Pénurie de semi-conducteurs : Samsung investit plusieurs milliards dans une nouvelle usine au Texas

Le géant sud-coréen va construire une usine de puces dans le sud des Etats-Unis, pour 17 milliards de dollars, un Etat où il est déjà implanté. Face aux difficultés d'approvisionnement, les fabricants se lancent dans la course aux usines pour pouvoir répondre à la demande croissante.

4 mn

Samsung, déjà présent aux Etats-Unis depuis 25 ans, avait déposé des documents sur ce projet auprès du Texas en janvier dernier.
Samsung, déjà présent aux Etats-Unis depuis 25 ans, avait déposé des documents sur ce projet auprès du Texas en janvier dernier. (Crédits : Kim Hong-Ji)

Samsung continue de poser ses pions sur les terres d'Apple. Après avoir annoncé le 24 août un plan d'investissement d'une ampleur historique de 205 milliards de dollars, le géant sud-coréen précise son ambition en indiquant vouloir construire une usine de puces électroniques à Taylor, dans le Texas. En choisissant les Etats-Unis, Samsung répond au besoin de la première puissance mondiale qui a fait de l'implantation de nouvelles usines de semi-conducteurs une priorité nationale, mais en profite aussi pour confirmer sa présence sur le marché initial de son concurrent.

Tandis qu'actuellement les deux tiers de la production de puces informatiques de premier plan proviennent de Taïwan, Samsung se créé ainsi un accès direct au marché nord-américain.

La nouvelle usine, qui représente 17 milliards de dollars d'investissement, est censée être opérationnelle d'ici la fin 2024, et doit permettre de créer plus de 2.000 emplois qualifiés. Ce projet doit poser les bases d'"un nouveau chapitre" pour Samsung, a indiqué dans un communiqué Kinam Kim, vice-président de la division d'appareils électroniques de l'entreprise. Les puces fabriquées sur ce site auront des applications dans les technologies mobiles, la 5G ou encore l'intelligence artificielle, promet le groupe.

La nouvelle usine se situera à 25 km d'un site existant à Austin, la capitale du Texas. Samsung, déjà présent aux Etats-Unis depuis 25 ans, avait déposé des documents sur ce projet auprès du Texas en janvier dernier. Le groupe cherchait à obtenir des crédits d'impôts de plus de 800 millions de dollars sur 20 ans de la part des autorités de cet Etat, et précisait alors que son choix n'était pas encore arrêté, entre l'Arizona, New York, et la Corée du Sud.

Avec le soutien du gouvernement américain

Avec ce projet, Samsung est accueilli à bras ouvert. "Bienvenue au Texas, Samsung!", a tweeté Greg Abbott, le gouverneur de cet Etat du sud, après une conférence de presse.

"C'est le plus important investissement direct à l'étranger jamais réalisé au Texas", a-t-il ajouté.

Cet investissement va "aider à protéger nos chaînes d'approvisionnement, revitaliser notre base industrielle et créer de bons emplois sur place", se sont de leur côté félicités dans un communiqué deux hauts conseillers du président Joe Biden, Brian Deese pour l'économie et Jake Sullivan pour la sécurité.

Avec son rival Taiwan Semiconductor Manufacturing, Samsung Electronics dispute des subventions du gouvernement américain qui pourraient atteindre 30 milliards de dollars, voire plus pour ces implantations, selon l'agence Reuters.

Objectif : rapatrier la production de ces composants

Depuis la levée progressive des restrictions liées au Covid-19, le monde fait face à une pénurie de semi-conducteurs cruciaux pour de nombreuses industries (automobile, télécoms, ordinateurs, console de jeux...). La demande explose, l'offre de puces peine à suivre. Chacun tente désormais de rapatrier la production de puces, essentielles dans des secteurs stratégiques.

Depuis son arrivée au pouvoir, Joe Biden a essayé de mobiliser les industriels sur la nécessité de produire les précieux composants aux Etats-Unis. Le géant américain des semi-conducteurs Intel surfe sur cette vague et a annoncé cette année qu'il allait investir 20 milliards de dollars dans deux nouvelles usines en Arizona et qu'il prévoyait d'allouer entre 20 et 80 milliards d'euros dans la fabrication de puces électroniques en Europe au cours des dix prochaines années. Alors que la part de composants électroniques explose dans les véhicules, Intel prévoit que le chiffre d'affaires des puces électroniques dans l'automobile atteigne 115 milliards de dollars en 2030, contre 50 milliards en 2021.

De son côté, malgré les difficultés liées à la chaîne d'approvisionnement, Samsung Electronics a annoncé une hausse de plus de 30% de son bénéfice net au troisième trimestre grâce à une forte demande mondiale.

Lire aussi 2 mnSemi-conducteurs : Intel prêt à investir 80 milliards en Europe pour accélérer la production

(Avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 26/11/2021 à 11:32
Signaler
Niveau bourse, les actions Sam et Lg, c'est du tout bon

à écrit le 24/11/2021 à 18:31
Signaler
les francais salivent deja, a l'idee d'avoir des boites auxquelles elles pourront appliquer les lois floarange, dailymotion, montebourg, eckert, et tout le reste, et finir par la loi ecocide ou on pourra coller un proces en plus en penal aux dirigean...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.