Vivendi : la "class action" limitée à la Bourse américaine

 |   |  243  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Seuls les actionnaires ayant acheté des titres Vivendi à New York pourront se joindre à la "class action" contre le groupe français. Le montant potentiel des dommages est réduit de 80%, selon Vivendi.

Les actionnaires français de Vivendi mécontents, qui avaient acheté leurs titres à la Bourse de Paris, ne pourront pas réclamer de dommages dans le cadre du procès en nom collectif en cours aux Etats-Unis. Vivendi a annoncé ce mercredi matin que la Cour fédérale du district sud de New York avait rejeté toutes les demandes des actionnaires n'ayant pas acquis leurs titres à la Bourse de New York sous forme de certificats de dépôt ou ADR (pour American Depositary Receipt).

"Une importante victoire"

"Il s'agit d'une importante victoire pour Vivendi", s'est félicité Jean-Bernard Lévy, patron du groupe français. Et pour cause : cette décision a pour effet de réduire de plus de 80% le montant des dommages potentiels qui auraient pu être versés par Vivendi. Par conséquent, le groupe, propriétaire de SFR, Canal Plus et Universal Music, va procéder à un "réajustement significatif" de la provision inscrite dans ses comptes. Cette dernière s'élevait à 550 millions d'euros dans ses comptes au 30 septembre 2010. Le groupe doit publier le 1er mars ses comptes annuels qui tiendront compte de cette diminution du risque.

C'est en revanche une mauvaise nouvelle pour les petits porteurs français s'estimant lésés par la chute importante de l'action entre 2000 et 2002. Une association, créée en octobre dernier, essaie de fédérer les actionnaires pour relancer une procédure en France ou aboutir à une transaction amiable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2011 à 13:59 :
Bien joué Vivendi ! Et pendant ce temps, Messier peut continuer à pavaner dans sa villa de Sperone. Les braves gens, vraiment.
a écrit le 23/02/2011 à 21:32 :
Qui a dit que l'exception française n'existait plus ?
Bravo l'artiste...
a écrit le 23/02/2011 à 17:27 :
Merci à nos élus qui ont vite enterrés le projet de loi sur les "class action" en France. Le lobbying des "amis" à été très efficace.
a écrit le 23/02/2011 à 11:01 :
Je suis tout à fait néophyte en la manière, sans doute certains commentateurs pourront m'éclairer : Qui est "Vivendi?", d'un point de vue juridique. Dans la mesure où les actionnaires sont propriétaires de l'entreprise, il s'agit d'un procès fait par les actionnaires aux actionnaires... plus probablement, dans le cas d'espèce, par certains actionnaires à d'autres actionnaires. Mais que penser de la gouvernance d'une entreprise où les propriétaires ne communique que par procès interposé?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :