La Free school de Xavier Niel formera «1.000 génies » par an gratuitement

 |   |  822  mots
Xavier Niel ce mardi matin à la présentation de son école de formation de développeurs baptisée 42.
Xavier Niel ce mardi matin à la présentation de son école de formation de développeurs baptisée "42." (Crédits : DR)
Le fondateur de Free va financer sur ses deniers personnels une école qui formera au développement informatique gratuitement pendant 3 ans des jeunes sans qualification.

Elle ne s'appellera pas la « Free school » même si elle sera bien gratuite, mais « 42 » un nombre révéré par les geeks, « l'ultime réponse à la vie, l'univers et le reste » selon le livre culte de science fiction « le Guide du voyageur galactique » de Douglas Adams. Cette école qui ouvrira réellement ses portes en novembre prochain dans le XVIIe arrondissement de Paris, permettra de « former 1.000 génies par an » selon Xavier Niel, le fondateur multimilliardaire de Free, qui finance sur ses deniers personnels cette initiative d'un coût de 20 millions d'euros. Les candidats, âgés de 18 à 30 ans avec ou sans le bac, peuvent s'inscrire en ligne dès ce mardi sur le site de l'école et devront remplir des questionnaires sous forme de jeux. Les 4.000 meilleurs profils seront retenus puis mis en compétition cet été pendant un mois d'immersion consacré à la programmation à raison de 15 heures par jour (la « piscine »), en quatre vagues. Seuls 1.000 d'entre eux, les meilleurs  et les plus motivés, seront gardés pour la rentrée qui débutera en novembre. La formation, entièrement gratuite sans remboursement ultérieur, durera 3 ans, ou 5 ans en fonction des individus. Aucun diplôme certifié à la sortie, mais une expertise technique en programmation informatique, des compétences très recherchées : architecte logiciel ou réseau, développeur web ou de jeux vidéo, expert en sécurité, administrateur réseau, chef de projet informatique, etc.

Après l'internet et le mobile, faire la « révolution » dans l'éducation
« Cela fait 25 ans que je crée des entreprises de nouvelles technologies. Le problème ce n'est pas de trouver les idées mais les talents » observe Xavier Niel. Or « aujourd'hui on a le choix entre des universités qui ne forment pas des gens créatifs et des écoles privées dont le critère d'entrée est l'argent » déplore ce patron iconoclaste, qui a arrêté ses études en classe prépa scientifique et reconnaît qu'il n'était « pas un cancre. » Fidèle à son leitmotiv, il propose de faire « la révolution. Il faut tout changer, créer une nouvelle voie d'accès au succès. » Cette nouvelle école « sera un endroit différent, une pédagogie vraiment innovante, ouverte à tous même à des jeunes en échec scolaire, et des infrastructures de haute qualité » a-t-il promis mardi matin, lors d'une conférence de presse au siège d'Iliad, la maison-mère de Free, entouré des trois autres initiateurs du projet : le directeur général de « 42 », Nicolas Sadirac, fondateur de l'école informatique Epitech et de la Web@cademie avec Kwame Yamgnane, qui sera DG adjoint tout comme Florian Bucher, un ancien d'Epitech. Leur ambition est de créer « la meilleure école d'informatique en France » et « l'école du futur », dans de beaux locaux tout neufs de 4.242 m2 appelés « Heart of Code », ouverts 24h/24 7 jours/7, « avec des Apple iMac de dernière génération à écran de 27 pouces ». Pourfendant un système « qui ne sait créer que des gens standards », Nicolas Sadirac imagine « une école 2.0, une école du peer-to-peer », où l'apprentissage doit être collectif, considérant que « la connaissance n'a plus d'importance aujourd'hui, tout est sur Google, il faut développer des compétences. »

Un organisme à but non lucratif financé pour 10 ans par Xavier Niel lui-même
Xavier Niel n'en est pas à sa première initiative dans le domaine. Il est avec ses compères Marc Simoncini, le fondateur de Meetic, et Jacques-Antoine Granjon, celui de Vente-privée, à l'origine de la création de l'école des métiers de l'Internet (EEMI), située au Palais Brongniart, qui accueille 150 élèves, payant leur scolarité 8.000 euros par an, « plutôt pour des formations webmasters » souligne l'homme le plus riche du Web français - au cours actuel sa participation de 59% dans Iliad vaut quelque 5,5 milliards d'euros. « 42 » est un organisme à but non lucratif « financé en totalité par moi-même et j'apporte le financement pour 10 ans » a-t-il expliqué, soit 50 millions au total sur les 10 ans (l'équivalent de 5.000 euros par étudiant). Déplorant le retard pris par la France, qui n'est qu'au 20e rang mondial sur le plan du numérique, il considère que « seule l'initiative privée peut faire avancer les choses. Ce n'est pas la peine de compter sur les pouvoirs publics qui ne regardent que le passé et ce qui peut être « sauvable », mais jamais l'avenir » a-t-il lancé, comme une réponse aux critiques du gouvernement sur les dégâts causés par l'arrivée de Free Mobile dans le secteur des télécoms. « On va former 1.000 personnes brillantissimes par an et avec un facteur multiplicateur on va pouvoir générer 10.000 emplois supplémentaires » s'emballe-t-il. « Chez Free, nous sommes toujours en manque de talent. On veut étendre le gisement, le vivier » fait-il valoir, affirmant que « on n'aurait pas fait la Freebox avec des gens sortis d'écoles d'ingénieurs. »
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2013 à 17:02 :
Bonne initiative qui sera profitable à pleins de jeunes qui n'auraient peut-être pas eu la chance d'avoir une formation dans le cas contraire. Et si on peut multiplier ce genre d'initiatives pourquoi pas. Ce profil d'enseignement convient à certains étudiants et pas à d'autres, c'est donc bien que ça existe.

Maintenant Xavier Niel pourrait se passer de remarques débiles du genre : « aujourd'hui on a le choix entre des universités qui ne forment pas des gens créatifs et des écoles privées dont le critère d'entrée est l'argent ». De par mon expérience je connais les 2 systèmes et concrètement ce qu'il dit est faux et démagogique :
1) il existe des écoles privées certes, mais aussi beaucoup d'écoles publiques, d'ailleurs les meilleures écoles d'ingénieur sont publiques (et pour certaines on vous paie même pour y être) ... certes on y voit plutôt des jeunes de catégories aisées mais ceux qui sont très bons et ont le courage de passer la délicate phase des prépas ont leur chance quel que soit leur catégorie sociale. Globalement, énormément d'innovations sont imaginées et réalisées par des élèves de ces écoles.
2) les universités délivrent des diplômes de qualité, généralement les étudiants y sont plus spécialisés que dans les école d'ingé et niveau informatique les fac n'ont pas à rougir, surtout quand on connait les moyens qui leur sont donnés par rapport aux écoles (pas de sélection à l'entrée, 2 à 3 fois moins de financement par étudiant, donc moins de profs, de matos, etc.). Une très grosse proportions des docteurs viennent d'un parcours fac y compris en informatique et quand Niel dit "des universités qui ne forment pas des gens créatifs" je me dis qu'il dirait n'importe quoi pour faire sa pub parce que 80% des start-up en informatique que je connais sont montées par des docteurs ou des master issus de l'université. Le gros problème des fac est qu'elles ne mettent pas en place des réseaux comme les écoles d'ingé ce qui rend le recrutement et la progression professionnelle plus difficiles dans les grosses boites.

A ce qu'il parait (je n'ai pas vérifié) la France serait le deuxième producteur mondial de logiciels et nous aurions réussi ce tour de force sans des gens créatifs et bien formés ? Vraiment n'importe quoi ...
a écrit le 20/06/2013 à 17:10 :
Avant d'écrire qu'il va échouer alors même qu'il n'a pas commencé, souvenez-vous ?
Qui a inventé le premier le forfait Internet résiliable à tout moment ?
Qui a fait chuter les prix des abonnements ?
Qui a lancé à un prix très abordable les forfaits illimités pour le portable ? Qui a suivi ?
Qui a , de fait, donné un coup de pied dans l'entente tacite sur les prix du bloc des 3 ?
Des suicides chez Free ? Des licenciements au siège social de Free ?
a écrit le 28/03/2013 à 17:30 :
Enfin une victoire de l'économie libérale sur le colbertisme ! Cet homme est un vrai politique, pas un politicien....
a écrit le 28/03/2013 à 13:34 :
c'est une expérience intéressante ! attendons de voir les résultats pour apporter des critiques ! on peut ainsi dénicher "quelque génie" ou en tout cas des candidats doués.....
a écrit le 28/03/2013 à 13:29 :
Bravo. Enfin un homme remarquable !
a écrit le 28/03/2013 à 13:20 :
Non mais regardez certains commentaires.... L'on comprend bien pourquoi la France n'a pas d'avenir dans ces conditions... Au lieu d'encourager et de reconnaître le bien fondé de l'action de cet homme remarquable, vous avez les médiocres, les jaloux, les étriqués du cerveau, les soviétiques revanchards... Désespérant la France !
a écrit le 27/03/2013 à 11:48 :
C'est CET HOMME que nous AVONS BESOIN comme 1er MINISTRE ! Quel CAMOUFLET DONNEE à NOTRE MINISTRE de l'EDUCATION NATIONALE ? PRIVATISONS l'éducation nationale et comme partout les enseignants devront justifier de leurs résultats
a écrit le 27/03/2013 à 10:52 :
Ils vont avoir des Mac ???? Niel un pied dans cette secte ? Mais c'est horrible comme vision du monde ! Quelle horreur ! Au secours !!

Alors qu'il pourrait enfin faire découvrir au monde les PC sous linux, avec des modèles collaboratifs autour ...

Triste monsieur.
Réponse de le 28/03/2013 à 13:15 :
Je savais bien que nous étions cernés par la connerie..! Cet homme, il faudrait qu'il y en ait des milliers en France... afin de sortir ce Pays de sa bêtise crasse...!
a écrit le 27/03/2013 à 9:35 :
Quelle escroquerie! Faire croire qu'il va former des génies avec des personnes qui ne sont pas arrivées à avoir le BAC.
Réponse de le 27/03/2013 à 11:24 :
Le baccalauréat on le donne à tout le monde (disent leurs correcteurs et la suite je ne vous la dirait pas !) et malheureusement on commence à en ressentir les effets à tous les niveaux ! Demandez à certains "bacheliers" de faire une division sans machine à calculer, ils ne savent pas la faire.
Réponse de le 27/03/2013 à 11:24 :
Le système éducatif actuel ne garanti en rien un niveau intellectuel, même si on essaye de faire croire le contraire. Il y a des réelles capacités chez certaines personnes qui par manque d'envie, d'adaptation au milieu scolaire ou autres, ne réussissent pas le bac.
De toute manière comme il y a 75% d?écrémage, si les personnes sans le bacs sont "stupides" (comme vous semblez le penser), elle ne feront pas partie des 1000 sélectionnés, c'est tout.
Réponse de le 27/03/2013 à 15:04 :
Un bon ami a eu son bac après avoir redoublé sa terminale, avec 10.00. (donc en réalité il avait sans doute moins que ca).

Aujourd'hui en 3eme année à EPITECH, il est dans le top15 de sa promotion et plébiscité par les entreprises où il est en stage, avec des propositions d'embauche...

Le bac évalue un certain nombre de savoirs et de compétences, qui ne sont pas forcément utiles dans tous les domaines, et avec une méthodologie qui elle aussi n'est pas forcément adaptée à tous les profils.

Comme toute évaluation, on ne peut pas en faire l'alpha et l'oméga de la mesure de la valeur d'un système complexe comme peut l'être un individu.
Réponse de le 28/03/2013 à 8:45 :
J'ai du mal à comprendre comment on peut être plébiscité par DES entreprises quand on fait UN stage. Et j'ai du mal à comprendre comment on peut être plébiscité et être encore stagiaire!
Réponse de le 05/04/2013 à 11:29 :
@bebert
C'est extrêmement simple... mettez votre CV en région parisienne sur internet pendant que vous êtes en stage/apprentissage et si vous avez un intitulé un tant soi plus vendeur que juste "Informatique" du genre "Spécialité Architecture des SI" ou "Business Intelligence" ou "Spécialité SI Banques et Assurances" vous serez solicité... ça m'est arrivé !
Quant à ne pas avoir le bac, on sera pas capable d'aller dans cette école, je n'ai jamais entendu quelque chose d'aussi idiot. Au lycée on n'apprend ni la logique, ni le binaire, ni la programmation (ou si peu)... on apprend à recracher un modus opérandi rentré de force par les professeurs dans la tête des élèves. (Reprise de l'énoncé avec les paramètres, nommage du théorème, écriture du thèorème en intégral, application du théorème, calcul pour les mathématiques par exemple)
a écrit le 27/03/2013 à 8:13 :
Excellent, il a bien compris le modèle Google et souhaite former des super bons, c'est vraiment bien et il aura forcément un retour avec des génies qu'il pourra utiliser pour son groupe, tout cela est logique et positif,
a écrit le 27/03/2013 à 7:33 :
S'il pouvait nous former des hommes politiques généreux, humanistes, créatifs,audacieux, désintéressés, même en échec scolaire, même issus des classes populaires, ça donnerait du souffle à ce pays qui s'asphyxie.
a écrit le 27/03/2013 à 7:29 :
heureusement qu'il existe ce mec !!! c'est un vrai réconfort et un formidable espoir .
a écrit le 26/03/2013 à 22:41 :
C'est du low cost. Cela coûte moins cher que de délocaliser le développement pour un travail qui ne sera pas mieux fait. Mais c'est symptomatique du niveau de l'informatique en France. On continue de former des ingénieurs alors que les entreprises françaises ont des besoins plus modestes.
Réponse de le 27/03/2013 à 9:37 :
Faux, faut vous renseigner. Les entreprises veulent des ingénieurs informatique. Les IUT informatique, malgré une bonne formation, sont beaucoup moins demandés.
Réponse de le 27/03/2013 à 10:36 :
Je suis très bien renseigné! les entreprises veulent des ingénieurs informatique, mais 90% des missions ne nécessitent pas ce niveau de formation. D'ailleurs il y a eu une époque où beaucoup de SSII engageaient des ingénieurs qui n'avaient pas de formation spécifique en informatique_ des gens qui avaient une tête bien faite, certes, mais qui apprenaient l'informatique sur le tas. Et dans une époque plus récente on a vu fleurir des écoles privées d' "ingénieurs" en informatique, qui ne sont pas habilitées (d'où mes guillemets...), et dont le niveau de formation n'équivaut pas à une Licence. Enfin, les plus gros employeurs de JD sont les SSII dont les chargés de recrutement recherchent des stéréotypes (Bac+5 et 2 ans d'expérience...) définis par des commerciaux qui eux non plus ne connaissent pas l'informatique (ou rarement) et qui trouvent plus facile de caser un prestataire avec un titre ronflant et la garantie d'un minimum d'expérience. Ce jeu de dupes ne doit pas faire oublier que beaucoup d'informaticiens sont sous-employés, et que, je le répète, beaucoup de postes ne nécessitent pas un niveau de formation aussi élevé que celui demandé.
Réponse de le 27/03/2013 à 11:30 :
A quelle heure vous mettez-vous au travail ? vous demande 1 jeune retraitée. Lui se lève pour travaille !
a écrit le 26/03/2013 à 21:44 :
Il est sans doute plus facile de trouver 1000 jeunes sans qualification que 1000 génies. Belle initiative qui je l'espère ne sera pas uniquement un coup de pub, parce que 1000 formations par an pendant 3 ans, c'est pas une petite opération :-)
a écrit le 26/03/2013 à 21:39 :
On ne peut pas vraiment critiquer, c'est toujours bien de laisser une seconde chance à des jeunes talents qui n'ont pas réussi leur scolarité, si Xavier Niel le fait avec ses fonds propres, c'est vraiment bien.
Par contre, j'ai beaucoup de mal à croire que la freebox se soit faite sans ingénieur diplomé, ça sent le gros pipeau.
a écrit le 26/03/2013 à 21:17 :
Cet homme est un grand homme.
a écrit le 26/03/2013 à 20:58 :
Bravo monsieur Neil
a écrit le 26/03/2013 à 19:39 :
Pourquoi pas une Google school,une Microsoft school à la place des écoles informatiques,
des Monsanto school,des Coca-cola school,des Macdonalds school à la place des ESA,
pour la mal-bouffe,et le summum une Goldmann Sachs school pour entuber les déposants
européens de leurs économies.On possède dèja une génération leclérisée,pourquoi pas une
génération niélisée.Science sans conscience n'est que ruine de l'àme ou la vingtcinquième
heure!
Réponse de le 26/03/2013 à 20:09 :
Vous inquiétez pas, y aura aussi des marxistes schools et des régionales schools, avec comme première langue le basque, l'alsacien et le breton et interdiction de parler français ou anglais.
a écrit le 26/03/2013 à 19:30 :
des jeunes sans qualifs qui deviennent des genies! quelle ambition ! les pointeurs du langage C n'ont qu'a bien se tenir, l'heritage de classe l'encapsulation et le polymorphisme vont trouver plus forts qu'eux egalement !
Réponse de le 27/03/2013 à 7:56 :
+1
Réponse de le 27/03/2013 à 9:38 :
Je partage votre avis. Un coup de pub c'est tout. La désillusion bientot.
Réponse de le 27/03/2013 à 13:16 :
Je ne suis pas un fan de ce monsieur, mais il faut reconnaitre que son initiative est intéressante (en tout cas sur le papier) et qu'il a le mérite de soulever le gros problème de l'éducation en France ; on a des millions de chômeurs sur les bras et un paquet d'emplois non pourvus et on arrive pas à faire correspondre les deux (même s'il y au final plus de l'un que de l'autre) !
a écrit le 26/03/2013 à 19:04 :
Tres bien et bravo. Maintenant cela ne retire rien au merite de tous les uatres et ils sont nombreux a proposer de tres bonnes formations en France.
a écrit le 26/03/2013 à 18:10 :
Tout simplement génial. Mes félicitations et mes remerciements pour ce don aux générations futures.
a écrit le 26/03/2013 à 17:58 :
Une proposition désabusée :si on nommait Warren Buffet comme premier ministre? vu
ses antécédents historiques il rapporterait plus à la France en termes économiques que
monsieur Niel: un savoir-faire de premier plan,une compétence économique inégalée,une
gestion rigoureuse des deniers publics,un sens de l'anticipation hors-pair,une communication
réputée et surtout il amènerait beaucoup d'optimisme dans notre pays déprimé.
a écrit le 26/03/2013 à 17:43 :
Enfin quelqu'un d'efficace en France qui agit plus qu'il ne parle ?! Diantre !!!! Pendant ce temps les ministres tweet et essaient de faire leur buzz inutile.
a écrit le 26/03/2013 à 17:35 :
Comme si les IUT informatique génie logiciel et les écoles d'ingénieurs publique d'informatique génie logiciel n'existaient pas. Ce Mr ferait mieux de se renseigner.
Ce genre d'école n'est pas généraliste et elles forment de tres bon informaticien mais surement trop bien payé pour free qui veut surement des informaticiens low cost.
Réponse de le 26/03/2013 à 18:12 :
C'est une école de plus, ouverte à tous et gratuite pour le contribuable. De quoi vous plaigniez vous? Ça n'empeche pas les IUT et les écoles d'ingénieur de vivre.

J'admire la démarche et j'invite VÉOLIA, TOTAL, ORANGE... a faire des initiatives du genre dans leur domaine.
Réponse de le 27/03/2013 à 8:30 :
Total finance la scolarité d'une partie des étudiants de l'IFP School (ex Ecole des pétroles et moteurs) et des thèses de doctorat CIFRE, sans compter les nombreux stages. 42 fera plus concurrence aux écoles privées style Supinfo et Epitech.
a écrit le 26/03/2013 à 17:13 :
En fait, je remarque qu'on revient petit à petit vers le capitalisme paternalisme du 19ème siècle( époque libérale qui nous ressemble beaucoup); le système ne fonctionne plus, les riches et les patrons vont former eux-mêmes leurs employés, on a vu les prémices du retour de ce système dans la silicon valley, où les employés étaient chouchoutés tant qu'ils bossaient comme des bourrins. Bref, le mérite, c'est ton patron qui dit si tu en as.
Réponse de le 26/03/2013 à 18:38 :
J'ai été formé au Québec. Dans les universités, les entreprises financent les programmes de recherche des cycles supérieurs, ce qui permet de paiyer les étudiants à la maitrise ou au doctorat. Les rémunérations sont intéressante (min 17000$/an exemptés de taxes, l'équivalent de 35000$ dans le privé). Parmi les entreprises, on retrouvent Air Liquide, Total, Arkema...
Les universités en profitent pour ponctionner 25% des subventions pour les dépenses courantes, ce qui permet d'investir dans les locaux, les salles de classes, les salaires, les équipements...

L'université et l'industriel y trouvent intérêt, l'étudiant aussi (argent + sujet d'étude valorisant et valorisé). De plus, rien n'empêche un étudiant de faire sa recherche sur un sujet non rémunéré s'il préfère un thème d'étude.

http://www.polymtl.ca/etoff/
http://www.usherbrooke.ca/gcivil/programmes-etudes/doctorats/projets-finances/

L'entreprise n'est pas le grand satan, c'est ce qui permet à l'économie du pays d'avancer. Nous avons tout intérêt à former les étudiants aux métiers qu'ils vont avoir et de profiter des financements privés.
a écrit le 26/03/2013 à 17:01 :
la viéo de présentation de cette nouvelle école est mégalo à n'en plus finir. On y entend des horreurs sur l'éducation en France et la pédagogie... c'est vrai qu'on n'attendait que Free pour apprendre aux développeurs à travailler. le constat comme quoi tout est payant ou de mauvaise qualité est absurde... polytechnique, les mines etc. sont gratuits et d'excellente qualité !
Réponse de le 26/03/2013 à 17:15 :
On voit le niveau baisser depuis des années, l'X d'aujourd'hui ne vaut pas celle d'il y a 20 ans. Le niveau a baissé partout de 90%.
Réponse de le 26/03/2013 à 18:40 :
au contraire sa démarche est courageuse et il sera facile de comparer les résultats de la Free school aux autres formations existantes... Je pense que certains doivent se faire du souci... affaire à suivre!
Réponse de le 26/03/2013 à 20:09 :
Il forme des codeurs à l'X ???????!!!!!!!!
Réponse de le 26/03/2013 à 23:15 :
Jean Marie Messier a fait l'X dans les années 70-80. Il est l'homme qui a généré le plus grand ratio d'endettement par année comptable pour une boite privée (Vivendi) . C'est bien la preuve que l'X forme des gens exceptionnels qui resteront dans l'histoire. Et d'après le commentaire de xxx, le meilleur reste à venir :)
Réponse de le 27/03/2013 à 8:25 :
@ xxx: quels sont les éléments qui vous permettent d'affirmer que le niveau des écoles d'ingénieur a baissé de 90% depuis 1990 ?
@ Foxy: J2M a surtout fait l'ENA après l' X, à partir d'un cas vous généralisez. Pas très scientifique comme approche...
a écrit le 26/03/2013 à 16:40 :
Après l'agenda 21 voici l'agenda 42. Un beau pied de Niel à tous les bobos férus de discours stériles en tous genre qui ne savent rien faire d'autre que promettre sans tenir. Bravo Free. On l'avait même pas imaginé et Free l'a fait !
a écrit le 26/03/2013 à 16:29 :
Encore quelques entrepreneurs de ce type et le chômage ira à la baisse.
Quand on pense que notre charmante ministre des pme et du numérique est partie charmer son pays natif, mais qu'elle est sortie de l' Ena et non d'une start up, on peut se rendre compte du déphasage entre celui-ci et celle-la.
a écrit le 26/03/2013 à 16:29 :
Encore quelques entrepreneurs de ce type et le chômage ira à la baisse.
Quand on pense que notre charmante ministre des pme et du numérique est partie charmer son pays natif, mais qu'elle est sortie de l' Ena et non d'une start up, on peut se rendre compte du déphasage entre celui-ci et celle-la.
a écrit le 26/03/2013 à 15:57 :
Et Montebourg ceci, et Montebourg cela,... sinon a part raler les commentateurs de ce site savent ils faire autre chose ? J'imagine que vous devez tous être des entrepreneurs travaillant 70 heures par mois pour faire vivoter leur boite ? Non ? Ah bon, vu les lecons que vous donnez je me disais que...
a écrit le 26/03/2013 à 15:51 :
bel exemple (pour les autres!)
a écrit le 26/03/2013 à 15:28 :
Bravo Mr Niel ! vous osez renverser la table du tronc commun des études à la française....Ils ont ou pas le bac et face à la réalité concrète du business vous les mettez à égalité en partant d'un constat simple ne pas avoir le bac n'est ni infamant ,ni un signe d'ignardise..... N'oublions pas qu'en France enormement d'entreprises ont été crèées et developpées par des autodidactes et que souvent (succession ou cession obligent) lorsqu'elles passent aux mains des super diplomés elles stagnent....parce que le diplome ne donne pas forcément 'la gniaque'. Il ne suffit pas pour gagner encore faut il le vouloir et se bouger : l'autodidacte ,lui n'a pas le choix: gagner est sa survie....exemple à suivre et reflexion pour l'éducation nationale...ce monsieur fait ça avec ses sous !!!! merci Mr Niel , merci Xavier....

ps je lis déja les esprits chagrins :c'est pour developper à moindre frais Frre....certes,mais etudes terminées ils iront à la concurrence source de stimulation pour tous....
Réponse de le 12/04/2013 à 11:14 :
+ 1
a écrit le 26/03/2013 à 15:17 :
Bravo Mr Niel !
a écrit le 26/03/2013 à 15:16 :
Qu?il en forme UN SEUL pour nous servir de vrai président, est ce possible ?
a écrit le 26/03/2013 à 14:54 :
Ce monsieur est parti de zéro, c'est un self-made man qui veut donner leur chance à ceux qui en veulent. Remarquez que si c'était un fils à papa il ne penserait qu'à se casser de France pour payer moins d'impôt. Le refus de toute responsabilité vis à vis de la société est le propre des rentiers. Les vrais entrepreneurs ne bossent pas que pour le culte de l'argent, mais parce qu'ils veulent faire quelque chose qui les "dépasse".
Réponse de le 26/03/2013 à 15:17 :
enfin une bonne parole . ! ! !
Réponse de le 26/03/2013 à 15:27 :
On parle bien de la personne qui vire ses salariés en public, à la cantonnade?
Réponse de le 26/03/2013 à 17:16 :
Oui celle qui a ouvert des centres d'appels et des milliers d'emplois en Ile de France quand ses concurrents délocalisaient en Afrique du Nord....
a écrit le 26/03/2013 à 14:44 :
« Chez Free, nous sommes toujours en manque de talent. On veut étendre le gisement, le vivier » fait-il valoir, affirmant que « on n'aurait pas fait la Freebox avec des gens sortis d'écoles d'ingénieurs. »
Dommage que la mémoire soit courte surtout quand on sait que des anciens de l'EFREI école d'ingénieur sont les créateurs de la freebox.
"Au sein de cette famille, Rani Assaf [Promo 1997], inventeur de la Freebox et directeur technique, et Antoine Levavasseur [Promo 1999], responsable du Système d?Information, font justement partie de l?équipe dirigeante du groupe Iliad. « Tous les deux sont diplômés de l?Efrei, école d?informatique parisienne dans laquelle Free a puisé un véritable vivier de talents.»
Réponse de le 26/03/2013 à 14:56 :
ce n est paas parce qu il n en parle pas qu il a oublie, mais peut etre cette ecole et d autre ne "diplome" pas assez de monde pour couvrir les besoins de tous les secteurs.... dans le meme ordre d idee savez vous que par exemple on ne forme de 150 anesthesiste pas an la ou il faudrais en former 350???? Si vous multipliez ces "manques" combien de potentiels d emplois a la France?????? Avant de creer des contrat aides ou des contrat de qualif, faudrait deja a s interresse au deficit de candidats dans certaines formations/branches.... Que font les prof??? les conseillers d orientation????
Réponse de le 26/03/2013 à 15:18 :
Niel parle surtout des très grandes écoles en général (X, HEC, Centrales, ENA....) qui forment des cadres brillants mais peu réactifs et peu originaux. Or ce sont deux qualités nécessaires pour être innovant et réussir dans une économie ouverte à la concurrence du monde. Bref, inventer le futur (Apple, Facebook....) suppose de ne pas être formaté intellectuellement, d'être capable de "penser en dehors du cadre".
Réponse de le 26/03/2013 à 15:26 :
Il n'y a pas de manque structurel dans le secteur informatique, en 2012 il n'y a eu que 6000 créations de poste en informatique en France. Les autres jobs proviennent du turnover. En informatique, le problème c'est que tout le monde cherche des ingénieurs/BAC+5 sortant d'écoles de premier rang. Il y a environ 38000 informaticiens (immense majorité ingés/BAC+5) au chômage en ce moment.
Réponse de le 26/03/2013 à 15:35 :
Donc indirectement vous illustrez mon propos, on a forme trop d informaticien.... preuve une fois encore de l inefficacite du service public
Réponse de le 26/03/2013 à 15:48 :
Il y a également des écoles privées qui forment. Pourquoi chercher la faute du service public? Pourquoi vouloir chercher des fautes? C'est hors de propos.
Réponse de le 26/03/2013 à 16:17 :
Parce qu il y a faute justement, si pour vous envoyer des milliers d etudiants dans des secteurs sans debouchers, et en leur faisant miroiter carriere et salaire totalement deconnectes du marchés, aggravant meme cette situation vu qu il y aura plus de demandeur que de poste a pourvoir... Pour moi c est une FAUTE MAJEUR tant des prof que des conseillers d orientation, or il y a une majorite de lyceens et etudiants dans les "ecoles de la republique" donc leur responsabilités est engagee a 100%
a écrit le 26/03/2013 à 14:32 :
Bravo, enfin une vraie initiative d'avenir...
a écrit le 26/03/2013 à 14:31 :
tous le contraire du gouvernement, voila quelqu'un qui agit, la différence c'est que lui contrairement à ce ventilateur de montebourg, il sait ce qu'est une entreprise .
a écrit le 26/03/2013 à 14:29 :
Encore une fois cet incompétent de montebourg aurait mieux fait de se taire lorsqu'il critiquait xavier niel qui luiagit au lieu de s'écouter parler
a écrit le 26/03/2013 à 14:27 :
c'est montebourg qui peut se faire tout petit par apport à cette annonce
a écrit le 26/03/2013 à 14:26 :
Et bien j'aurais encore plus de plaisir à m?acquitter de mes factures box et téléphone chaque mois !!
Merci FREE
a écrit le 26/03/2013 à 14:23 :
un grand bravo et un énorme pied de nez à ce clown de montebourg.
a écrit le 26/03/2013 à 14:23 :
@la tribune : Pourquoi ne pas aller un peu plus loin dans cet article? => http://www.contrepoints.org/2013/03/26/119557-xavier-niel-cree-42-ecole-dinformatique-gratuite-et-ouverte-a-tous
a écrit le 26/03/2013 à 14:20 :
C'est quoi cette école? Censée produire des ingénieurs mais pas de maths (les maths des ingés, c'est costaud), pas de logique, pas de probabilité, et pas d'anglais au programme. Et puis après 3 mois, les 2/3 des élèves sont virés. Pour aller où, une fois que t'as raté la rentrée des autres écoles? Je mettrais surement pas mon gosse dans une école pareille.
Réponse de le 26/03/2013 à 14:40 :
Ça c'est sur, ça ne sera pas l'école de la république ou des profs, majoritairement socialistes, n'ont pour seule préoccupation que la gestion de leurs congés.
Réponse de le 26/03/2013 à 14:47 :
D'ou sortez vous le fait qu'il ni ai ni maths ni anglais etc.... D'ou sortez vous que les eleves seront viré au bout de 3 mois? Pathetique.....
Réponse de le 26/03/2013 à 14:52 :
Et ben, avec ce genre de remarque, on est bien avancé, hein. C'est ça votre seule préoccupation? Le bord politique des profs? Quel rapport avec l'avenir de gamins à qui on va demander de perdre plusieurs mois dans une école sans s'assurer qu'ils auront acquis les fondamentaux qui leur permettront de trouver du travail?
Réponse de le 26/03/2013 à 15:01 :
>> D'ou sortez vous le fait qu'il ni ai ni maths ni anglais etc =>
Le programme est disponible en ligne sur le site de l'école. www.42.fr et sur les réseaux sociaux.

>> D'ou sortez vous que les eleves seront viré au bout de 3 mois? =>
Disponible sur tous les sites d'information

>> Pathetique..... =>
Je vous retourne le compliment. Bien à vous.
Réponse de le 26/03/2013 à 15:01 :
attends de voir le résultat avant d'apporter une critique négative.
Xavier Niel lui même de sort pas de grandes ecoles et le résultat et là!
La spécificité du monde informatique est qu'il requière plus des capacités de logique,d'innovation et même d'etre passionné (peut même provoquer un état de manque quand on arrête de pratiquer) que d'avoir simplement la bosse des maths...
Plus globalelemnt, ce projet est un messenat associatif et le résultat est attendu sur des compétences et non pas un statut lié à l'obtention de tel ou tel diplome!
Un gars sortant de cet ecole pourra se frotter, si'l y réussit, a des Ingénieurs en Informatiques... si on lui en donne la chance!!!!
Réponse de le 26/03/2013 à 15:18 :
@ @Marvin : Je suis aller sur le site, je m'y suis meme inscris. A aucun endroit il est preciser qu'il n'y as pas d'autre matieres. D'ailleurs, le programme n'y est pas presenté, seulement un apercu est dispo... @ @oups (qui je suppose est la meme personne) : on se fiche du bord des profs (vous etes surement du meme) mais il est evident qu'eux se contre-fiche du resultat de vos enfants... Ce qui ne risque pas d'etre le cas dans cette ecole qui pour seul objectif de créé des talents, futurs employés de l'Iliad
Réponse de le 26/03/2013 à 15:20 :
En France, on embauche (peu) du BAC+2 (DUT,BTS) et du BAC+5 (ingénieur en info). Quasi pas de BAC+3. Qui va embaucher les 1000 personnes qui sont censés sortir de cette école annuellement et qui n'auront peut-être pas de BAC, ni un diplôme reconnu en France? Pour mémoire, les création d'emploi n'ont pas franchi la barre des 6000 jobs en 2012. Et comment peut-on programmer quand on n'a pas les bases logiques? Le but n'est pas d'avoir la bosse des maths, la logique et les maths c'est la base de tout en informatique.
Réponse de le 26/03/2013 à 15:43 :
Mais si le programme est fourni, année par année. Je ne peux pas mettre le lien ici car la tribune ne me publiera pas. Cherchez le terme "programme-42.pdf" dans google. Chez moi il est apparu en 4eme place. Le fichier contient année par année, la liste des UVs et les crédits qu'on obtient lorsqu'on passe l'UV. D'ailleurs tous les informaticiens sur les réseaux sociaux soulignent l'absence des maths, de l'anglais, d'aspect théorique au programme. Bien sur, faut être soit même informaticien pour pouvoir détecter la différence entre des programmes d'école d'ingénieurs et de simple codeurs.
Réponse de le 26/03/2013 à 15:52 :
L'informatique est ouvert à tous!
Il ne faudrait pas sous entendre que les candidats seraient forcément des sans cercelle tout de même...Les autodidactes sont de + en plus nombreux et auront de plus en plus de place à l'avenir.... C'est ce qui s'appelle la "méritocratie" tant vantée par les politiques francais mais qui pour le moment ne s'observe que chez nos voisins outre Atlantique....
Réponse de le 26/03/2013 à 16:22 :
Ben voyons... Pourquoi certains d'embêtent à faire des études alors? A passer des examens difficiles? A acquérir un savoir qu'il faut sans cesse renouveler à coup de formations couteuses car l'informatique est un domaine qui requiert de sans cesse remettre ses connaissances à jour. Alors qu'on peut être - je cite Xavier Niel - un "génie", sans bac et avec un sous-programme qui ne fournit même pas les bases d'une culture générale scientifique.
a écrit le 26/03/2013 à 14:12 :
Bravo MONSIEUR !
a écrit le 26/03/2013 à 14:01 :
Bravo à lui. Si on attend les Montebourg et les Pellerin, on est morts. Il faut agir vite et de manière pragmatique, arrêter avec cette folie française du diplôme etc.
Réponse de le 26/03/2013 à 14:26 :
tout à fait d'accord, voila quelqu'un qui à l'inverse de ces deux ministres incompétent qui ne connaissent absolument rien à l'économie, sait ce qu'est une entreprise.
a écrit le 26/03/2013 à 14:00 :
Excellentissime ! Lucky France d'avoir des gens comme Xaviel Niel !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :