Les villes devront-elles contribuer au financement de la transition énergétique ?

A l'occasion du Forum Smart City du Grand Paris, organisé par La Tribune les 26, 27 et 28 novembre prochains à l'hôtel de ville de Paris, experts, politiques et entrepreneurs ont pris la parole dans un numéro spécial consacré à la ville intelligente. Pour Geneviève Ferone, vice-présidente de The Shift Project, laboratoire d'idées sur l'économie décarbonée, la transition énergétique des terrritoires urbains requiert des investissements massifs, mais rien ne pourra se généraliser en l'absence d'un prix clair sur le carbone.

2 mn

(Crédits : Reuters)

L' hypothèse des marchés financiers efficients et autorégulateurs a été maintes fois battue en brèche. Ces marchés semblent défaillants dans l'appréciation effective des risques, incapables d'appréhender les nouvelles raretés, rétifs au financement d'une nouvelle révolution industrielle décarbonée. De plus, le temps des territoires et des métropoles appartient au temps long lorsqu'il s'agit de financer la transition énergétique. Financer les villes, les territoires et des sociétés humaines, rétablir la primauté des chaînes de valeur locales, clé de l'innovation, et engranger des gains de « résilience énergétique », semble plutôt relever d'incitations fiscales et réglementaires, expression des préférences collectives. Pour autant, des études ont montré la capacité de certaines banques régionales, bien ancrées sur leurs territoires, de soutenir des investissements dans des projets d'efficacité énergétique.

Des dépenses publiques sous contrainte

Le compte n'y est pas. La transition énergétique des territoires urbains requiert des investissements massifs. Certains modes de financement classiques ont fait leurs preuves : développement d'infrastructures collectives ou publiques financées par les promoteurs immobiliers en contrepartie d'une densification urbaine, ou encore mise en place de taxes lorsque la gouvernance nationale l'autorise. Mais ces solutions ne sont pas généralisables et les dépenses publiques des villes européennes sont sous contraintes. Il apparaît que des formules émergentes de type « contrat de performance » pourraient connaître un développement au cours des prochaines années, avec la mise en oeuvre de partenariats public-privé pour financer la transition.

Mais rien ne pourra se généraliser en l'absence d'un signal prix clair sur le carbone. La question d'une participation des villes au marché carbone pourrait donc prochainement être posée. Des mécanismes ont été mis en place pour le financement des projets dans les collectivités des pays en développement. Concernant les pays développés, il pourrait être envisagé de rétrocéder aux collectivités les fonds du marché carbone européen.

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.