Jack Ma, pionnier de l'Internet chinois, fondateur d'Alibaba et homme le plus riche d'Asie

 |   |  1060  mots
Le fondateur de cette success-story, l'ancien professeur d'anglais Jack Ma.
Le fondateur de cette success-story, l'ancien professeur d'anglais Jack Ma. (Crédits : Reuters)
L'introduction boursière en fanfare d'Alibaba a fait de son fondateur l'homme le plus riche de Chine, et depuis décembre le plus riche d'Asie. La Tribune revient sur le parcours de Jack Ma, créateur de cette success-story. Portrait d'un professeur d'anglais devenu l'un des chefs d'entreprise les plus puissants de Chine.

Lui aussi pourrait avoir droit à son film. A l'instar des héros de la Silicon Valley, tels Steve Jobs à qui il est parfois comparé, le chinois Jack Ma, 49 ans s'est imposé comme une figure emblématique en Chine. Comme eux, il fait partie de ces chefs d'entreprise distingués par le Time comme personnalités les plus influentes au monde. Depuis l'introduction en fanfare d'Alibaba le 19 septembre à Wall Street, son fondateur était devenu l'homme le plus riche de Chine, selon le classement de référence de l'institut Hurun publié mardi 23 septembre. Selon Bloomberg, il est désormais, depuis le début du mois de décembre, l'homme le plus riche d'Asie, reléguant ainsi à la deuxième place Li Ka-shing, homme d'affaire hongkongais à la tête du groupe de distribution A.S Watson. L'occasion de (re)découvrir le parcours étonnant de Jack ma, l'un des pionniers du web en Chine.

  •  Le prof d'anglais découvre internet

Né à l'époque de Mao, Ma Yun de son vrai nom a grandi dans la ville d'Hangzhou. C'est là, comme il le raconte dans un texte publié par le magazine Inc en 2008 qu'il apprend la langue de Shakespeare en proposant ses services aux touristes. Puis il rate des examens à l'université avant d'obtenir un diplôme d'anglais et de devenir professeur.

Au milieu des années 1990, il découvre Internet, pressent une révolution et décide de changer de vie. "La première fois que j'ai utilisé internet, que j'ai touché le clavier, je me suis dit "bien, c'est quelque chose en laquelle je crois, c'est quelque chose qui va changer le monde et changer la Chine"", se rappelle-t-il lors d'une interview accordée à CNN.

  • Le crocodile Alibaba face au requin eBay

En 1995, il créé l'une des premières pages web de l'Empire du Milieu. Quatre ans plus tard, avec le soutien financier de ses amis, il lance Alibaba, la plateforme destinée aux commerçants qui a fait sa fortune. Le principe : faciliter les relations des entreprises et leurs fournisseurs.

Puis, au début des années 2000, il décide de s'adresser directement aux consommateurs avec un autre site de e-commerce, Taobao, qui fonctionne comme une place de marché virtuelle, comme eBay, son principal concurrent. A propos du groupe américain, Jack Ma emploie l'une de ces expressions imagées qu'il a l'habitude de distiller. "Si eBay est un requin dans l'océan, nous sommes les crocodiles dans le fleuve Yangtsé", s'amuse-t-il ainsi lors d'une conférence donnée à Stanford en 2011. (Vidéo en anglais)

En Chine, c'est le crocodile qui l'a emporté : eBay s'est en effet retiré du marché chinois en 2006 avant de tenter une nouvelle incursion avec une alliance avec le spécialiste de la mode Xiu.com.

En 2008, le groupe a lancé un autre site de vente en ligne, plus haut de gamme, appelé Tmall, sorte de centre commercial virtuel qui regroupe les grands distributeurs internationaux. Pour compléter le tout, Alipay sert de moyen de paiement. Depuis, le groupe s'est octroyé la part du lion sur le marché chinois : 71 % des achats en ligne dans le pays sont effectués sur des sites du groupe Alibaba.

  •  De la démocratie en Chine?

Autre particularité du roi du e-commerce : il "veut que les gens comprennent ce que signifie la démocratie". Pour convaincre, il a par exemple instauré l'élection, par ses employés, d'un comité de dix personnes chargées de décider pour quelles oeuvres sera alloué le budget philanthropie du groupe.

  •  Alibaba et les 2.300 voleurs

Sur son chemin, Jack Ma a bien sûr connu quelques revers. Comme en 2011, lorsqu'un scandale éclabousse le groupe. Il s'agit d'une vaste escroquerie dans laquelle quelques 2.300 sociétés inscrites sur le site sont impliquées : elles vendaient des produits sans jamais les livrer. Résultats plusieurs membres de la direction démissionnent.

En outre, le groupe n'a pas échappé aux problèmes liés à la contrefaçon qu'ont également connus les autres sites de e-commerce. Pour tenter de lutter contre le phénomène, l'entreprise a décidé d'augmenter les tarifs pour y être enregistré, provoquant la colère des petits commerçants chinois dont certains sont allés jusqu'à manifester devant le siège à Hanghzou.

  •  Yahoo sort du jeu

L'autre grand épisode qu'a connu Jack Ma à la tête d'Alibaba concerne ses relations avec le portail Yahoo. L'alliance avec l'entreprise américaine, démarrée en 2005, s'est soldée par la revente en 2012 de parts d'Alibaba qu'elle détenait. La transaction a valorisé le groupe 35 milliards de dollars et fait grimper la fortune personnelle de son fondateur de 700 millions de dollars. Selon les estimations de Forbes elle s'élevait en mars 2013 à 3,4 milliards de dollars, ce qui le place 11e dans la liste des Chinois les plus riches.

Depuis, grâce à l'introduction en Bourse d'Alibaba, Jack Ma a engrangé plus de 800 millions de dollars en cédant une partie de ses actions, tandis que les 7,8% de parts qu'ils conserve valaient lundi 22 septembre 2014 plus de 17 milliards de dollars... Ce qui le propulse au premier rang des fortunes chinoises, avec un total de 25 milliards de dollars d'actifs, selon le classement de référence de l'institut Hurun.

  •  "Les rêves des jeunes sont meilleurs que les miens"

Lorsque le milliardaire a annoncé qu'il quitterait ses fonctions, en janvier 2013, il s'est justifié en évoquant dans une lettre adressée aux 24.000 employés du groupe que:

"les rêves des jeunes d'Alibaba sont meilleurs et plus brillants que les [siens], eux sont davantage aptes à construire un futur qui leur appartient".

  • La nature, le Tai Chi et Jet Li

L'un des défis de son successeur Jonathan Lu, était de préparer l'introduction en Bourse d'Alibaba. Voici chose faite. Quant à Jack Ma, il reste président exécutif du groupe de e-commerce. Il a d'ailleurs été sollicité pour sonner la cloche - synonyme d'ouverture de la Bourse - vendredi 18 septembre sur le fameux parquet du New York Stock Exchange (NYSE) à Manhattan. A part ça, il a aussi d'autres occupations, comme la défense de l'environnement - il fait partie de l'association Nature Conservancy et a créé une fondation pour la défense de la nature. Avec l'acteur de film d'actions Jet Li, l'homme d'affaires fait en outre la promotion des arts martiaux chinois comme le Tai Chi.

*Publié le 23/09/2014 à 9h47. Mis à jour le 12/11/2014 à 9h35.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2014 à 14:01 :
Je suis ce site depuis de nombreuses années, c'est assez fantastique, on peut tout trouver, dommage çà reste encore hyper compliqué de commander, il faut en général des chèques de la western union difficiles à faire, ils ne prennent paypal que récemment, et encore ma dernière commande a raté, je suis parti chez e_bay.
Je dirais qu'une chose, si vous êtes commerçant, artisan, industriel, vous devez ouvrir un compte, c'est parfaitement idiot d'acheter des objets chinois à un intermédiaire Allemand ou Anglais, voire italien,qui ne se gênera pas de faire la culbute (voire plus)+ le port.
Comme exemple, la tête stupéfaite de mon dentiste quand je lui ai dit avoir trouvé son fameux fauteuil entièrement équipé à 3500$ sur alibaba.
a écrit le 14/12/2014 à 12:48 :
C ETTE HOMME ET TRES INTELIGENT . IL A CONPRIS TOUS DE SUITE LE MARIAGE DU COMMERCE SUR INTERNET AVEC L AIDE DE LA LANGUE ANGLAISE ? BRAVOS A CE M r qui a cru tous de suite a l inportance dinternet dans L AVENIR? MAIS IL Y RESTE PLEIN DE POSIBILITE POuR D AUTRES ALORS N ESISTONS PAS A FORME NOS JEUNES DANS CETTE FORMIDABLE OUTIL DE COMUNICATIONS???
a écrit le 13/12/2014 à 3:13 :
Comme quoi tout l'or du monde n'est pas capable de corriger ce que dame nature avait de plus laid à offrir à l'humanité. :-)
a écrit le 23/09/2014 à 16:26 :
Un chinois
Réponse de le 23/09/2014 à 21:47 :
Pas mal pour un communiste ... Comique non ?
Réponse de le 24/09/2014 à 5:22 :
Les triades ont pignon sur rue maintenant ?
a écrit le 23/09/2014 à 16:03 :
Personnellement, je n'investirai pas dans Alibaba pour la simple raison que pour arriver à ce niveau en Chine, il faut avoir de super contacts au plus haut niveau ... et le jour où le régime change, le château de cartes s'écroule :-)
Réponse de le 12/12/2014 à 17:06 :
Même vous voulez investir ne pourriez pas la mentalité de vous ne fait pas fortune.
a écrit le 23/09/2014 à 13:42 :
il y a pas de nouveau riche en France, pourquoi ? pas de création
Réponse de le 23/09/2014 à 21:48 :
Parce que la France est le dernier fan de Marx et donc un pays communiste qui n'ose pas se l'avouer ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :