E-commerce : le japonais Rakuten annonce sa réorganisation

Le géant japonais de l'e-commerce, qui revendique un porte-feuille de 70 activités, a annoncé une grande réorganisation de ses filiales. La maison-mère chapeautera une entité e-commerce, téléphonie mobile et fintech. Une quatrième filiale sera dédiée aux filiales étrangères. L'objectif affiché : "optimiser les ressources" et permettre une prise de décision plus rapide.

3 mn

Le groupe japonais Rakuten a dévoilé un bénéfice net semestriel en hausse de 60,3% à 64,5 milliards de yens (496 millions d'euros) sur un an.
Le groupe japonais Rakuten a dévoilé un bénéfice net semestriel en hausse de 60,3% à 64,5 milliards de yens (496 millions d'euros) sur un an. (Crédits : Yuya Shino)

Vaste chantier chez Rakuten. Le géant japonais de l'e-commerce a annoncé ce lundi une grande réorganisation de ses nombreuses filiales. "Nous avons décidé cette réorganisation du groupe pour clarifier la comptabilité, améliorer notre efficacité et permettre une optimisation globale des ressources", a justifié dans un communiqué de presse Rakuten, qui précise que chacune des entités pourra prendre des décisions de façon plus "flexible" et plus rapide. Ainsi, ses activités de commerce en ligne au Japon seront placées sous l'entité "Rakuten e-commerce" (nom provisoire), ses divisions financières dans l'entité "Rakuten Card". Enfin, la téléphonie mobile opérera sous le nom "Rakuten Mobile Network", alors que le groupe japonais ambitionne de devenir le quatrième opérateur de téléphonie mobile au Japon. Les autres divisions, notamment les filiales étrangères, dépendront d'une structure différente également coiffée par la maison-mère du groupe.

Au total, le géant japonais revendique un porte-feuille de 70 activités - allant du commerce en ligne à l'agence de voyages, en passant par des activités d'opérateur mobile, gérant de monnaie électronique ou encore maison de courtage. La décision de principe de cette refonte a été prise lundi en conseil d'administration, mais les modalités de sa mise en oeuvre doivent encore être approuvées par les administrateurs, puis les actionnaires réunis en assemblée générale extraordinaire en mars 2019. La nouvelle arborescence de l'entreprise devrait être effective au 1er avril 2019, selon Rakuten.

Hausse de 16,4% du chiffre d'affaires

Rakuten a par ailleurs dévoilé ses comptes pour le premier semestre 2018. Son bénéfice net a bondi de 60,3% à 64,5 milliards de yens (496 millions d'euros) sur un an grâce à une hausse de 16,4% de son chiffre d'affaires, à 512,2 milliards de yens. Toujours porté par ses activités d'e-commerce, Rakuten a enregistré une hausse de 16,1% sur un an dans ce secteur et les bénéfices afférents ont bondi de 29% - bien que le groupe soit confronté à la forte concurrence d'Amazon au Japon. Le groupe revendique 1,2 milliard de membres dans le monde. À titre de comparaison, le géant américain revendique 100 millions d'abonnés Amazon Prime, son service payant permettant notamment de bénéficier de livraisons gratuites en un jour.

Le mastodonte japonais est aussi porté par sa division fintech, dont les revenus ont progressé de 22% et les bénéfices ont bondi de 26,4% grâce aux services bancaires, notamment les cartes de crédit. À l'étranger, il se félicite des performances de la société américaine Ebates, qui propose des rabais sur les achats en ligne. Rakuten est aussi propriétaire de la plateforme française de vente en ligne Priceminister, acquise en 2011 pour 200 millions d'euros - et du canadien Kobo (liseuses et services d'ouvrages numérisés). Comme à son habitude, Rakuten n'a pas livré de prévisions chiffrées pour 2018.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 07/08/2018 à 8:26
Signaler
Voilà certainement le concurrent le plus sérieux d'Amazone, Alibaba étant au final peu représentatif du fait de son fort soutien étatique, Rakuten est la seule concurrente véritable au final du mastodonte américain.

le 22/08/2018 à 21:04
Signaler
Amazon est encore un concurrent de Rakuten, alors que Amazon n'est plus un concurrent pour le chinois Aibaba.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.