AppleTV+ et Amazon Prime Video sur les plates-bandes des opérateurs

 |   |  572  mots
Photo d'illustration. Apple veut tendre vers un modèle de super-agrégateur de contenus pour proposer des programmes variés, sans en supporter les coûts faramineux de production. Un modèle qui s'inspire largement de l'offre proposée par Amazon.
Photo d'illustration. Apple veut tendre vers un modèle de super-agrégateur de contenus pour proposer des programmes variés, sans en supporter les coûts faramineux de production. Un modèle qui s'inspire largement de l'offre proposée par Amazon. (Crédits : DR)
Les deux géants américains ont bâti de puissants écosystèmes où le streaming vidéo occupe la simple fonction de produit d’appel. Leurs offres tendent davantage vers des modèles de bouquets de chaînes, qui étaient jusqu’ici l’apanage des opérateurs.

La firme à la pomme croquée entre dans la bataille. Baptisé AppleTV+, son service de streaming est disponible depuis le 1er novembre dans 100 pays - dont la France - pour 4,99 euros par mois. Au programme : un bien maigre catalogue, comparé à l'offre pléthorique du service Disney qui sera lancé le 12 novembre aux États-Unis. Apple TV+, qui propose exclusivement des créations originales, a prévu seulement une dizaine de programmes disponibles dès le lancement.

Pour séduire des abonnés en dépit d'un catalogue réduit, le groupe de Cupertino mise sur son parc d'utilisateurs. Il offre ainsi un abonnement gratuit d'un an pour tous les clients ayant acheté un nouvel appareil Apple (iPhone, iPad, Apple TV, Mac mais aussi iPod touch) depuis le 10 septembre. Depuis deux ans, le géant américain affiche clairement sa volonté de se diversifier vers les services pour réduire sa dépendance à l'iPhone, son produit vache à lait dont les ventes se tassent. Le streaming vidéo était la dernière brique manquante à son puissant écosystème. Sa plateforme est d'ailleurs accessible depuis l'application Apple TV.

Lire aussi : Apple réduit sa dépendance à l'iPhone grâce aux services et aux accessoires

Un...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2019 à 11:56 :
En fabriquant le contenant, c'est logique qu'ils s'attaquent aux contenus !!!!
a écrit le 05/11/2019 à 8:46 :
ET ce manque d'ambition créatrice contrairement à netflix devrait bien les plomber au sein d'une économie influencée par internet et non plus la télé.
Réponse de le 05/11/2019 à 17:38 :
On en reparlera dans un an, lorsqu’ils auront produits pour 2-3 milliards de $ de contenu, certes 2x moins que Netflix mais dès la première année...Ceux qui pensent que la plus grosse capitalisation Boursière au monde va se planter font à mon avis une analyse un peu rapide

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :