Réchauffement climatique : "la technologie ne suffira pas"

 |   |  517  mots
Les engagements pris lors de la Cop 21 à Paris en 2015 ne seront pas tenus. Selon l'ONU, il faudrait multiplier par trois les efforts d'ici à 2030 pour atteindre l'objectif de 2° supplémentaires.

Hervé Le Treut, climatologue de l'IPSL et membre du GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) a commencé à travailler sur les émissions de CO2 en 1986. C'est dire s'il connaît la question. Or, d'après ce spécialiste du réchauffement climatique, « il faudrait limiter toutes les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 ».

Est-ce seulement possible ? Le climatologue n'apporte pas de réponse définitive :

« Il y aura des choix à faire, mais ne comptons pas trop sur la technologie pour nous sauver ».

Néanmoins, Hervé Le Treut voit dans les démarches des villes et des collectivités en faveur de la réduction de ces émissions dangereuses un espoir pour l'avenir. Reste que l'Accord de Paris ne va pas suffire, puisque les contributions des États sont insuffisantes pour atteindre l'objectif de 1,5 à 2 ° en plus en 2030.

« La Cop 24 qui aura lieu à Katowice du 2 au 14 décembre est un rendez-vous important qui doit acter de nouvelles contributions », explique Lola Vallejo, directrice du programme climat à l'IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales basé à Paris). Mais l'Europe est divisée sur ce sujet pourtant brûlant, ce qui n'est pas rassurant. Claire Nouvian, présidente de l'association Bloom et cofondatrice du mouvement Place Publique, rappelle que les climatologues multiplient les alertes sans qu'il ne se passe grand-chose. Pour cette activiste de l'écologie, il faudrait judiciariser les actions des multinationales et des gouvernements. L'ancienne journaliste recense plus de mille procès de ce type dans le monde, comme celui récemment gagné par l'association Urgenda contre le gouvernement des Pays-Bas.

Éduquer les élites

Le 9 octobre, la justice néerlandaise a condamné en appel les Pays-Bas à réduire d'un quart leurs émissions carbonées d'ici deux ans. Pour Corinne Lepage, avocate et présidente du parti Le Rassemblement citoyen - Cap21 « les États ne sont plus la solution. Nous assistons à des revendications qui vont bien au-delà du prix de l'essence. Il existe pourtant des moyens efficaces en affectant l'argent différemment, par exemple pour la rénovation thermique des bâtiments ».

Des citoyens en colère, il y en a dans les rues de Paris et dans les territoires et ils portent gilets jaunes. Ne serait-il pas temps de changer de paradigme en profitant de cette crise ?

« Je le crois profondément » répond Corinne Lepage.  Et si la bonne réponse était à chercher plutôt du côté de l'éducation des élites, qui ne semblent pas prendre la mesure du défi climatique ? C'est l'avis de Serge Orru, conseiller auprès de la maire de Paris :

« Nos élites sont intelligentes et cultivées mais elles n'ont pas la bonne intelligence économique : quand on achète un objet, on doit penser à son empreinte climatique. Il y a urgence à former les décideurs au niveau mondial ».

Conclusion de Lola Vallejo :

« On ne peut plus se cacher derrière son petit doigt. Il faut réduire massivement les consommations énergétiques et pas uniquement avec des solutions technologiques. Nous devons repenser complètement notre rapport à la nature ».

Un programme qu'il faut mettre en œuvre dès maintenant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2019 à 14:23 :
Elle devrait en parler au Soleil, peut-être sera-t-il sensible à ses arguments un peu vaseux.
a écrit le 25/12/2018 à 8:33 :
la seule solution au problème du réchauffement et de ses consequences serait une épidémie mortelle mondiale qui décimerait les trois quart de l'humanité , genre grande peste noire !
a écrit le 12/12/2018 à 9:28 :
Et pourquoi aucun ne parle de freiner la consommation ? Principe le plus sûr et efficace pour lutter contre la destruction den otre planète.

Hélas, ce seul fait mais primordial démontre à quel point nos décideurs privés et publics sont paramétrés à ne penser que dans un seul sens, et comme l'intelligence artificielle n'est pas encore prête il est évident que dans ces conditions la planète est condamnée.

"Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n'exprime finalement que son désir de dormir." G. DEbord

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :