#PLTJE : les jeunes entrepreneurs de Centre Est misent sur leurs écosystèmes

Six candidats ont été sélectionnés lundi 7 avril par le jury de la région Centre Est du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur, qui se tenait à Lyon.

6 mn

(Crédits : Reuters)

De nouveaux finalistes sont sur les rangs pour le Prix La Tribune du Jeune entrepreneur. Après Bordeaux, Paris, Lille et Nantes, c'est à Lyon que se sont réunis les jurés du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur (PLTJE). Après avoir entendu les candidats sélectionnés pour soutenir leur candidature en région Centre Est lundi 7 avril, ils ont choisi d'envoyer en finale nationale six entrepreneurs âgés de moins de 36 ans, qui créent de l'emploi en France.

 

Un business model "green" et original 

Dans la catégorie Green Business, Samuel Scialom, cofondateur -avec son frère- d'Energineo, a convaincu par l'originalité de son business model. Il installe en effet des éclairages à LED pour de grandes surfaces, sans que le client n'ait de frais à débourser. Lui se rémunère sur les futures économies d'énergie. Déjà, cet entrepreneur âgé de 31 ans a équipé des magasins de Carrefour, Leclerc, Bricorama, mais aussi les Hospices civils de Lyon, des parkings et des commerces de proximité. "Nous permettons à nos clients de réaliser des économies d'énergie, avec un gain économique et écologique à la clé", explique cet autodidacte qui a débuté dans la vente sur des foires. Il dirige aujourd'hui une équipe de 8 personnes basée à Lyon.

 

Des planchas colorées pour les femmes d'Europe 

Installé lui aussi dans les Bouches-du-Rhône, au sein de l'incubateur de l'EM Lyon, Alexandre Carre représentera la région en finale du PLTJE dans la catégorie Industrie. Verycook, la société qu'il a fondée, conçoit et fait fabriquer en France des planchas colorées, et une gamme d'accessoires pour la cuisine en extérieur. "Nous ciblons une clientèle féminine. Nous vendons nos planchas en France, mais aussi en Allemagne et au Royaume-Uni, et nous allons aborder trois nouveaux pays cette année", détaille-t-il. Aujourd'hui âgé de 25 ans, il emploie cinq personnes et développe "une petite activité d'entrepreneur", comme il se l'était promis quand il a obtenu son baccalauréat.

Des campagnes marketing originales et internationales 

"Un entrepreneur doit aller là où se trouve son marché", est convaincu Anji Ismail, fondateur de DOZ. Ce jeune entrepreneur de 28 ans a donc décidé d'emménager en Silicon Valley pour être plus proche de ses clients, mais tout en gardant en France, précisément à Lyon, la domiciliation de sa société et les 6 personnes qui composent son siège et les équipes de développement. Ses clients sont des commerces de ville, qui cherchent de l'originalité dans leur campagne marketing. Pour les satisfaire, DOZ a identifié 4000 spécialistes du marketing à travers le monde, et propose le brief du client aux adaptés d'entre eux - en fonction du domaine d'activité et de la zone géographique visée par le client. "Nous pouvons mener des campagnes dans 30 pays en 15 langues", se félicite le jeune entrepreneur, qui lève actuellement des fonds aux Etats-Unis pour accompagner la croissance de sa société. Anji Imail représentera la région Centre Est dans la catégorie Numérique du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur.

 

Des charrettes qui distribuent des salades en plein centre ville

Dans la catégorie Services, c'est Tom Thiellet qui portera les couleurs de la région Centre Est. Le fondateur du Moulin à salades s'est lancé dans l'entrepreneuriat à 21 ans, après avoir débuté en cuisine et au service dans une boulangerie artisanale. Aujourd'hui, à 29 ans, il emploie 8 salariés. Après avoir fondé le premier bar à salades à composer soi-même à Lyon, il vient de lancer un service de restauration dans la rue grâce à ses "charrettes", des triporteurs électriques vendus par Cyclopolitain, lauréat national du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur 2013 dans la catégorie Green Business. Dans ses approvisionnements, Tom Thiellet privilégie les circuits courts, avec une partie de produits issus de l'agriculture biologique. "Au fil des années, j'ai beaucoup appris : qu'il est bon de se diversifier, mais qu'il faut veiller à ne pas se disperser. Et qu'on ne devient pas une entreprise d'insertion sans structures adaptées." Pour compléter ses connaissances empiriques, il a suivi en 2012 une formation dispensée par l'EM Lyon dans le cadre du programme "Entreprendre dans la Ville" mis en place par la Ville de Lyon pour accompagner les entrepreneurs qui n'ont pas de formation initiale en business.

Des bureaux à l'heure, pour les coworkers occasionnels 

Julie Pouliquen oeuvre elle aussi pour faciliter la création d'entreprises, avec La Cordée que cette diplômée d'HEC a confondée il y a deux ans et demi. Sa structure propose des espaces de coworking où les travailleurs nomades peuvent s'abonner pour louer un bureau à l'heure, et qui organise des rencontres et des événements au sein de cette communauté, qui compte 350 membres. Cinq espaces sont déjà ouverts à Lyon, à Villefranche-sur-Saône et à Paris. Et La Cordée prévoit de s'étendre encore. L'action de lutte contre l'isolement social des travailleurs indépendants menée par Julie Pouliquen la conduit en finale du PLTJE dans la catégorie Social Business.


Une vitrine en ligne pour la mode made in France

Aux côtés de ces entrepreneurs de moins de 36 ans, qui réalisent plus de 100.000 euros de chiffre d'affaires, le PLTJE accueille cette année une nouvelle catégorie, ouverte aux entrepreneurs débutants, en cours d'immatriculations de leur société ou qui viennent de lancer leur activité. Dans cette catégorie Start, les jurés de la région Centre Est ont décidé de donner le passeport pour la finale nationale à Jennifer Lecointre. Cette diplômée d'école de commerce a décidé de se tourner vers la création d'entreprise après de premières expériences professionnelles en régie publicitaire. Elle vient de lancer Cocobebo, une plateforme-vitrine pour des créateurs de mode et d'artisanat Made in France, qu'elle gère sur le principe du dépôt-vente. Elle entend promouvoir 100 créateurs pendant deux mois, avant d'accueillir une nouvelle sélection de talents sélectionnés par ses soins. Elle entend mettre en avant en priorité les créateurs de la région Rhône-Alpes.

 

Un jury attentif et intransigeant 

Ces jeunes entrepreneurs qualifiés pour la finale nationale, le 29 avril à Paris, ont été sélectionné par un jury attentif composé des partenaires de La Tribune sur cet événement. Jean-Charles Cotin, entrepreneur et business angel membre des réseaux Arts et Métiers Business Angel et EM Lyon Business Angel, a passé au crible le business model des candidats. Philippe Kock et Claude Sabatin, respectivement Délégué Innovation Alpes et Délégué Innovation Grand Rhône de Bpifrance, ont apprécié la dimension innovante de leurs projets.

Quant aux bilans des entreprises en lice, ils ont fait l'objet de toutes les attentions des représentants de Caisse d'Epargne : Pascal Desrayaud, responsable de l'activité marché professionnel, et Xavier Boujon, directeur du centre d'affaires Rhône. José Messer, directeur régional Rhône-Auvergne d'AG2R La Mondiale, Claudia Mangel, responsable presse et image Rhône-Alpes d'Orange et Olivier Le Guen, directeur du marché PME et professionnels d'EDF Commerce Rhône Alpes Auvergne, ont questionné les candidats avec une grande bienveillance… mais se sont montrés intraitables avec ceux qui ont manqué de transparence dans leurs réponses. Tous ont pris le temps d'apporter leurs conseils aux finalistes  à l'issue des délibérations.

6 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.