#10000startups : et les gagnants du grand Ouest sont...

 |   |  761  mots
Le jury et les lauréats Pays-de-la-Loire / Bretagne / Normandie et Centre-Val-de-Loire du prix 10000 startups pour changer le monde.
Le jury et les lauréats Pays-de-la-Loire / Bretagne / Normandie et Centre-Val-de-Loire du prix 10000 startups pour changer le monde. (Crédits : Martin Ruelle / La Tribune)
Les startups Flexsense, CAILabs, Captiv, Stampyt, Smiile et Switch Up sont les six lauréats de l'Ouest de la France pour l'édition 2018 du prix 10.000 startups pour changer le monde. Ils se retrouveront à Paris le 6 mars pour tenter de devenir lauréats nationaux dans leur catégorie.

La compétition fut acharnée. Mardi 13 février, le prix #10000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune, a fait escale à Nantes pour dénicher les pépites des régions Bretagne, Pays-de-la-Loire, Normandie et Centre-Val-de-Loire.

Dix-sept entrepreneurs en herbe ou confirmés, préalablement sélectionnés par La Tribune, ont "pitché" leur innovation devant un jury composé de nos partenaires : en plus de La Tribune se trouvaient des représentants de BNP Paribas, Enedis, Mazars, AG2R La Mondiale, WeHealth by Servier et Business France.

Au terme d'une matinée d'oraux, le jury a difficilement sélectionné six entrepreneur(e)s, un(e) par catégorie. Tous sont qualifiés pour la grande finale nationale, qui se tiendra à Paris le 6 mars prochain. Ils affronteront les gagnants de leur catégorie issus des sélections à Lille, Nancy, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Paris. Les lauréats nationaux seront révélés lors d'une cérémonie au Grand Rex le 9 avril, toujours dans la capitale.

Dans la catégorie Environnement et Transition énergétique, le gagnant est Emmanuel Parlier, 39 ans, docteur en biologie marine et Pdg de Flexsense. La startup basée à La-Roche-sur-Yon créé des objets connectés pour les milieux hostiles et complexes. Son huître connectée Flex Spy, par exemple, est dotée d'une carte électronique permettant de remonter des informations sur la production pour les ostréiculteurs. La startup a aussi créé la première bouée instrumentée pour remonter à distance des données sur la météo sous-marine. Elle travaille aussi sur du béton connecté pour déceler son taux d'humidité.

Dans la catégorie Industrie 4.0, le jury a été impressionné par Jean-François Morizur, 31 ans. Le cofondateur et Pdg de CAILabs fabrique et commercialise des composants optiques innovants pour les industriels, basés sur une innovation mondiale : ses composants multiplient le débit des fibres optiques des réseaux d'usines et d'entreprises par 400. La startup rennaise détient le record du monde de rapidité du débit des fibres optiques, ce qui permet aux industriels de réaliser des gains en fabrication additive, soudure ou découpe laser. CAILabs travaille avec des leaders mondiaux de l'industrie, dont Thalès et Safran.

Dans la catégorie Tech for good, David Rouxel, 40 ans, a gagné pour Smiile. Basé à Saint-Malo, il s'agit du réseau social de la « smart city ». Chaque quartier, village, rue ou même résidence peut créer sa propre communauté en ligne, ce qui permet aux habitants de s'échanger ou se vendre des biens et des services, d'organiser la solidarité locale (mutualiser des activités comme aller chercher les enfants à l'école, par exemple) et même d'effectuer des achats groupés. La startup propose aussi une assurance collaborative universelle avec la Maïf. 70 collectivités sont déjà partenaires, la solution est utilisée par 400.000 personnes.

Dans la catégorie Cloud Data IA, le jury a récompensé Alexandre Launey, 31 ans et Pdg de Stampyt. Basée à Montaigu, en Vendée, Stampyt est la première solution d'intelligence photographique au service de la vente en ligne d'automobiles. Sa technologie de photos à 360° et immersives, commercialisée auprès de constructeurs (PSA, Audi) et de distributeurs, permet à l'internaute de mieux visualiser son produit, ce qui améliore les ventes des véhicules en ligne à l'heure de la digitalisation du marché automobile.

Dans la catégorie Santé, le lauréat est Morgan Lavaux, 30 ans, Pdg et cofondateur de Captiv. La pépite nantaise a créé Gaspard, un coussin connecté pour les personnes en fauteuil roulant ou en mobilité réduire, afin de leur éviter les problèmes de peau (les escarres), qui touchent 300.000 personnes par an, soit un utilisateur de fauteuil roulant sur deux. L'objet restitue les informations de positionnement sur le fauteuil en temps réel. Une application dédiée donne des conseils de prévention.

Enfin, dans la catégorie Start, Gabrielle Rodier a été primée pour Switch Up. La pépite nantaise a créé une plateforme à destination des services RH des entreprises, leur permettant d'améliorer le processus d'accueil de leurs nouveaux collaborateurs qui changent de région (ou de pays) pour venir travailler. Les arrivants sont accueillis par des « welcomers », des locaux -rémunérés- pour les aider à s'installer, à s'intégrer et leur fournir du conseil (quelle école choisir pour les enfants ? Quelle offre de loisirs sur place ?...). Un moyen pour les entreprises d'attirer et de fidéliser les meilleurs talents, y compris dans les bassins de vie moins attractifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :