Tanger Med lance sa Bourse de fret

 |   |  486  mots
Avec quelque 51 millions de tonnes de marchandises traitées en 2017, le port de Tanger tourne à plein régime, quitte à frôler la saturation.
Avec quelque 51 millions de tonnes de marchandises traitées en 2017, le port de Tanger tourne à plein régime, quitte à frôler la saturation. (Crédits : Wikipédia)
Cette initiative va permettre d'accroître l'activité du port de Tanger, déjà premier complexe portuaire du pourtour méditerranéen. Sans compter qu'à Nador une nouvelle plateforme logistique, Nador West Med, sera opérationnelle en 2021.

La Tanger Med Special Agency innove avec une Bourse de fret, lancée en mars dernier. Une solution mise en place avec le concours de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et qui vise à accompagner l'essor du port de Tanger. En 2017, celui-ci a traité quelque 51 millions de tonnes de marchandises, avec des exportations équivalant à plus de 7 milliards d'euros.

En outre, l'offre portuaire marocaine sur la Méditerranée va s'enrichir dès 2021 avec une seconde plateforme logistique, baptisée Nador West Med. Ce nouveau port détiendra une capacité de 3 millions EVP (équivalents vingt pieds), extensible à 5 millions. Cette infrastructure permettra par ailleurs de traiter annuellement 25 millions de tonnes d'hydrocarbures, 7 millions de tonnes de charbon et 3 millions de tonnes en produits divers. Elle servira également à compléter l'offre du complexe portuaire de Tanger Med, dont les terminaux tournent actuellement à plein régime.

En effet, devant leurs concurrents locaux et régionaux, les autorités de Tanger Med ne cessent de placer la barre encore plus haut. Au premier trimestre 2018, le port marocain affiche des résultats positifs pour la majeure partie de ses activités, « malgré de mauvaises conditions météorologiques exceptionnelles », tient à préciser le management du port.

Ainsi, le trafic de conteneurs a augmenté de 3% durant cette période avec 788.774 EVP traités au niveau des deux terminaux TC1 et TC2. Une croissance certes timide, mais qui s'explique en partie par la saturation des quais de Tanger Med I, alors que l'entrée en service de Tanger Med II, le projet d'extension, n'est prévue qu'en 2019.

Le trafic roulier, lui, affiche un meilleur taux de croissance (12%) et quelque 90.000 poids lourds traités au cours de ce premier trimestre. Cette performance s'explique par le fait que le camion reste le moyen de transport de prédilection des exportateurs marocains et son utilisation profite du développement de nouvelles filières exportatrices, notamment dans l'industrie automobile.

24% de croissance pour le trafic véhicules

Pour l'activité passagers, les huit postes à quai disposés sur 35 hectares de terre-plein ont enregistré une baisse de trafic de 12% par rapport au premier trimestre 2017, soit un total de 373.343 passagers ayant transité par le port tangérois. Derrière cette contre-performance, de mauvaises conditions météorologiques marquées par des vents forts et des pluies exceptionnelles, qui ont freiné la cadence des liaisons maritimes entre les deux rives de la Méditerranée.

Contrairement au trafic passagers, celui des véhicules a enregistré une croissance de 24%, l'une des plus importantes de ce premier trimestre. En tout, 110.756 véhicules ont été manutentionnés lors de cette période sur les deux terminaux à véhicules du port. S'y ajoutent 90.179 unités manutentionnées au terminal Renault, dont 71.823 en provenance de l'usine Renault de Tanger et destinées à l'export. Le transbordement de véhicules traités dans le terminal Vehicules Common User a pour sa part atteint 19.905 unités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :