Apple veut (encore) interdire des smartphones Samsung aux États-Unis

 |   |  303  mots
Apple risque de souffrir de dommages irréparables si Samsung persiste à utiliser les fonctions contrefaites, estiment les avocats de l'entreprise. (Photo : Reuters)
"Apple risque de souffrir de dommages irréparables si Samsung persiste à utiliser les fonctions contrefaites", estiment les avocats de l'entreprise. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
L'entreprise américaine souhaite capitaliser sur la condamnation de Samsung à payer 119 millions de dollars de dommages et intérêts pour avoir enfreint des brevets.

Fort de sa récente victoire obtenue en justice dans la guerre des brevets qu'il livre à Samsung, Apple repart à l'attaque. La marque à la pomme a demandé vendredi l'interdiction de vente de plusieurs produits du géant coréen pour infraction à ses brevets. 

Les smartphones et/ou "phablettes" (à mi-chemin entre le smartphone et la tablette, le produit est en plein essor commercial) Admire, Galaxy Nexus, Galaxy Note, Galaxy Note II, Galaxy S II, Galaxy S II Epic 4G Touch, Galaxy S II Skyrocket, Galaxy S III et les téléphones Stratosphere, sont concernés par cette demande.

Les avocats de la firme de Cupertino expliquent:

"Apple risque de souffrir de dommages irréparables si Samsung persiste à utiliser les fonctions contrefaites, les dommages et intérêts ne peuvent pas indemniser Apple suffisamment au vu du préjudice subi"

Si les produits les plus récents de Samsung sont exclus de la liste, Apple demande toutefois que l'interdiction soit également appliquée à "tout logiciel ou code capable d'implanter les fonctions contrefaites", y compris ceux à venir donc. 

119 millions de dollars de dommages et intérêts

Apple a obtenu début mai que Samsung lui verse 119,6 millions de dollars (86,2 millions d'euros) pour violation de brevets, notamment le "slide to unlock" ("glisser pour déverrouiller") et l'auto-correcteur, qui suggère des mots pour remplacer ceux mal orthographiés.

Le groupe américain en réclamait plus de 2 milliards et a à cet égard demandé un nouveau procès partiel pour revoir les dommages et intérêts. 

Si la guerre des brevets continue avec Samsung, elle semble terminée (momentanément du moins) avec Google. Les deux entreprises américaines ont en effet signé la semaine dernière un armistice, soldant ainsi leurs poursuites en matière de brevets, mais sans pour autant s'accorder de licences mutuelles

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :