dernier, avec une progression significative de la production de crédits, de demandes de financements. Ce phénomène a commencé plus tôt que dans les autres régions », relève Jean-Marc Ducimetière, directeur régional de Bpifrance Pays de la Loire. La raison ?

« On surfait sur un partenariat déjà très riche et novateur. À l'instar de la création du dispositif Pays de la Loire Accélérateur à l'automne dernier, qui a ensuite été décliné en Nouvelle-Aquitaine et en Auvergne-Rhône-Alpes. C'est une belle mécanique qui permet à une quinzaine d'entreprises, sélectionnées pour leur potentiel de croissance, d'être accompagnées pendant deux ans », dit-il.

Renouvelé pour 2018, ce dispositif permettra d'accueillir une session d'une vingtaine d'entreprises à la rentrée prochaine. Il s'agit probablement de l'un des outils les plus emblématiques déployés par Bpifrance et la région pour accompagner le développement économique du territoire - sur une dizaine, avec le prêts TPE-PME, fonds de garantie, fonds Pays de la Loire Territoire Innovation, fonds d'investissements régionaux, PIA territorialisé, etc. S'il augmente d'année en année, ce partenariat reste, sommes toutes, modeste, puisqu'il concerne 262 entreprises (45 en 2015) parmi les 5.470 entreprises soutenues en 2017 par Bpifrance. Celle-ci intervenant selon les besoins pour obtenir des financements, des garanties, accompagner l'innovation, subvenir à des besoins en fonds propres ou aider des démarches à l'international.

Du simple au double

À travers des outils régionaux ou en direct, Bpifrance aura misé 1,2 milliard d'euros en 2017. Il aura permis de mobiliser 2,5 milliards d'euros d'investissements. C'est toutefois légèrement moins qu'en 2015 lorsque la banque publique investissait 1,3 milliard d'euros. « Un jeu d'arrondis », estime Jean-Marc Ducimetière pour qui les interventions de Bpifrance sont plutôt stables.

« Jusqu'à présent, nous intervenions beaucoup en garantie et sur le court terme. Désormais, au lendemain de la crise, les banques reprennent la main sur l'investissement. Les financements bancaires ayant augmenté de + 20%, on a moins fait appel à nous. Ceci pouvant expliquer cela. »

Encore soutenue en 2017, l'intervention en garantie a concerné 4.190 projets pour un montant global de 257 millions d'euros, soit les deux tiers des dossiers. C'est un peu plus qu'il y a deux ans où l'on recensait 4.079 entreprises pour 224 millions d'euros.

« Nous sommes beaucoup intervenus pour des transmissions d'entreprises. Ce fonds de garantie permet de couvrir le risque jusqu'à 70% », note Jean-Marc Ducimetière.

Signe de la reprise économique, les opérations sur le court terme ont, elles, sérieusement fléchi. En 2015, la banque publique accompagnait 1.652 entreprises pour un montant de 716 millions d'euros (+ 32%). L'an dernier, seuls 1.195 projets ont été soutenues à court terme pour 602 millions d'euros.

Un salvateur effet de levier

L'année 2017 aura aussi été marquée par le lancement du prêt pour la croissance des TPE-PME, qui a bénéficié à dix entreprises. Avec un soutien de 2 millions d'euros de la Région et de 10 millions d'euros amenés par Bpifrance, ce dispositif a permis de lever 20 millions d'euros. « Il a vraiment joué l'effet de levier attendu pour aider les investissements immatériels de PME de 3 à 50 personnes ayant des besoins en fond de roulement. C'était l'une des difficultés de la région où le financement des TPE est inférieur de 3% à la moyenne nationale », observe Paul Jeanneteau, vice-président en charge du développement économique et international de la région des Pays de la Loire.

Embryonnaire, ce dispositif devrait être élargi cette année.  En 2016, 69% des entreprises financées par Bpifrance étaient des TPE. Celles-ci ont absorbé 24% des financements mais leur impact sur l'emploi reste faible, avec 6% d'emplois créés, quand les ETI, avec 32% d'investissements, génèrent 46% d'emplois. C'est à travers "le numérique et les TIC" et "la Santé et l'économie du vivant" que les aides à l'innovation ont été les plus importantes.

Bpifrance qui intervient en fonds propres dans 34 entreprises à hauteur de 104 millions d'euros, a investi ou réinvesti dans six entreprises l'an dernier. Via des fonds partenaires régionaux ou nationaux, l'acteur bancaire est actionnaire de 155 entreprises pour un montant de 155 millions d'euros, et a placé 88 millions d'euros dans dix fonds régionaux ou interrégionaux actifs en Pays de la Loire.
--

BPIFrance Pays de la Loire

En 2017, Bpifrance a misé 50 millions d'euros pour aider 233 projets innovants représentant un investissement de 132 millions d'euros en Pays de la Loire. Crédit photo : Région Pays de la Loire - Ouest Médias.

--

Soutenir les investissements à long terme

Tout en poursuivant ces actions vers les entreprises à « solvabilité faible ou moyenne », Bpifrance s'apprête à accompagner le lancement du troisième volet des Investissements d'Avenir (PIA 3), dans les Pays de la Loire. Abondé par L'État (40%), la Région (40%) et Bpifrance (20%), ce dispositif, expérimenté comme dans cinq autres régions françaises depuis 2015/2016, offrira une enveloppe de 14 millions d'euros au cours de trois prochaines années pour accélérer l'innovation, soutenir les filières et la formation.

Parallèlement, la banque publique envisage la création d'un nouvel outil pour soutenir les démarches menées sous la bannière de la French Fab.

« On réfléchit à l'ingénierie financière nécessaire pour soutenir des investissements matériels ou immatériels que des entreprises capitalistiques de l'industrie pharmaceutique ou manufacturière puissent amortir sur dix ans », indique le patron de Bpifrance Pays de la Loire.

Dans la même veine, la région vient de lancer un Appel à manifestation d'intérêt (AMI) "Industrie du Futur" pour permettre, à court terme, aux PME/PMI de moderniser leur outil de production et de gagner en compétitivité. Une manière aussi de pouvoir faire appel à des financements européens, jusque-là très peu sollicités.

« C'est aussi la première région à avoir réussi le décloisonnement de tous les départements où chacun adhère à la French Fab pour aller ensemble à l'export », se félicite Jean-Marc Ducimetière, qui entend donner un coup d'accélérateur à l'international.

L'an dernier, 96 projets ont bénéficié d'un soutien en financement et 181, de l'assurance Export, lancée au 1er janvier 2017. À titre de comparaison, seules 25 entreprises étaient accompagnées en 2015 pour 11 millions d'euros. C'est plus de dix fois plus aujourd'hui. L'un des enjeux de l'année en cours sera de pousser et d'accompagner les startups hors des frontières nationales. Un chantier qui a du sens, dans une région, classée au huitième rang dans ce domaine, où la dimension internationale peine à s'affirmer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :