PME et ETI : l'hébergeur de données Blue se déploie dans la cybersécurité

Opérateur de "data centers" de proximité, l’entreprise rennaise Blue poursuit son développement sur l’Arc Atlantique. Le spécialiste de l'hébergement des données ouvre un département cybersécurité à Nantes, afin de prévenir les attaques contre les PME et ETI régionales.

4 mn

Blue, opérateur cloud de réseaux privés multi-sites, se déploie pour accompagner ses entreprises clientes -PME, ETI et grands groupes- dans la prévention et la sécurisation de leur informatique interne.
Blue, opérateur cloud de réseaux privés multi-sites, se déploie pour accompagner ses entreprises clientes -PME, ETI et grands groupes- dans la prévention et la sécurisation de leur informatique interne. (Crédits : Blue)

La sécurité, c'est le fondement de son activité. De Châteaubourg (Ille-et-Vilaine) jusqu'à Toulouse, sur tout l'Arc Atlantique, la société d'origine rennaise, Blue (ex-Bretagne Télécom), héberge les données de quelque 2.500 clients - PME, ETI et grands groupes- au sein de ses huit data centers de proximité.

Au-delà de ses offres d'hébergement sécurisé, l'opérateur cloud de réseaux privés fondé en 2005 se déploie pour accompagner les entreprises dans la prévention et la sécurisation de leur informatique interne. C'est à Nantes qu'il installe son nouveau département, baptisé Blue Cyber.

« Cette task force sera constituée d'ici à la fin 2022 d'une trentaine d'experts, dont le recrutement a démarré » détaille Nicolas Boittin, fondateur et dirigeant de Blue.

Il ajoute:

« Elle interviendra d'abord pour réduire la vulnérabilité des entreprises en termes de pratiques ou de dispositifs de sécurité internes, ensuite, avec des technologies cloud spécifiques. Nous garantissons aux entreprises de pouvoir redémarrer leurs activités opérationnelles dans un délai de moins quatre heures après la détection d'une intrusion. »

La théorie du château fort

L'accompagnement de Blue Cyber devrait en priorité cibler les PME et ETI régionales, plus vulnérables car souvent moins protégées en matière de risques informatiques que ne le sont les grands groupes. Potentiellement, tout le portefeuille clients de Blue est concerné.

Cet élargissement de l'offre vient compléter une activité principalement tournée vers l'hébergement des données d'entreprises sur des lieux de stockage proches de chez elles, donc visibles, et placés sous protocole ISO 27001. Blue possède aussi les autorisations pour la gestion et l'hébergement de données de santé (certification HDS).

Le parti pris d'un cloud de proximité exige en effet une sécurisation sans faille de ses centres de données.

« La sécurité, on la symbolise par un château fort, avec ses pont-levis et ses remparts, et que l'on duplique ailleurs pour protéger les données sur différents data centers, dont celui de Châteaubourg. Blue ne développe pas de solutions en interne, mais vend des produits clés en main utilisant les meilleurs éditeurs sur chacun des segments. On ne choisit que des leaders sur les différentes briques, tels que Cisco ou Fortinet », ajoute Nicolas Boittin.

Prochaines acquisitions dans l'Ouest

Forte d'une croissance de 20% à 25% par an, l'entreprise anticipe un chiffre d'affaires de 31 millions d'euros en 2021 et de 37 millions d'euros en 2022 (24 millions d'euros en 2020).

Son développement va passer par des opérations de croissance externe et des investissements dans des data centers tiers, ainsi que par le recrutement de nouveaux clients notamment parmi les services publics et les collectivités.

La levée de fonds de plusieurs dizaines de millions d'euros (la somme de 100 millions d'euros pas confirmée) finalisée en 2020 auprès de BPI, Crédit Mutuel Private Equity et du fonds d'investissement parisien Quilvest, offre à Blue une forte capacité de montée en puissance.

Au printemps, Blue a pu racheter la société Oceanis Informatique, basée à Saint-Gilles Croix-de-Vie et passer à 145 collaborateurs.

Avec la volonté d'accentuer le virage sur les services hébergés, la société, dont le grand concurrent est Orange Business, prépare plusieurs autres rachats de ce type, sur l'Arc Atlantique, de Rouen à Bordeaux.

"Le risque informatique est aussi important que le risque industriel"

« L'enjeu de la couverture géographique est important. La proximité joue un vrai rôle dans le conseil aux entreprises et dans l'évangélisation des directions générales et des comités de direction », assure Nicolas Boittin.

« Notre modèle multi-sites a convaincu de grands groupes de l'Ouest ou internationaux, tels que Savéol, Mitsubishi Electric, Yves Rocher, Bouygues, Biocoop. Ils savent que le risque informatique s'avère aussi important que le risque industriel. Qui plus est avec la problématique émergente du télétravail. Depuis la crise du Covid, on dénombre 94% d'attaques en plus. »

Le marché de la sécurisation des entreprises est donc immense.

Démarche éco-responsable

En guerre contre les hackers, Blue s'est aussi engagée dans une démarche éco-responsable pour lutter contre la consommation énergétique excessive de ses data centers et améliorer ses performances environnementales.

En plus d'investir pour améliorer le coefficient de performance (COP) de ses machines, l'entreprise a signé un contrat avec un distributeur d'énergie renouvelable.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.