Mobile : la fin des contrats de 12 mois en attendant celles des subventions ?

 |   |  954  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Orange va désormais réserver les subventions des téléphones aux clients souscrivant des contrats de deux ans. Contrats que les opérateurs veulent désormais concentrer sur le haut de gamme. D'autres pays diminuent ces subventions encore plus drastiquement.

En présentant mercredi sa nouvelle gamme de forfaits Origami, le c?ur de son offre mobile, Orange, le leader du marché, a insisté sur la polarisation du marché, qui s'est accentuée depuis l'arrivée du quatrième opérateur, Free Mobile : d'un côté les gros consommateurs réclamant de l'illimité, qui devient le standard, de l'autre les « pragmatiques », très regardants sur la facture, qui n'ont besoin que de quelques heures d'appels. Mais c'est aussi un marché à deux vitesses qui se dessine : le bas de marché et les clients « à valeur », choyés, auxquels divers services sont réservés pour s'assurer de leur fidélité. En particulier les subventions à l'acquisition d'un nouveau téléphone. En effet, désormais, les subventions ne s'appliquent qu'aux forfaits de 24 mois : « il n'y a pas de subvention pour les forfaits sur 12 mois ou le SIM-only (cartes SIM seules, sans téléphone NDLR) » a expliqué Alice Holzman, la directrice marketing grand public d'Orange France.

Le forfait de 24 mois a failli être interdit
« Plus de 90% de nos clients prenaient des forfaits de 24 mois » a-t-elle justifié. Mais « si les gens insistent pour prendre un forfait de 12 mois, on leur accordera une subvention » a-t-elle corrigé par la suite. Légalement, les opérateurs sont obligés de proposer les forfaits avec une durée d'engagement de 12 mois. L'UFC Que Choisir avait milité pour la limiter à 12 mois et interdire le verrouillage des clients au-delà. Le régulateur, l'Arcep, avait même évoqué une limitation à six mois.

A l'automne 2011, l'Assemblée nationale n'avait finalement pas voté l'amendement déposé par le député Nouveau Centre Jean Dionis du Séjour qui plafonnait à 12 mois la durée maximale d'engagement dans la téléphonie mobile. Si l'Arcep recommande aux opérateurs de mettre en avant le prix sur 12 mois, c'est rarement le cas. Il est toutefois devenu plus facile sur les sites des opérateurs de comparer en un clic les prix selon les durées d'engagement (généralement 6 euros de plus par mois sur un an que sur deux ans), avec ou sans téléphone.

Une différence de prix difficile à expliquer par le SAV
Mais du coup, en supprimant la subvention pour le forfait sur 12 mois, Orange fait perdre tout l'intérêt d'un abonnement, même s'il met en avant le service client. Car malgré la baisse importante des prix consentis dans sa nouvelle gamme Origami, de 20% en moyenne par rapport à la grille tarifaire encore en vigueur jusqu'au 7 juin, l'écart reste important avec les offres « low-cost » : quand Free Mobile propose de l'illimité 24/7 avec 3Go de données à 19,99 euros et Sosh, la marque en ligne d'Orange, la même chose pour 24,90 euros, le forfait approchant Origami Star (avec seulement 1Go) est à 39,90 euros par mois sur 12 mois. Certes, il y a l'offre de musique Deezer Premium, vendue 9,99 euros en solo. Mais il n'est pas sûr que tous les clients la trouvent indispensable ni qu'ils évaluent l'apport du service client à 15 ou 20 euros... Dans une récente étude, les analystes d'Oddo Securities avaient estimé à 2 euros par mois et par client le coût du SAV et des boutiques...

La sortie du nouvel iPhone aura valeur de test
Orange n'est pas le seul à s'inscrire dans cette tendance : Bouygues Telecom a aussi indiqué qu'il allait « concentrer les subventions sur le haut de gamme. » En clair, il faut désormais choisir entre la liberté totale - les forfaits sans engagement et sans mobile, en achetant son smartphone à prix coûtant (749 euros le dernier Samsung Galaxy SIII ou 629 euros pour l'iPhone 4S par exemple), éventuellement en plusieurs mensualités - ou le contrat longue durée. Certes depuis la loi Châtel, il est beaucoup plus facile de résilier au bout de 12 mois en limitant un peu les frais.

L'arme de la subvention va rester importante dans le marché actuel très bataillé, face à un Free Mobile qui ne propose pas de téléphone subventionné, les opérateurs « historiques » mettent le paquet  pour engranger les abonnés « fidélisés » sur deux ans. La sortie du nouvel iPhone, attendu en juin ou en septembre, aura valeur de test. Les consommateurs seront-ils prêts à renouer de longs engagements pour avoir le smartphone dernier cri ou auront-ils été rendus plus raisonnables par l'opération vérité sur les prix des dernières semaines ? « Le marché traditionnel du subventionné se tient bien, les ventes brutes sont 30% supérieures à avril 2011 » a relevé mercredi Delphine Ernotte, la directrice exécutive d'Orange France.

Les subventions baissent aux Etats-Unis, en Espagne
Mais pour combien de temps ? En Espagne, deux grands opérateurs européens, Vodafone et Telefonica, vont tester l'arrêt des subventions, même si Orange n'a pas suivi. Dans un contexte de crise économique, « la demande des consommateurs est particulièrement faible en Espagne » relèvent les experts de l'agence Fitch qui appellent de leurs v?ux une baisse généralisée en Europe des subventions, « qui érodent la rentabilité et le bilan » et sont devenues « tellement chères » avec des modèles comme l'iPhone 4S et les Galaxy de Samsung.

ataUne baisse permettrait aux opérateurs de « se concentrer sur l'investissement et la qualité du réseau. » L'agence Fitch souligne que les subventions de terminaux représentent environ 15% du chiffre d'affaires des opérateurs et que les Américains ont diminué ce coût en créant des frais supplémentaires de 30 à 35 dollars pour renouveler son téléphone, « ce qui a permis de ralentir le rythme de renouvellement des abonnés. » En France, du fait de l'arrivée tardive du quatrième opérateur, il n'est pas sûr que le mouvement s'enclenche à court terme. Mais la ligne semble toute tracée.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2012 à 18:25 :
Un nombre considérable de constructeurs vont périr. On savait que la préférence outrancière donnée à Apple avait pour but de casser du japonais et de l'américain. Pari réussi. Le prix réel va donner les meilleures armes à Nokia en terminant le travail sur les gammes moyennes. Puis liquider les matériels de Apple au profit de Samsung. Il sera temps alors, c'est demain, de proposer de bons matériels maison (et donc subventionnés si on veut) pour cantonner tout ce petit monde dans une offre super sophistiquée. Ensuite viendra le tour des applications, puis des logiciels...... Facebook a été le déclencheur qui a permis de comprendre que beaucoup n'avaient réellement aucun business model sérieux et durable. Dur. Dur.
a écrit le 31/05/2012 à 17:59 :
Si le subventionnement des terminaux était nécessaire aux début du marché naissant de la téléphonie mobile, aujourd'hui je dirais qu'il fausse le marché et ôte toutes transparence.
Les seuls vrais bénéficiaires étant les opérateurs qui vous rendent captifs pour une période déterminée, et les fabricants qui ont moins de soucis d'écoulement de leurs terminaux et qui ont tendance à tirer les prix vers le haut.
Et aujourd'hui il y a suffisamment de canaux de distribution autre et ou la concurrence pourrait jouer, enfin si les règles du jeu sont respectées car en téléphonie mobile on découvre des pratiques pas si saines que cela.
a écrit le 31/05/2012 à 17:54 :
Moué... Orange ne sais plus comment tarifer et se retrouve obliger de différencier ses deux marques pour ne pas cannibaliser son offre de départ.

Pour moi c'est tout choisie, la liberté n'a pas de prix :
http://www.lettre-resiliation.com/guides/resiliation-mobile-rio.html !!
a écrit le 31/05/2012 à 16:10 :
J'ai conservé mon premier appareil neuf ans, suis-je un dinosaure ? Il aurait pu durer plus longtemps si pas noyé dans le sac à dos par un orage en montagne (batterie toujours branchée => électrolyse).
Changer souvent permet de rester à la pointe du progrès (appareil photo, etc etc) mais c'est un vrai gâchis sauf prévoir un circuit de "recyclage" (redistribution), à moins que leur durée de vie ne soit que deux ans maximum [la batterie, elle, n'est pas éternelle] ?
Réponse de le 31/05/2012 à 23:58 :
J utilise toujours mon iphone V1. Il a maintenant 5 ans. La tenue de la batterie a diminué de moitié mais il marche parfaitement bien.
a écrit le 31/05/2012 à 12:27 :
achetez votre telephone et allez chez qui vous voulez, sans abonnement , vous avez des offres interessantes, utilisez les comparateurs, evitez les engagements même de douze mois.
c'est un secteur en constante évolution donc restez libre de suivre selon les offres.
a écrit le 31/05/2012 à 12:23 :
Orange pédale dans la choucroute, il a les abonnements les plus chers du marché, il ne fait rien pour fidéliser ses clients sauf à les ficher previntel pour empecher qu'ils aillent ailleurs et là je sais de quoi je parle je suis chez eux depuis 97 avec FTMS (france telecom mobile service) ou itineris puis orange , j'ai eu trois telephones en 15 ans et encore en pleurant .
dés que j'ai réglé cette histoire de fichage incompréhensible et illégal d'ailleurs ( et c'est le parcours du combatant) je pars de chez eux plus vite qu'une fusée.
un conseil evitez cet operateur. vu ce que je leur ai déjà laissé ils devraient me chouchouter comptez dessus vous serez sûr de votre déception!
a écrit le 31/05/2012 à 11:17 :
Bref comme dans tous les domaines, on est en train de revenir sur un modèle économique des "riches" d'un coté, ayant toujours plus de pognons, auxquels on propose des produits sur mesures (et très rentables !), et les "pauvres", toujours plus nombreux, auxquels on ne propose plus que le minimum car de moins en moins rentables. En fait, c'est le grand retour en arrière vers modèle social du XIXième siècle !!
Réponse de le 31/05/2012 à 13:19 :
Si vous voulez dire qu'on en a toujours pour son argent, RIEN de nouveau sous le Soleil !
a écrit le 31/05/2012 à 10:29 :
La loi sur la consommation dans sa dernière version (votée au sénat en décembre 2011)avait bien interdit les contrats de 24 mois et avait même institué une obligation de transparence dans les factures visant à séparer clairement prix de l'abonnement et prix du terminal en cas d'offre subventionnée. Mais le ministre de la consommation de l'époque, Frédéric lefebvre, sensible sans doute à quelque sirène Orange ou Carré Rouge, avait préféré retirer le projet de loi de l'ordre du jour de l'assemblée nationale pour interrompre son parcours parlementaire avant les élections. Si le nouveau gouvernement le souhaite, il peut réactiver ce projet de loi.
a écrit le 31/05/2012 à 9:36 :
''les forfaits sans engagement et sans mobile, en achetant son smartphone à prix coûtant (749 euros le dernier Samsung Galaxy SIII ou 629 euros pour l'iPhone 4S par exemple),'' ou l'acheter d'occasion pour 400 ?
Réponse de le 31/05/2012 à 9:57 :
Je suppose que 749? c'est en boutique car lorsque je regarde sur internet (fnac, darty, ...) c'est 649?. Et je suis d'accord avec @elmt, autant laisser les gens l'essayer et l'avoir d'occasion quelques semaines après.
Réponse de le 31/05/2012 à 14:22 :
Smartphone n'est pas synonyme de iPhone4S ou Galaxy3. Il existe des smartphones à partir de 150? (neuf, donc probablement 75? d'occasion).
De tels smartphones (bas de gamme ou intermédiaires) peuvent convenir à de nombreux utilisateurs. Tout le monde n'a pas besoin d'un smartphone haut de gamme. Tout le monde n'a pas besoin de regarder des video HD sur son smartphone (d'ailleurs l'écran du iPhone4S n'est pas vraiment HD :-) ).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :