Tediber : Exemple d’un engagement pour une consommation éco-responsable

 |  | 1234 mots
(Crédits : DR)
L’actuelle crise sanitaire et économique a mis en lumière des problématiques dont les Français se soucient de façon croissante. Préservation de l’environnement, préférence pour le Made in France, désir d’une consommation plus raisonnée… Du côté des marques, certaines cherchent à s’adapter dans l’urgence à cette nouvelle donne distribuée par les consommateurs. Un opportunisme louable, mais aux résultats que l’on peine à imaginer pérennes. Pour d’autres entreprises, en revanche, ces valeurs responsables sont des éléments fondateurs de leur identité depuis les premières heures. Exemple avec la marque française Tediber, leader sur le marché du matelas en ligne.

Un changement dans les habitudes de consommation

Différents observatoires des habitudes de consommation révélaient déjà une forte prise de conscience des enjeux environnementaux en 2019. En 2020, et plus spécifiquement avec la crise du Covid-19, on a noté un approfondissement de cette tendance.

L'envie d'acheter de manière éco-responsable est en train de devenir un facteur prédominant dans le comportement des consommateurs. D'après un récent sondage mené par OpinionWay, plus de deux tiers des Français déclarent aujourd'hui privilégier un achat responsable. Cette même étude révèle qu'ils sont également 45 % à se soucier de l'origine locale des produits, 39 % à porter attention au Made in France et 29 % à préférer l'alimentation bio.

La volonté notable de soutenir la production française, de consommer mieux et de limiter son impact écologique ne peut désormais plus être ignorée par les entreprises, sous peine de voir à très court terme leurs clients se détourner de leurs produits. Cette évolution marque aussi l'essor des fabricants engagés depuis leur fondation dans une démarche responsable.

Miser sur la qualité éco-responsable

Depuis 2015, Tediber a su s'imposer en tant qu'acteur incontournable du marché du matelas en ligne.

La qualité militante

Chez Tediber, on ne vous proposera que de produits essentiels et robustes, appelés à durer de longues années. Ce positionnement clair marque un triple refus des mécanismes d'une société de surconsommation :

1. D'abord, le rejet du produit gadget. Qui n'a pas chez lui au moins un objet acheté qui ne sert finalement jamais ? Outre un gaspillage substantiel de ressources, les produits superflus maintiennent dans une éternelle insatisfaction. Le lit, c'est simple : on l'utilise un tiers de notre temps. Il est indispensable à notre bien-être et à notre santé.

2. Ensuite, l'opposition à l'obsolescence programmée. Intégrer sa future détérioration dans le processus de fabrication d'un produit enchaîne les consommateurs à revenir vers un achat neuf de façon régulière. À la fois cynique et dévastatrice pour l'environnement, cette pratique est aujourd'hui de plus en plus dénoncée, voire dans certains cas punie. Refuser l'obsolescence programmée, c'est proposer des produits particulièrement qualitatifs, au meilleur de leurs performances et les plus durables possibles.

3. Enfin, le refus de l'incitation au renouvellement. Les nouvelles collections, le changement de saison, la dernière mode... Autant de mécanismes qui provoquent artificiellement le besoin d'un nouvel achat. S'opposer à ce fonctionnement, c'est aussi savoir tourner le dos à des pratiques pourtant populaires comme les soldes ou les promotions. Dans le cas de Tediber, la marque refuse de se prêter au jeu des liquidations saisonnières. On ne propose qu'une seule version (la meilleure) de chaque produit, et au même prix tout au long de l'année.

Des matériaux respectueux de l'environnement

Un produit éco-responsable, c'est aussi un produit dont le processus de fabrication nuit le moins possible à l'environnement. S'il est en effet impossible de produire sans générer de pollution, il est en revanche possible de tout faire pour limiter cet impact sur la planète.

La fabrication des produits Tediber réclame peu de produits chimiques. Toutes les matières textiles du linge de lit et du protège-matelas sont labélisées OEKO-Tex Standard 100, garantissant qu'elles ne contiennent aucun produit susceptible d'être nocif pour la santé. Les exigences de ce label sont même supérieures à celles imposées par la loi. De plus, les mousses et tissus employés pour les matelas présentent des propriétés naturellement hypoallergéniques, qui ne réclament pas de traitement chimique additif pour prévenir les allergies. On n'y trouvera pas non plus de produits retardateurs de flammes et seulement des colles à base d'eau.

Le sommier et le canapé convertible sont conçus en bois issu de forêts gérées durablement, certifiées FSC™ et PEFC™. Ces certifications indépendantes et exigeantes garantissent le respect à la fois des réglementations locales en matière de protection de l'environnement et des droits humains. L'impact sur l'environnement est minimisé, les sols et les eaux sont protégés - notamment par l'interdiction de certains pesticides - et la biodiversité est respectée et préservée. Ils garantissent aussi une traçabilité sûre du bois, de la coupe jusqu'à la transformation.

Opter pour une production locale en France et au sein de l'UE

La crise actuelle n'a pas seulement modifié les habitudes de consommation des Français. Elle a aussi amené la société tout entière à prendre conscience de sa dépendance délétère vis-à-vis de la production étrangère, notamment chinoise. Cette dépendance est susceptible à tout moment de fragiliser notre marché.

Le Made in France et la production en Europe

La fabrication française ou dans des pays géographiquement proches et respectant les mêmes standards économiques s'impose peu à peu comme une nécessité stratégique, écologique et sociale.

Adhérent convaincu de cette logique, Tediber recherche toujours le fabricant le plus proche répondant à ses exigences de qualité. Ses oreillers et couettes sont fabriqués, garnis et cousus sur notre territoire. La fabrication de ses autres produits est confiée à des prestataires implantés au sein de pays d'Europe au savoir-faire ancestral reconnu dans leur domaine : La Belgique pour les matelas, le Portugal pour le linge de lit et la Finlande pour la menuiserie. Membres de l'Union européenne, ces pays garantissent la protection des travailleurs et le respect des législations économiques communes.

Les bienfaits d'une production locale

Outre ses avantages en matière d'économie, la production locale est aussi essentielle pour bâtir une société en harmonie avec l'environnement. Faire fabriquer à l'autre bout du monde des produits qu'il nous est très possible de concevoir chez nous dans une qualité équivalente et même supérieure montre tous les signes d'une aberration écologique et sociale.

Cela tient bien sûr à l'impact carbone des transports, mais également à la déperdition des savoir-faire sur le territoire français. À force de délocaliser la production, on perd les compétences et les filières pour produire par nous-mêmes, sans compter le coût social engendré par les pertes d'emploi.

Mener une politique globale de réduction de l'impact environnemental

Finalement, une véritable politique éco-responsable est à mener de manière globale.

Les dépenses qui ne seront pas engagées dans la conception de nouveaux produits chaque saison pourront être tournées vers une recherche constante d'amélioration de la qualité des produits existants. Les frais qui ne sont pas engagés dans une campagne de soldes pourront s'orienter vers la qualité des services client et de la livraison.

Tediber veille également à limiter la production des déchets grâce à des partenariats et des prestations spécifiques. Grâce à sa collaboration avec Eco-mobilier, la marque propose de récupérer l'ancienne literie de ses clients et organise son recyclage : les produits sont démantelés et les matériaux récupérés pour être réutilisés. Quant aux produits qui font l'objet d'un retour, ils sont offerts à l'association Emmaüs Défi.

Les défis économiques d'aujourd'hui se traduisent nécessairement en enjeux environnementaux et sociaux. Opter pour une consommation éco-responsable, c'est prendre conscience que l'acte d'achat impacte des mécanismes bien plus larges que la question du pouvoir d'achat immédiat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :